Articles Tagged with

Kokor

Home / Kokor
Chroniques BD, Recommandé par IDDBD

Chronique | Supplément d’âme (Kokor)

Il est anonyme dans la masse, petit homme rondouillard, chapeau mou et petite valise, marchant dans les rues de Dublin. A première vue, on ne dirait pas qu’il vient de trouver une solution aux problèmes de ce monde. Un hasard, un message sur internet, une chaîne universelle qui grandit, des oiseaux sculptés qui envahissent les édifices, la girafe Sophie et surtout cette question qui résonne partout : qui a sauvé le monde ?

Les belles âmes

Supplément d’âme, dernier né du talentueux Kokor, auteur pour lequel nous ne cachons pas notre admiration, est une œuvre chorale. On commence par entendre la voix de notre héros anonyme, narrateur de cette histoire. Puis s’ajoute celle de Willie, une jolie artiste irlandaise et enfin, arrive Camille Desmoulins, un français venu travailler dans une grande firme internationale, divorcé. Trois voix – et voies – qui semblent bien distinctes au départ. Rien ne semble les lier.

 

Et pourtant, comme à son habitude, Kokor joue avec son scénario et son lecteur dans des pistes qui se croisent, où les éléments s’additionnent et s’enrichissent pour constituer au final une seule histoire. Supplément d’âme est un album construit comme cette fameuse solution pour sauver le monde. C’est une histoire multiple devenant unique, une cacophonie scénaristique se transformant par la magie de la bande dessinée en une fable humaniste. Cet album est une auberge espagnole… et irlandaise.

Il s’agit peut-être de sa plus grande faiblesse. C’est le pendant de la grande liberté de ton de Kokor. Plus que d’autres, il travaille souvent sur la corde d’une réalité contrariée, différente, jouant sur les interprétations. Evidemment, le lecteur apporte sa propre besace émotionnelle et Supplément d’âme aura des ressenties très différents selon le lecteur. Ainsi, de mon point de vue, cette histoire résonne d’une façon particulière mais certains d’entre vous resteront à la porte. Trop de symboliques, peu d’explications et un univers qui, par la force de choses, dérangera les plus cartésiens d’entre nous.

Insoutenable légèreté

Mais assurément, Kokor ne peut renier cet album. Il porte sa marque. On retrouve les éléments qui ont fait de Balade Balade ou des Voyages du Docteur Gulliver des albums à part dans le paysage de la BD. Cet auteur distribue de la légèreté avec délice. Et même dans les instants difficiles, il y a un éclat dans les yeux des personnages, une parole, une situation permettant de voir le bon côté de la vie. Quand les êtres courent après le temps, la solitude ou l’abandon permettent de réfléchir sur soi-même, de prendre ce temps qui manque, de penser au détail. Car dans cet univers, le moindre élément peut prendre une grande importance. Je ne dévoilerai rien de l’intrigue mais notre personnage solitaire est finalement bien entouré. Et je ne parle même pas de Willie et Camille

Dans cet esprit, Kokor écrit une histoire où l’insouciance traverse constamment les planches. Alternant moments de silences contemplatifs, dialogues surréalistes et réflexions sur notre rapport aux autres, Supplément d’âme en devient une sorte de fable universelle qui la rapproche un peu des œuvres de poètes comme Prévert, Tati ou Sempé. Si l’histoire se passe à Dublin, elle aurait pu se dérouler au Havre, Copenhague, Kyoto ou Johannesburg. Peu importe le lieu car la mise en scène, le côté clownesque des personnages, leur regard amusé sur les événements, le rire, l’esprit, tout est là pour raconter cette belle histoire. Nous n’avons plus qu’à nous laisser porter par un graphisme somptueux. J’ai lu beaucoup d’album de cet auteur et pourtant, j’ai été particulièrement surpris par ses planches. Non seulement, il livre un travail technique varié (classique, figuratifs, croquis) mais il multiplie les lieux (mer, ville, atelier, gratte-ciel, bureau, rue…) tout en créant des atmosphères très disparates par son travail sur la couleur. Depuis Les Voyages du Dr Gulliver, je reste particulièrement amateur de ses bleus. Et justement cette couleur, c’est le ciel et la mer, la liberté, le rêve… Assis face à l’océan, le personnage principal se noie dans l’azur en devenant homme-oiseau (selon Willie) ou homme-poisson (selon Camille) et nous emporte tous, lecteurs et personnages, avec lui.

En finissant cette chronique, je jette un œil aux paragraphes précédents. Encore une fois, je me laisse emporter par l’enthousiasme… mais quel bel album ! Kokor aime les fables humanistes, aime nous faire voyager dans son univers où même les choses graves ne le sont pas vraiment. Émouvant cet album est une grande réussite. Graphiquement, on joue ici dans la cour des très grands. En espérant que grâce à cette œuvre, Kokor son auteur gagne enfin la reconnaissance publique qu’il mérite depuis longtemps. En tout cas, on vous recommande ce Supplément d’âme !

A lire : la chronique de Mo’ et celle de Paka
A voir : la fiche album sur le site de Futuropolis

Supplément d’âme (one-shot)
Scénario et dessins : Alain Kokor
Éditions : Futuropolis, 2012 (19€)

Public : Ado-adulte
Pour les bibliothécaires : L’une de ses oeuvres les plus accessibles. Digne d’une bonne bédéthèque !

Chroniques BD

Chronique | Le commun des mortels (Kokor)

Petite information : Pour une fois, pas de synthèse KBD ce week-end. Ça me permet de vous proposer une chronique écrite depuis un temps certain mais dont la mise en page a été plus que compliqué. Rassurez-vous, KBD reviendra lundi ou mardi. Alors ce dimanche, c’est un rendez-vous avec Kokor !

La digue du nord est un restaurant abandonné au milieu d’une étendue herbeuse. Rien à l’horizon sinon du vent et une camionnette orange. A l’intérieur, Factotum Ladislas Quint (Qu’un ? Oui, mais le bon) entrepreneur en bâtiment chargé de la rénovation de l’hôtel. A son arrivée, il trouve Gus McKolette, un barman. Tous les deux ont été engagés par téléphone par un mystérieux propriétaire. Ils ont 1 mois pile avant l’inauguration. Ce jour-là, ils découvriront l’identité de leur énigmatique patron.

L’ouverture d’un livre de Kokor est comme une loterie. Parfois, le lecteur se retrouve un peu seul au milieu des pages, abandonné dans un univers impénétrable où rien ne résonne vraiment pour lui. Mais, quand la porte s’ouvre, quand par bonheur l’univers peint par Kokor se dévoile sous vos yeux et que vous y pénétrer sans peine, alors vous trouvez de véritables petits bonheurs de lecture. Ce n’est pas que son travail soit inconstant. Il est surtout d’une originalité propre qui le fait prendre naturellement vers des sentiers parallèles. Un peu en dehors de toutes modes ou tous courants de la BD, Kokor a son propre univers. Il suffit de regarder son graphisme pour le comprendre. A qui fait-il penser ? Personne ou si peu. Aujourd’hui si tant de jeunes auteurs sont parfois influencés par leurs aînées – combien, et même des très bons, sont clairement influencés par le traits de SfarKokor n’a pas de filiations évidentes.

Mais plus que son graphisme, il possède une façon bien particulière de raconter ses histoires, de faire dialoguer ses personnages. A l’image du Commun des mortels, il est capable de se faire côtoyer réalisme et onirisme dans un équilibre subtil. Dans cet hôtel oublié qui n’est pas sans rappeler un peu celui de Bagdad Café se joue un drôle de jeu s’éclairant à la toute fin de l’album… Et encore, la fantaisie déroutante de Kokor n’est jamais très loin. Les dernières images sont un hymne à la liberté avec dans un coin, toujours une mouette au loin dans un ciel bleu d’azur. Là encore, une marque de fabrique. L’esprit s’envole, le voyage commence.

Mais comme je vous le disais plus haut, il est parfois difficile d’entrer dans ce monde très personnel. Et pour cet album, ce fut plus  difficile que prévu. En fait, je l’ai commencé plusieurs fois sans dépasser les 5 ou 6 premières planches. Pour tout vous dire, je l’ai en ma possession depuis 2007… Oui parfois, il faut patienter pour profiter d’un livre. Quand on vous dit qu’il y a des moments pour profiter d’un livre ! Mais voilà, un soir, j’ai passé l’obstacle.

A ma décharge, l’atmosphère du Commun des Mortels est particulièrement oppressante. Pourtant, il n’y a pas d’agressivité, pas de morts, pas même une quelconque terreur. Nous sommes loin de l’ambiance d’un Ben Templesmith. Mais, malgré une introduction purement graphique qui laisse au lecteur de temps d’entrer dans ce monde, les premiers dialogues sonnent comme si un danger imminent allait advenir. Il ne nous reste plus qu’à attendre… Mais quoi ? Toutes ces questions en suspens sont le moteur de ce récit. Des réponses ? Elles sont à chercher dans les détails, dans le jeu subtil entre dialogues, dessins, couleurs et surtout dans la relation réussie entre les deux personnages… et même l’hôtel, ce troisième protagoniste qui semble posséder une vie propre. Mais Gus McKolette et Factotum Ladislas Quint ont tout pour réussir un bon couple de fiction : le petit gros et le grand maigre, l’excité et le flegmatique, le dur et le mou… On a déjà vu ça chez des comiques et des hommes politiques ! Mais, il convient de ne jamais se fier aux apparences avec cet auteur. Mais là, il est inutile d’en dire plus sinon que comme l’indique le titre, l’humain est au milieu de toute cette histoire, au milieu de toutes les œuvres de Kokor d’ailleurs.

Pour en revenir à la couleur – désolé je suis désordonné aujourd’hui – ces dernières sont particulièrement réussies. Elles apportent un réel plus au dessin de Kokor et sont bien plus qu’un élément graphique dans cette histoire. Je n’ai pas dis que je me taisais plus haut ? Bref, il utilise toute la palette offerte par la bande dessinée pour nous raconter son histoire.

Vous vous dites qu’encore une fois, je suis dithyrambique sur cet auteur. Et pourtant, j’en sors moins enthousiasme que d’habitude. Je n’ai pas beaucoup d’explications à vous donner. Cela rejoint un peu ce que j’écrivais en début de chronique. Kokor joue un jeu subtil auquel il faut accrocher. Sur Le Commun des mortels, j’ai trouvé que l’on tombait parfois dans une certaine monotonie, voulue par l’auteur certes, mais qui peut parfois paraître un peu longuette. Cependant, le travail est très fluide et une fois passé les premiers moments, le lecteur peut aisément se laisser porter jusqu’au bout. Avec 62 planches, le livre est également plus court que d’autres productions. Sur 120 ou 140 planches avec aussi peu de ruptures pour relancer la machine, je crois que j’aurais lâché rapidement. Là, ça reste acceptable. Après l’histoire n’a pas non plus la part de folie douce d’une œuvre comme Balade, Balade (qui reste pour moi sa plus grande réussite) ou le côté onirque des Voyages de Gulliver. Je suis moins emmené par ce genre de récit. Toutes mes remarques sont bien personnelles mais il faut vraiment prendre en compte le côté résonnance intime dans la lecture d’un livre de Kokor. Aimer ou pas, c’est toujours notre propos. Mais dans ce cas ce critère est essentiel, bien plus que pour un auteur prêt à prendre moins de risques.

Le Commun des mortels se situe dans la grande tradition des œuvres de Kokor. Toujours en équilibre entre rêve et réalité, on peut tout à fait être désarçonné par ce Bagdad Café de la bande dessinée. Maîtrisé comme souvent avec le travail de cet auteur, ce livre manque parfois un peu de rythme mais si les premières pages sont un peu difficile, la suite s’avère plutôt fluide. Que vous aimiez ou pas, Kokor ne risque pas de vous laisser indifférent. Au milieu de ce café, c’est bien l’humanité la plus importante.

A lire : la chronique de Mo’

Le Commun des mortels (one-shot)
Scénario et dessins : Kokor
Éditions : Vents d’Ouest, 2004 (13€)
Collection : Equinoxe

Public : Adulte
Pour les bibliothécaires : peut-être pas le plus essentiel des livres de Kokor.

Chroniques BD

Les voyages du Docteur Gulliver / Kokor

Les Voyages du docteur Gulliver – Livre 1 (scénario et dessin de Kokor, collection Equinoxe, éditions Vent d’Ouest, 2006)

Avec Miss pas touche de Hubert et Kerascoet, je pensais avoir trouvé mon album 2006 (attends David, c’est quand même très très bon…). Et bien non, encore une fois, j’avais parlé trop tôt ! Ayant retrouvé mes pleins pouvoirs d’internautes, je peux sans complexe vous faire part de mon second coup de cœur de l’année car oui je dois l’avouer le premier tome des Voyages du Docteur Gulliver est un petit bijou ! (marque déposée IDDBD). Après Frederik Peeters, Manu Larcenet et quelques autres encore, je crois que je viens de me découvrir un autre chouchou en la personne de Kokor.

L’histoire, libre adaptation du roman de Swift, est celle d’un petit médecin des pauvres dans une ville du bord de mer, rêvant d’aventures en contemplant l’horizon. Un jour, un capitaine de la marine royale lui ordonne de monter à son bord, il est tiraillé entre son désir de partir et sa femme… L’aventure commence…

A l’image de son fabuleux Balade, Balade, Kokor prend le temps de raconter cette fable en abordant des thèmes variés et surtout, en replaçant le héros de Swift au centre de l’histoire. L’aventure, oui certes, mais Gulliver est avant tout un homme, avec ses défauts et ses qualités. Critique vis-à-vis des dérives de son propre monde, Gulliver devient peu à peu l’interlocuteur idéal des habitants de Liliput. Hymne à la tolérance et au partage, à l’aventure et aux rêves, pamphlet contre la barbarie et les paradoxes de la « civilisation », Les Aventures du docteur Gulliver est un album sensible, doux et profond.

Quant au talent de Kokor, simplement remarquable ! Son dessin est toujours sympathique, sa mise en couleur basée sur des tons orangés et bleus est très sobre et il manie le flashback avec une facilité déconcertante, je dois bien vous avouer que j’ai encore été bluffé. Une belle adaptation qui apporte sa pierre à l’édifice du roman de Swift et surtout à la bande dessinée !

David Donnat

A voir : la présentation de l’album sur le site de Vents d’Ouest et quelques planches sur BDgest.com

A lire : une réflexion sur le rapport « littérature/BD » dans Marianne

A lire : le roman de Swift en ligne sur Wikisource

Privacy Settings
We use cookies to enhance your experience while using our website. If you are using our Services via a browser you can restrict, block or remove cookies through your web browser settings. We also use content and scripts from third parties that may use tracking technologies. You can selectively provide your consent below to allow such third party embeds. For complete information about the cookies we use, data we collect and how we process them, please check our Privacy Policy
Youtube
Consent to display content from Youtube
Vimeo
Consent to display content from Vimeo
Google Maps
Consent to display content from Google
Spotify
Consent to display content from Spotify
Sound Cloud
Consent to display content from Sound