Chronique | Paul au parc (Michel Rabagliati)

Dernière étape de nos chroniques de rentrée consacrés aux albums de La Pastèque, voici le dernier opus de la série phare de l’éditeur : Paul au parc de Michel Rabagliati.

La touche québecoise

Depuis 1999 et Paul à la Campagne, l’auteur québécois raconte les pérégrinations de son alter-ego de papier. Cet anti-héros a presque tous les visages de la vie, passant, d'un album à l'autre, du stade de l’adolescent boutonneux à celui d’adulte accompli. Pas vraiment de transition ni même de logique dans cet exercice mais des petites touches qui peignent l'existence sans détour. Des fâcheries aux grandes rencontres, des moments fondateurs aux drames du quotidien, Paul c’est une vie ordinaire raconté d’une façon… ordinaire. C'est vrai, le dessin de Michel Rabagliati est effectivement très simple mais il n’en demeure pas moins d’une extrême rigueur. Maisons, quartiers, paysages, personnages, tout est graphiquement très cohérent. Un trait souple, des cases aérés, un rythme régulier et une espèce de joie de vivre qui irradie ses pages. Une joie communicative que je trouve assez propre à la bande dessinée québécoise. Comment ? Les québécois auraient-ils une façon particulière de faire de la BD ? Bonne question. A l'aune de mes lectures récentes (et moins récentes), je me hasarderais à répondre par l'affirmative. Je n'ai pas vraiment d'éléments, juste l'impression d'une réelle fraîcheur due peut-être à une absence totale de prétention, une volonté de prendre la vie avec légèreté et surtout,  une capacité d'autodérision rare dans notre vieille Europe. Résultat, sous couvert d'une fausse légèreté, de nombreuses émotions (positives et négatives) passent dans leurs productions. Personnellement, j'adore.

La vie, la voix

Tout est là. Le dessin de Michel Rabagliati, une sorte de réalisme naïf, s’articule très bien avec l’écriture. Les deux éléments se répondent. Les récits de Paul ont une double voix : celle du souvenir symbolisé par le dessin et les dialogue - que l'on observe - et celle du narrateur, que l'on entend. Oui, on perçoit le son d'une voix à la lecture de ces albums. Que voulez-vous, j'entends la voix off de Michel commenter la vie de  Paul. C'est magique. J'ai l'impression de partager un moment d'intimité, comme si ce livre avait été écrit pour moi. Et puis comment imaginer un narrateur plus fiable ? Michel a vécu la vie de Paul puisque il s'agit d'une œuvre autobiographique. Conteur de sa propre vie, ses histoires frappent par leur fluidité. On passe, comme dans Paul en appartement, de la période des souvenirs à celle du temps présent avec grâce, humour et intelligence. Et toujours cette même recherche de simplicité, toujours cette volonté de nous raconter une histoire comme si elle était la plus extraordinaire du monde. Pourtant, si on passe en revue les albums, rien ne semble plus ordinaire que cette vie là. Dans Paul au parc, Michel Rabagliati raconte une courte période de sa jeunesse. Il évoque son passage chez les Scouts loin des clichés habituels. Il nous parle des camps d’été, les copains, les éduc'. Et pourtant, nous ne sommes pas dans Martine chez les Scouts ou Scouts toujours. Michel Rabagliati ne se limite pas qu’à ce simple épisode. Il élargit notre horizon en évoquant non seulement sa vie familiale mais aussi la réalité politique et sociale de la vie d’un jeune québécois moyen dans les années 70 : l’arrivée de la télé couleur, les mouvements indépendantistes… et les premières copines. La grande histoire rejoint la petite... comme dans la vraie vie. Résultat, le lecteur perçoit mieux les nuances... et c'est souvent ces détails qui font les belles histoires. Un seul conseil pour terminer : lisez Paul et soyez heureux ! A relire : la chronique "Les incomparables #1" consacré à Paul et... Atar Gull. A voir : l'interview pour l'exposition Paul à Paris (2010) A parcourir : le site de Michel Rabagliati et la fiche-album sur le site de La Pastèque
Paul au Parc (et tous les autres de la série pendant qu'on y est !) Scénario et dessins : Michel Rabagliati Éditions : La Pastèque, 2011

Public : J'aurais tendance à dire tout public sur certains albums mais... Pour les bibliothécaires : peut-on se prétendre bédéthécaire et ne pas avoir Paul dans ses rayons ? J'en doute. Une série tout simplement indispensable.

Une réflexion au sujet de « Chronique | Paul au parc (Michel Rabagliati) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *