Articles Tagged with

Jimmy Beaulieu

Home / Jimmy Beaulieu
Chroniques BD

Les aventures : planches à la première personne (Jimmy Beaulieu)

De 1998 à 2014, Jimmy Beaulieu, auteur important de la bande dessinée québécoise, a tenu des carnets. D’histoires au jour le jour, elles sont devenues peu à peu une véritable œuvre autobiographique témoignant de 20 ans de vie. Ou comment de Québec à Montréal en passant par Angoulême, le jeune Jimmy devint un  homme.

En 2012, Les Impressions Nouvelles, nous ont proposé un recueil des dessins érotiques issus des carnets de Jimmy Beaulieu, Le temps des siestes. En janvier 2015, elles réitèrent leur coup avec ce beau pavé de 350 planches regroupant les carnets personnels (accompagnées de pages inédites). Déjà publié en partie chez Mécanique Générale sous les titres Quelques Pelures, Le moral des troupes et Le Roi-cafard, c’est donc dans un même ensemble que nous retrouvons l’auteur du très très bon Comédie Sentimentale Pornographique (publié lui chez Delcourt en 2011). Au passage, je tiens à le remercier pour ce dernier titre. Car, grâce à ses mots-clefs bien sentis, il m’apporte un nombre de passage non-négligeable sur IDDBD. Je pourrais lui soumettre un certain nombre de futurs mots à retenir pour son prochain album s’il le souhaite. Merci le référencement intelligent…

Mais je digresse et je pense déjà avoir perdu quelques lecteurs. Et pourquoi n’aurais-je pas le droit aussi de raconter ma vie ? Après tout, ça ne marche pas si mal pour Jimmy Beaulieu. Il nous expose sa vie, sa famille, son départ de Québec la belle pour Montréal la gigantesque, son travail de libraire puis le lancement de Mécanique Générale (sa petite maison d’édition), ses premiers succès, ses premiers voyages en France et surtout, surtout sa vie sentimentale. Et qu’elle fut longue et compliquée durant des années ! Difficile d’être l’ami-confident (la pire des places) ou le presque-amant maladroit (vient juste après dans la hiérarchie des places à éviter).

Mais il me semblerait manquer de respect à l’auteur en vous gâchant la surprise par l’évocation des grands événements de son récit personnel. Car non, on ne dévoile pas la vie de Jimmy Beaulieu ! Il suffit de le laisser agir afin de se passionner pour cette existence à la fois normale et riche de rencontres, d’événements, d’échanges et de choix. Je ne sais pas si Jimmy Beaulieu est un québécois ordinaire  mais, à l’image du Paul de Michel Rabagliati (il est juste impossible de ne pas y penser en lisant cet album) on a juste envie de passer une soirée à refaire le monde en sa compagnie et de déménager pour la belle province.

Mais outre, les histoires parfois douloureuses, émouvantes, essentielles ou anecdotiques, c’est bien tout son talent d’auteur de bande dessinée qui transparaît dans ces planches. Jimmy Beaulieu possède un vrai sens du rythme, du cadrage ainsi qu’une aisance certaine pour évoquer en quelques mots ses pensées et impressions. Il laisse le domaine de l’impalpable, des sensations ou de la sensualité (les jolies filles de ses albums précédents n’ont pas disparues) à un graphisme liant figuratif, naïveté, réalisme et un bon soupçon d’érotisme. Le résultat est à la fois beau, émouvant et prouve à tous les amateurs de romans que l’imagination n’est pas tuée par le dessin (mon dieu que cet argument m’agace quand je feuillette cet album).

Pour terminer, je ne peux que vous recommander de plonger les deux yeux, le cerveau, les mains et tout ce que vous voudrez dans ce recueil d’histoires autobiographiques. Réalisées parfois après plusieurs années d’écart avec les événements racontées, elles montrent toutes la créativité d’un auteur québécois important et sa capacité à mettre en œuvre la force narrative de la bande dessinée. Plus qu’un documentaire nombriliste, il fait de son alter-égo de papier un nouvel antihéros à la fois touchant, drôle et parfois un peu stupide. Il est vraiment facile de s’identifier à ce personnage. A cet égard, il se situe au niveau d’un Michel Rabbagliati ou d’une Julie Doucet, autres grands fleurons de la BD francophone outre-atlantique. BD, Québec, qualité… Pas mieux.

Je remercie Les Impressions Nouvelles pour cette redécouverte.

Les aventures : planches à la première personne (one-shot)
Scénario et dessins  : Jimmy Beaulieu
Editions : Les Impressions Nouvelles, 2015 (25€)

Public : Adulte
Pour les bibliothécaires : Complète bien les albums précédents de Jimmy Beaulieu.

Chroniques BD

Chronique | Comédie Sentimentale Pornographique

scénario et dessin Jimmy Beaulieu (Québec)
Editions Delcourt (2011)
Collection Shamphooing
Public : Adultes
Pour les bibliothécaires : un très bon album d’un auteur québécois. Pas essentiel dans un fonds moyen.

Histoire de Q

Je ne partage pas vraiment l’enthousiasme des foules sur le retour de la BD érotique. C’est vrai que  ça revient à la mode, d’ailleurs même les éditeurs de BD bien commerciales vendues chez Carrefour entre les légumes et les pots de haricots verts (bios de préférence) s’y sont récemment remis… Comme quoi les popotins, ça marche toujours.
Bref, c’est vous dire, si le titre « Comédie sentimentale pornographique » ne me donnait pas franchement envie de découvrir pour la première fois l’œuvre du québécois Jimmy Beaulieu.
Mais ne cherchez pas, en ce moment je suis difficile.
La preuve, j’avais tord.

Comédie Sentimentale Pornographique est même une très agréable découverte. Je ne sais pas dans quelle mesure Jimmy Beaulieu a été influencé par la « Nouvelle BD » européenne mais une chose est sûre, son album entre dans la droite ligne éditoriale de la collection dirigée par Trondheim. On retrouve un trait faussement simpliste, très énergique et expressif. Jimmy Beaulieu fait surtout preuve d’un réel talent d’écriture. Il fait cohabiter deux histoires qui ont uniquement deux points communs : une femme et un livre. La femme c’est Corrine, petite amie de Louis Dubois, réalisateur de film pour l’argent et auteur de BD pour le plaisir. Tous les deux sont fans des romans de Martin Gariépy, lui-même amoureux d’une lesbienne nommée Annie qui est en fait l’ex de …. Corrine ! Ah oui, j’oubliais, Louis quitte Montréal pour s’affranchir de la civilisation dans un hôtel perdu (qu’il vient d’acheter) d’une région perdue.

Comédie sentimentale pornographique est donc une suite de scènes et une série de portraits liées par ces hypothétiques fils rouges que sont l’amour, les souvenirs, les fantasmes, une sexualité très assumée. Mais ici, le sexe n’est pas bardé de toute moralité ou immoralité. Il est vécu bien simplement, à la fois comme plaisir, dialogue et terreau de créativité. En fait, l’album est bien plus « érotique » que « pornographique ». Car la créativité est aussi un thème récurrent de cet album. Entre l’écrivain et le dessinateur, l’un se nourrissant du souvenir fantasmagoriques de la petite amie de l’autre, la différence n’est finalement pas si grande. La présence d’un extrait du roman écrit par Martin à chaque début de chapitre fait écho à l’une des scènes où Louis parle de son travail à Corrine.

Je ne résiste pas à vous retranscrire le dialogue :

–    Sérieux ! J’comprends pas pourquoi tu t’entêtes à faire un nouveau livre ! T’en as déjà fait 10000 !
–    Pffff ! C’est du dessin ! ça intéresse personne! Les gens veulent qu’on leur raconte des histoires!
–    Mais c’est super beau !
–    Beau, beau… on s’en fout que ce soit beau… il y tellement plus que ça dans le dessin quand on a appris à regarder au-delà de la surface.

Si au début de l’album on se dit : où va-t-on ? On se laisse entrainer peu à peu par ces vagues de sentiments et de situations contradictoires. C’est très plaisant de parcourir les envies et les sentiments de ces personnages. Et pour reprendre les propos de Louis, sous le vernis du dessin érotique on trouve une grande pudeur chez des personnages auxquels on s’attache très rapidement. Si tous ont des manières différentes de chercher, tous sont en quête de sens  par l’écriture, l’isolement ou l’amour.

Pour conclure, Jimmy Beaulieu rejoint la longue liste des auteurs de BD québécois que je relirais avec plaisir ! Avec Comédie sentimentale pornographique, il signe un album d’une extrême finesse où vulgarité et voyeurisme sont complètement absents. Un très bel album où poésie et onirisme règnent en maître. Merci à Babelio et à leur opération Masse Critique de m’avoir fait découvrir cet album !

A découvrir : le blog de Jimmy Beaulieu

A lire : la chronique de Sud-Ouest

A lire : un entretien (rapide) avec Jimmy Beaulieu

A noter : cette chronique a été faite dans le cadre de l’opération Masse Critique de BabelioCliquez ici pour voir les autres critiques sur cet album

Privacy Settings
We use cookies to enhance your experience while using our website. If you are using our Services via a browser you can restrict, block or remove cookies through your web browser settings. We also use content and scripts from third parties that may use tracking technologies. You can selectively provide your consent below to allow such third party embeds. For complete information about the cookies we use, data we collect and how we process them, please check our Privacy Policy
Youtube
Consent to display content from Youtube
Vimeo
Consent to display content from Vimeo
Google Maps
Consent to display content from Google
Spotify
Consent to display content from Spotify
Sound Cloud
Consent to display content from Sound