Chronique | Le Bleu est une couleur chaude

scénario et dessins de Julie Maroh Editions Glénat (2010) Public : A partir de 15/16 ans Pour les bibliothécaires : cet album fait tout simplement partie de ma bédéthèque idéale. Comme ça c'est réglé. Prix du public Angoulême 2011 (14,90€)

"Si j'avais été un garçon, Clém' serait tombé amoureuse de moi quand même..."

Clémentine a 15 ans et se rend à son premier rendez-vous galant lorsqu’elle croise une jeune femme aux cheveux bleus dans la rue. Quelques mois plus tard, alors qu’elle est entrainée dans un bar gay par son meilleur ami, elle la retrouve. Elle s’appelle Emma. C'est un coup de foudre et  le début d’une histoire d’amour à la fois douloureuse et profonde entre les deux jeunes femmes… J’ai la faiblesse de croire que les livres peuvent changer l’existence des gens, de croire que l’imagination et la créativité peuvent être plus fort que mille discours moraux. Je suis persuadé que des albums comme Le Bleu est une couleur chaude peuvent apporter des réponses ou apaiser des jeunes gens qui luttent contre leur propre nature, parce qu’elle n’est pas « bien », parce qu’elle n’est pas « normale ». Pourtant, je n’ai pas non plus l’impression que cette BD ait été écrite pour prouver ou démontrer quoique se soit mais bien dans le seul but de raconter une histoire. Le Bleu est une couleur chaude est une simple histoire d'amour, plus compliquée que les autres c'est vrai, mais qui n'en demeure pas moins véritable et terriblement humaine. Cette BD n'est pas militante par son approche, elle l'est par la justesse de ses propos. Julie Maroh réussit à dépasser cette soi-disant différence pour nous montrer un véritable amour romantique. Ici, il n’est pas question de soleil illuminant les champs de blé ni de chamallows grillés au coin du feu, dans ce récit tout est digne malgré la réalité qui n’épargne pas les amours outrageants. Au bout, les sentiments affluent comme une vague… bleu évidemment. En lisant Le Bleu est une couleur chaude, vous passerez par tous les états possible. Cet album fait parti de ces œuvres qui, par on ne sait quelle magie, réussissent l’exploit de former un tout, une copie presque parfaite de l’existence, où durant quelques pages se mélangent la vie et la mort, la renaissance et l’éternité, la joie, les peines, les déceptions… Tout cela est rendu possible par les qualités d’écriture indéniables de Julie Maroh. Son style est impeccable, clair, son scénario alterne les phases d’emballement et de calmes, laissant les silences, l’attente et les sentiments s’installer. Côté graphisme, elle étonne en mélangeant des influences assez classiques (sa bichromie bleu/noir et son trait me rappelle dans une certaine mesure les Sambre de Yslaire) et une part d’onirisme magnifique (des planches pleines pages de toute beauté). Cet album, outre son titre, n’est pas non plus sans rappeler Blue, le chef d’œuvre de la mangaka de Kiriko Nananan. On y retrouve le même plaisir du silence, la même finesse de trait, la même volonté intimiste, la même force surtout. palseches Si je voulais être pénible, je dirais que Julie Maroh n’a pas encore donné toute la mesure de son talent. On peut en effet discuter de certains passages, moins brillant sur le plan graphique et/ou narratif. Mais incontestablement, avec ce premier album – son premier album – elle entre directement dans l’antichambre des grands. Si je voulais m'avancer, ses qualités graphiques et surtout d’écriture lui permettront sans doute de signer des œuvres de très hautes qualités, à la hauteur d’un Fred Peeters ou d’un Larcenet. Il suffit de lire Blast ou Lupus pour vous faire une idée de mon point de vue. Maintenant la patience est de mise. En attendant, je vous invite à relire et à faire lire cet album rare. Le Bleu est une couleur chaude a reçu le prix du public au FIBD d'Angoulême en 2011. Cet album m’ayant été conseillé par Mo’, Choco (et mon Padawan, elle se reconnaitra) il entre donc dans le challenge Pal Sèches de Mo’ (ouf plus que 2 !). Et comme Julie Maroh est une bien jolie fille, il entre également dans le cadre du challenge Women BD de Théoma. Et zou ! A découvrir : le très beau blog de Julie Maroh A voir : toujours sur le site de Julie Maroh, l'émission Un Monde de Bulles consacré à l'homosexualité dans la BD A lire : la critique de Ginie sur B&O, celle de Mo' et tiens celle de Choco aussi !

21 réflexions au sujet de « Chronique | Le Bleu est une couleur chaude »

  1. Je me permets de commenter cette chronique Maître Jedi !

    Je trouve le résumé simple, très pur -à l'image de l'histoire même-, tu laisses une part de curiosité au lecteur tout en cernant très bien le sujet.

    En ce qui concerne ta description, je la trouve également très juste, et la citation très bien choisie aussi.

    "J’ai la faiblesse de croire que les livres peuvent changer l’existence des gens, de croire que l’imagination et la créativité peuvent être plus fort que mille discours moraux." Cette phrase me rassure beaucoup quant à ma foi dans le pouvoir des livres (et peut-être de l'art en général). J'avoue qu'avant de lire Le Bleu, je ne me rappelle pas avoir été particulièrement touchée par une bande dessinée (peut-être par un livre, et encore), c'est donc à la lecture de cette magnifique BD que j'ai été submergé par cette possibilité de retranscrire la réalité avec une telle sensibilité, une telle vérité.

    Ce que j'aime particulièrement dans le Bleu c'est que l'histoire d'amour qui nous est présentée est d'une part très juste, mais surtout terriblement universelle. Au delà des avis, jugements et idées reçues sur l'homosexualité, on voit ici deux êtres humains qui s'aiment avant tout pour ce qu'ils sont, et sans avoir la volonté de prouver quoique ce soit, et c'est justement dans cet aspect que se trouve la force de cet album, comme tu l'as si justement dit.

    Enfin bref je m'embrouille alors que je venais surtout te féliciter pour cette très belle présentation qui reflète parfaitement toutes les émotions que l'on ressent à la lecture du Bleu (d'où les nombreuses répétitions que je fais dans ce commentaire par rapport à l'article) ! Autrement dit, je suis parfaitement d'accord avec toi (cette phrase confirme l'inutilité de mon commentaire du coup !), merci de faire partager un avis si juste !

    Je te rejoints aussi pour la comparaison avec Blue et si quelqu'un lit ce commentaire et peut m'expliquer si il y a un lien entre le bleu et l'homosexualité d'ailleurs, je dois dire que j'en serais ravie car ça m'intrigue beaucoup !

    … et voilà, j'ai envie de le relire pour la 20ème fois, mais je l'ai évidemment prêté… !

    1. Padawanette,
      Bon déjà, sache qu'il n'y a pas de commentaires sans intérêt (à part LOL et preum's… et DTC aussi mais là…). Merci d'avoir pris le temps de commenter et d'écrire ce qui tu ressens par rapport à cet album, ce qui n'est pas toujours simple. C'est loin d'être embrouillé et en plus très juste. Si tu veux une place d'apprentie-chroniqueuse sur IDDBD, c'est ouvert 🙂
      Ensuite, oui, je pense qu'une oeuvre d'art peut changer la façon d'appréhender le monde. Certes avec plus ou moins de force. Mais là, je ne partirais pas dans des préoccupations philosophiques qui me dépassent.
      Ensuite, je suis ravi que tu appliques déjà les préceptes du bon bibliothécaire… parlez-en et faites lire autour de vous !
      Que la force soit avec toi !

  2. Je rejoins ton point de vue. L'un des plus beaux albums que j'ai découvert l'année dernière. Figure également dans ma bédéthèque perso.

    1. J'ai mis du temps à me le procurer mais ma patience a été récompensé. En ce moment, je lis des choses vraiment intéressante.
      Je suis d'accord avec toi, c'est sans aucun doute une des plus belles BD de l'an passé….

      Et je sais que tu as une très bonne bédéthèque en plus 🙂

  3. assez d'accord avec toi sur le graphisme parfois maladroit sur certains passages mais on excuse vite vu la qualité de l'ensemble.

    Je suis également très en attente de son prochain album. J'ai hâte de relire cette auteure

    1. Oui, quelques passages seulement sont "un peu" moins bons… Je pense en particulier à la dispute avec les parents.
      En tout cas merci pour le conseil ^^

  4. une très belle découverte , mes yeux sont presque devenu bleu pour l'occasion ^^

    ui,, allez voir le blog de julie Maroh !!!

    ah, et je n'avais pas fais attention au prix … mais c'est qu'elle n'est pas couteuse cette BD !

    1. Ah, je suis content de voir que ton commentaire n'est pas passé dans les indésirables cette fois 🙂
      Non pas trop coûteuse pour la qualité d'ensemble. Et pis, comme dit une collègue, au prix de la page ça va ^^

  5. Oh, quel très beau billet as-tu écrit là ! Tu rends honneur à la qualité de la BD !

    Je ne sais qu'ajouter… Grand lectrice de BD mais faible acheteuse, je souligne le fait que j'ai fini par acheter l'album… Je te rejoins donc quand tu dis qu'il fait partie de ta bédéthèque idéale ! 🙂

    1. Le seul honneur à rendre est à Julie Maroh 🙂
      Etant bibliothécaire, j'ai le privilège d'acheter uniquement ce qui me plaît donc finalement, je ne suis pas un très gros acheteur non plus.
      Cet album ne fait pas encore partie de ma collection mais ça ne devrait pas tarder (avec Elmer que je ne sens pas trop mal non plus 🙂 )

  6. ah moi aussi , je suis content que mon commentaire ne sois pas passé en "indésirable" … formidable ^^

    Attention pour la lecture d'ELMER .. il fortement recommandé de ne pas prévoir un poulet au repas du midi qui suis la lecture !!!

  7. Bonjour à tous, j'ai eu la curiosité cet après-midi d'aller voir à la FNAC, et là je suis tombée sur cette BD "la bleu est une couleur chaude", ce qui m'a attirée en premier, c'est le titre du livre, ensuite, j'ai trouvé le dessin fort joli, et on va dire que j'ai feuilletée un peu le contenu, et je n'ai donc pu m'empêcher de lire presque toute la BD, qui , vraiment, m'a beaucoup plu !

    Je pense que l'auteur a voulu faire passer un message aux adolescents qui passent une dure période de leur vie, une période pleine de sentiments et de questionnement, et l'auteur leur dit donc de ne pas se soucier des moqueries d'autrui, de s'assumer tels que nous sommes et avec nos propres choix.

    Je pense que l'auteur a aussi voulu dessiner les traits de Emma avec un côté un peu garçon pour éviter justement le cliché "lesbiennes hot" (si vous voyez ce que je veux dire), car ici se déroule tout un univers de questionnement et d'amour très intéressant, vraiment je pense que j'envisage d'acheter cette BD par la suite :p

    Voilà =)

    1. Salut Aelawen,
      Merci de nous donner ton impression sur cette merveilleuse BD.
      Effectivement, comme je l'écris dans ma chronique, le côté militant de cette BD tient à la grande justesse de ses propos. Oui, il n'y a pas de volonté de donner dans le cliché mais bien de faire apparaître la normalité de l'homosexualité. Pas une tare mais bien simplement une histoire d'amour.
      Oui, c'est une BD à acheter et à partager avec tous.
      En tout cas, merci pour ce premier commentaire. Au plaisir de te revoir sur IDDBD 🙂

    2. Maiiis de rien, je suis pas experte en BD, mais je souhaite en apprendre beaucoup, parce que je préfère largement les BD aux mangas (sauf peut-être fairy tales et one piece mais c est tout), j'aime beaucoup le style de dessin de cette BD, aussi je vais peut-être m'acheter Maliki qui a l'air d'être rigolote 😀

      Au fait, si jamais vous avez des idées de scénarios de BD, je suis preneuse :3

      1. Ah moi des idées de scénar, non désolé mais si un scénariste passe par ici…
        Le Manga, c'est comme la BD, il faut trouver le style qui te correspond. One piece, Fairy Tales, c'est à 1000 lieu d'une auteure comme Kiriko Nananan par exemple. Tiens d'ailleurs, si tu as aimé Le Bleu est une couleur chaude, tu devrais peut-être essayer Blue de cette mangaka.
        Maliki c'est rigolo, ça tourne un peu en rond mais c'est assez sympa. Tu peux également essayer l'immeuble d'en face de Vanyda.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *