Chronique | Sailor Twain ou La Sirène dans l’Hudson (Mark Siegel)

sailor-twain-Siegel3 Dans un bar, une jeune femme rencontre un marin. Ils évoquent ensemble le passé et la mort d’une personne. Qui ? Pourquoi ? Quand ? Le marin possède la vérité et décide de tout dévoiler à la simple vue d’un bijou. Quelques années plus tôt, Elijah Twain était le capitaine du Lorelei, un bateau vapeur américain naviguant sur le fleuve Hudson. Un jour, il découvrit une sirène blessé sur le pont. Le début d’une histoire fabuleuse et cruelle…

Nouveau et ancien continents

Mark Siegel est un américain qui a grandi France. Et visiblement, à la lecture de Sailor Twain, on peut légitimement se poser la question de l’impact de cette double culture sur son parcours. Après tout, il est l’un des éditeurs américains de Joann Sfar, Lewis Trondheim ou Emmanuel Guibert. Des auteurs phares de la Nouvelle BD européenne qui ont tous en commun d’avoir su à un moment de leur carrière se réapproprier les mythes et légendes populaires (aventuriers, monstres, saga de l’espace, bateaux volants…) pour nous offrir des œuvres originales. Sailor Twain dont l’action se déroule sur un bateau se nommant le Lorelei (cf la légende ici) assume complètement cette reprise des vieilles légendes. Quant au dessin, il suffit de voir le nez de Lafayette (un français évidemment) pour se rappeler d’Isaac le Pirate et y percevoir une légère filiation. Il faut reconnaître la très bonne qualité du dessin réalisé - il me semble - à la mine de plomb. L'ensemble traits des personnages, cadrages, décors est particulièrement réussi et convient bien à l'atmosphère recherchée. sailor-twain-Siegel4 Mais Mark Siegel ne se contente pas de s’appuyer sur ces références de la vieille Europe. Il y ajoute une part de nouveau monde avec ces grands fleuves et ces bateaux qui ont fait la légende de l’Amérique. Un simple vapeur et le lecteur se replonge immédiatement dans les romans de Mark Twain (non, non c’est un hasard…) et plus largement dans la littérature américaine du XIXe siècle. Une littérature – en tout cas pour les références à Twain – décrivant avec précision et dureté la société américaine de l’époque. D'ailleurs, Mark Siegel a mené un travail de recherche historique titanesque sur cette période.

De la passion aux mystères

Sailor Twain oscille donc constamment entre ces deux eaux (oui bon hein, il fallait que je la fasse) qui constituent le moteur du récit. Entre fantastique et réalisme, l’histoire romantique autour des 4 personnages développés par Mark Siegel est globalement une réussite. Et comme disait la chanson, les histoires d’amour finissent mal en général… surtout quand une sirène est dans le coin et que la passion outrepasse la raison. Mais comment ? Et Pourquoi ? Là est la question comme écrivait ce bon vieux Will Shakespeare qui en connaissait un rayon sur l'affaire. Sailor Twain et son personnage principal nous entraine donc dans une partie de chasse aux indices afin d'élucider les failles dans la normalité. Et c'est dans cet aspect que ce récit trouve toutes ses limites.Gatsby int.indd À force de s’appuyer sur des références - que je n'ai pas la prétention de toutes capter -  j'ai globalement eu l’impression de déjà-vu/lu/entendu. Même si Mark Siegel a le mérite de proposer quelques trouvailles intéressantes, le risque pour le lecteur est de sentir en filigrane cette broderie de mythes et de légendes. Danger qui n'est pour moi pas éviter. De plus, si les premiers et derniers chapitres sont réussis, on constate une belle descente de rythme au milieu de l’histoire. Elijah et le lecteur commencent à tourner en rond. Le héros cherche, cherche encore, se bat avec ses démons pendant plusieurs dizaines de planches tandis que le lecteur un peu attentif a bien senti les choses venir. Il a déjà 2 ou 3 temps d’avance et commence à regarder où il se trouve... Au milieu... Bon... Finalement, les retournements de situation sont prévisibles et le lecteur les voit presque arriver avec un certaine forme de soulagement. Quelques planches de moins pour un livre qui en compte presque 400 n’auraient pas été un mal. Mais bon, ça fait moins roman graphique c’est sûr. Non, je ne dénonce pas du tout la course à l'échalote de "plus-mes-livres-sont-gros-plus-on-les-prend-au-sérieux".Gatsby int.inddBref, Sailor Twain est une œuvre qui assume ses références et qui saura (et qui a su d’ailleurs) convaincre. C’est une histoire bien dessinée, bien pensé, bien propre… résultat un vrai travail d’orfèvre. Cependant,  il manque ce grain de folie, cette originalité qui est le moteur des grandes œuvres fantastiques. Finalement, rien de bien original dans ces planches même si Sailor Twain demeure une lecture tout à fait agréable… Mais pas inoubliable. L'histoire jugera ma chronique... (ça c'est une phrase qui a la classe pour terminer une chronique, non ?) A lire : Ah, ça me manquait de n'être pas d'accord avec Mo', je vous mets sa chronique... et puis celle de Paka, enthousiaste aussi. Je crois être un des seuls à être dubitatif sur ce livre ! A voir : la fiche album sur le site de Gallimard
sailor-twain-Siegel-couvSailor Twain ou La Sirène de l'Hudson (one-shot) Scénario et dessin : Mark Siegel (USA) Editions : Gallimard, 2013 (25€) Public : Ados-adultes, fan des mythes, des légendes... et de Tom Sawyer 🙂 Pour les bibliothécaires : Succès critique, je reste plus dubitatif sur la pérennité d'un tel livre dans un fonds. Pour moi, une étoile filante.
   

11 réflexions au sujet de « Chronique | Sailor Twain ou La Sirène dans l’Hudson (Mark Siegel) »

    1. Sans blague ! Je me souviens de toi dans la file d’attente pour la dédicace en train de me « vendre » le bouquin 🙂
      Bon, que tu sois d’accord avec l’un ou l’autre ça ne changera rien car de toute façon j’ai raison 🙂

    1. Visiblement, tu te débrouilles plutôt bien dans l’exercice du « je-parle-d’un-livre-sans-l’avoir-lu ».
      Tu ferais un bon bibliothécaire 🙂

  1. 😆
    Je vois que vous êtes à fond tous les deux ^^ (d’un autre côté, la scène que David décrit me parle énormément… je devais être aux premières loges pour assister au pestacle :P)
    Bon, de mon côté, il faudrait que je relise l’album pour affuter mes arguments 😛 Pourtant, je me rappelle d’avoir apprécié ce décalage d’un personnage très « propre » sur lui (très effacé, très conventionnel et très rationnel) et de sa lente immersion dans l’irrationnel

  2. Bonsoir David,

    Moi, je n’ai pas de blog, donc je ne rédigerais pas de chronique sur Sailor Twain. Mais je me dois de rétorquer (je ne l’ai pas fait pour Atar Gull…) et de défendre (un peu) ce livre. Je l’ai lu y a 2 jours, ça tombe à pique!
    En effet, il aurait pu être édité chez Plomb (oui, cette phrase contient une blague), mais perso, je l’ai avalé d’une traite, plus vite qu’un Enki Bilal qui fait 10 fois moins de pages.
    Je n’ai pas perçu de temps morts, car de petites intrigues s’enchainent et s’imbriquent dans le récit.
    J’ai également beau savoir ce que sont les sirènes « à la base » mon esprit formaté par Disney continue de me faire croire que les sirènes sont des nanas trop coolos qui chantent sous l’océan avec leurs potes crustacés. So, le dénouement m’a surpris.

    Je te rejoins sur les dessins, surprenat au début (surtout les yeux!) mais finalement très agréable. Les nuances de gris sont superbes.

    Sur ce, je vais aller lire les autres chroniques que tu conseilles, et te souhaite une agréable soirée.

    Ps: j’espère que AC ne va pas regarder mes fautes… 😉

    1. Salut Lisa,

      Si tu veux un espace d’expression pas de souci, je cherche toujours de bons chroniqueurs 🙂
      Mon avis est que la longueur n’est pas un problème quand tu es surpris par une oeuvre. Ce qui n’a pas été mon cas ou disons, pas vraiment. Si j’ai aimé la fin, je dois avouer qu’avoir 3 chapitres d’avance quant au déroulement m’a un peu agacé.
      Mais je comprends tout à fait qu’on puisse aimer cet album. Il est très bien fait, un beau boulot d’artisan avec un beau dessin, un scénario et des personnages construit sur des références multiples. Me manque ce petit truc pour passer au dessus.
      J’ai moi aussi les références Disney pour les sirènes mais bon comme j’avais vu Ulysse 31 il y a peu… Bref 😉
      Pour les dessins, en fait il me rappelle un peu ceux de Jean-Claude Götting, illustrateur des couvertures des Harry Potter en France, et auteurs entres autres de très bonnes BD comme « Happy Living » ou « La Malle Sanderson »
      Bon pour Bilal, je ne serais pas son meilleur défenseur alors je laisse tomber.

      Merci pour cette intervention et n’hésite pas à râler si tu n’es pas d’accord ! J’aime bien.

      PS : Pour AC, t’inquiètes, elle pâlie suffisamment à la lecture de mes chroniques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *