Jane, le renard & moi (Arsenault & Britt)

Hélène est une fille à peine sortie de l’enfance qui subit harcèlement et intimidation de la part de ses « amies d’écoles ». Heureusement, pour l’aider à surmonter sa solitude, elle se réfugie dans le monde de Jane Eyre, dans le réconfort de sa mère et dans son imagination débordante. jane-renard-moi2Avant de commencer cette chronique je tiens à remercier mes camarades de KBD qui m’ont poussé à relire Jane, le renard & moi sur lequel je m’étais arrêté distraitement il y a quelques mois. Fatigué, mal luné ou que sais-je ? J’avais lu et n’avais pas trouvé dans ces pages l’œuvre époustouflante dont tout le monde parlait. Je refermais donc l’album et passais à autre chose. A vrai dire, je suis peut-être un sombre blogolecteur de mauvaise foi mais il devait quand même me rester un soupçon de doute quand Mo’ proposa cet album à la lecture pour une future synthèse de KBD. Je m’inscrivais donc sur la liste en me disant qu’il faudrait bien une voix dissonante pour donner un peu de fil à retordre au rédacteur de la synthèse dominicale. jane-renard-moi3Ainsi, installé sur mon canapé, je me replongeais dans la première bande dessinée du duo Isabelle Arsenault et Fanny Britt. Immédiatement, la magie opéra, m’emmenant dans cette école très commune où une enfant très commune se retrouve dans une situation, elle aussi, des plus communes. Retour vers le futur… et les mots de la petite Hélène, unique narratrice de l’histoire, qui résonne dans mon esprit. Ce sentiment de rejet que, vous, moi, elle, avons tous un jour connu avec plus ou moins de force. Et la cruauté des enfants. Et l’envie de trouver une échappatoire à l’ordinaire stupide et méchant. jane-renard-moi5Les textes de Fanny Britt sont d’une justesse incroyable et prennent leurs aises grâce au travail d’illustration remarquable d’Isabelle Arsenault. Avec son utilisation très surprenante d’une couleur capable d’éclater au milieu d’un océan de gris, elle réussit à créer l’atmosphère nécessaire à l’épanouissement des mots. Une véritable osmose se créent naturellement entre les deux auteurs. Quand Hélène parle, le dessin d’Isabelle absorbe les non-dits, les descriptions, tout ce qui pourrait « polluer » ou alourdir le texte de Fanny. Mais quand le texte laisse toute la place, alors c’est une puissance créatrice – celle de l’imagination -  qui se réveille avec des doubles pages fantasmagoriques qui entrainent encore un peu plus le lecteur dans ce monde à la fois fabuleux et réaliste. Cette osmose entre les éléments graphiques et narratifs crée un album particulièrement fort, et surtout très juste. Tour à tour ou ensemble, les deux auteurs savent jouer sur les rythmes, sur la finesse des sentiments, sur les petits riens qui, sans être explicites, font toute la différence entre une simple histoire et un récit qui touche profondément. jane-renard-moi4Et pourtant, si peu d’effets de style ! Beaucoup de simplicité – ou en tout cas d’épure – dans une forme qui définit pour moi toutes les qualités de la bande dessinée québécoise et plus largement nord-américaine. Si on connait depuis longtemps les qualités des auteurs américains, leurs cousins canadiens n’ont rien à leur envier. Avec un vrai souci du récit intime loin d’un nombrilisme de plus en plus pénible dans la BD européenne (dois-je vous reparler de Paul ?), une qualité graphique indéniable (ou de Jocelyn Houde ?), une forme d’autodérision et de fantaisie (au hasard Rémy Simard), on peut admettre qu’il se passe des choses Outre-Atlantique. Pour terminer sur Jane, le Renard & Moi, on ne peut être qu’admiratif devant ce travail d’une réelle justesse et d’un équilibre parfait. Un album qui saura toucher grand, petit, moyen, un travail à montrer aux apprentis auteurs. Ce récit parlera aux jeunes collégiens mal-à-l’aise dans leur peau, à leurs parents qui ont connu cela, à ceux qui l’ont fait subir aussi. Et puis, comme le monde n’est pas si noir, cette fable moderne a sa morale. Là aussi tout en naturel et en simplicité. A lire : les chroniques de Mo', Lunch, Badelel et Bidib A découvrir : la fiche album sur le site de La Pastèque
jane-renard-moiJane, le Renard et Moi (one-shot) Scénario : Fanny Britt Dessins : Isabelle Arsenault Editions : La Pastèque, 2012 Public : Tout public Pour les bibliothécaires : Vous ne l'avez pas encore ? En ados, en adultes, en jeunesse... ou vous voulez mais achetez-le ! Et faites ce qu'il faut pour le faire sortir !

8 réflexions au sujet de « Jane, le renard & moi (Arsenault & Britt) »

  1. Tu en parles tellement bien !
    « une couleur capable d’éclater au milieu d’un océan de gris » c’est incroyablement juste, j’ai été enthousiasmé par ces couleurs par toute petite dose, juste ce qu’il faut en fait, pour transcender le récit. La symbiose texte/image est remarquable !

    Lunch, fan des chroniques d’iddBD 🙂

  2. Tres belle chronique pour un album qui le merite. Ton billet vient d allumer une ampoule dans nom cerveau : faut que je parle de ce titre a mes bibliothecaire ! ( meme si j ai pas encore reussi a etablir le contact :'( c est les bibliothecaires les plus hermetique qu’il m’ai ete donne de rencontrer ! Je regrette ma petite mediatheque de campagne ou on se sentait si bien, snif ! C’etait le petit mot de la bibliothequophile en detresse)

    1. Faut que tu arrêtes de leur parler manga aussi, y’a des allergiques 🙂
      Je ne défends pas forcément toutes les attitudes mais pour avoir bosser dans des structures importantes, ce n’est pas toujours facile d’avoir ce rapport de proximité avec l’usager. Quand tu bosses en campagne, tu connais presque tous tes lecteurs alors c’est tout de suite plus simple.
      Après, tu n’as peut-être pas trouver le « bédéphile » de l’équipe. Cherche encore !

      Sinon, oui, c’est un album qui vaut le détour.

  3. Très bel album en effet, que je viens de découvrir un peu tardivement grâce à mon super libraire pour lequel je m’empresse de faire de la pub parce qu’aujourd’hui, il devient difficile de trouver des librairies indépendantes, tenues par des passionnés, qui sont de véritables lieux d’échanges et de découvertes. Alors allez donc faire un tour sur son site pour commencer : http://www.aucarredesbulles.fr/

    1. Je suis d’accord, les libraires sont vraiment des personnes ressources (en plus d’être sympas !) pour la découverte de livres intéressants. Merci pour cet hommage 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *