Archives par mot-clé : Akata

Zéro pour l’éternité (Hyakuta & Sumoto)

A la mort de leur grand-mère, Kentarô et Keiko apprennent la vérité : leur véritable grand-père était pilote de chasse dans l’armée japonaise durant la seconde guerre mondiale. Il est mort dans une opération kamikaze. Keiko demande à son frère de se lancer sur la piste de cet aïeul dont ils ne connaissent rien. Une occasion pour Kentarô désabusé par des échecs successifs à un concours de la magistrature de retrouver et de faire parler les vétérans qui ont bien connu Kyûzo Miyabe. Lâche ou héros ? Le jeune homme va trouver bien plus que des réponses. Continuer la lecture de Zéro pour l’éternité (Hyakuta & Sumoto)

Père à feu

Un drôle de père : 5 volumes parus (scénario et dessin de Yumi Unita, Delcourt, Akata Collection Johin, Série en cours)

Daikichi a 30 ans. Célibataire malgré lui, il n’est pas franchement le Don Juan qu’il espérerait mais il fait avec. Le jour où son grand-père décède toute sa famille fait la connaissance de Rin, 6 ans, fille caché du grand-père et donc demi-tante de
Daikichi !  Deux grandes questions se posent alors : où est sa mère et qui va s’en occuper ?
Alors, à la grande surprise de ses parents (et de à la sienne), il prend une décision inattendue :  s’occuper de la petite fille. Et comme dirait l’autre : c’est pas gagné.

Voici un série bien sympa à la fois drôle et émouvante, comme peuvent l’être
les films, séries télés, romans et autre sur le thème de la création d’une relation particulière entre enfants et adultes. Les deux parties se regardent au début, font des erreurs et bien entendu apprennent l’un de l’autre. Voici un moteur de scénario bien simple mais qui marchent même s'il faut alors un peu de finesse pour éviter l’écueil d’un sentimentalisme niais.

Heureusement, Yumi Unita l’évite avec beaucoup de talent. Certes, Un drôle de père ne succédera sûrement pas à NonNonba au palmarès d’Angoulême, mais ce manga tranche de vie est d’une grande qualité. En effet, la mangaka sait rendre l’émotion de ses personnages, non pas à l'aide de grands discours ou de plans complexes mais par des situations et des petits détails. Le choc dans la petite vie de
Daikichi avec la venue de cette petite fille est merveilleusement bien exploité. Crèches, vêtements, télévision, organisation, travail : tout est sujet à interrogations et/ou à paniques. Si les événements s’apaisent parfois, chaque chapitre est prétexte à des situations nouvelles, tout en maintenant un scénario cohérent et prenant. En ajoutant quelques mystères sur le passé de la petite fille, Yumi Unita invite un peu plus son lecteur à la suivre dans cette histoire.

Et on y croit ! Car les personnages sont très bien rendus :  Daikichi en faux grand dadais se révélant face à ses obligations et Rin en petite fille pas tout à fait comme les autres avec son apprenti-papa.

En septembre 2009, le tome 5 a marqué un tournant dans la série car 10 ans ont passé. Rin a 16 ans et avec l’adolescence, de nouvelles situations encore plus rocambolesques risquent de voir le jour pour (je l’espère car je ne l’ai pas encore lu) le plus grand plaisir des lecteurs !

Un drôle de père est donc une série à lire pour se faire plaisir, à mettre dans les mains des jeunes parents (ou pas) et des vieux fans de Punky Brewster… Et il y’en a encore !

A voir : la page sur le site Delcourt/Akata

Les Vents de la colère : Contestation

Les vents de la colère – 2 volumes (dessins et scénario de Tatsuhiko Yamagami, Delcourt, Akata) Publié en 1970 au Japon, Les Vents de la colère est considérée comme une œuvre culte pour toute une génération. Elle raconte l’histoire de Gen Rokkoji, jeune homme d’une classe élevée, fils de Général et frère d’officier. Malgré son éducation, ce dernier ne se reconnait pas dans les idéaux patriotique de sa famille et n’oublie pas le passé noir de l’histoire du Japon. Mais, quand un de ses camarades de classe se fait abattre sous ses yeux, la réalité de la société dans laquelle il évolue le rattrape... ainsi que des secrets d’états assez peu avouable… Profondément inspiré par son époque, Tatsuhiko Yamagami profite des (més)aventures de son personnage pour dresser un violent brûlot anti-gouvernemental. Le contexte historique est remarquablement bien expliqué dans les pages supplémentaires de l’édition Delcourt. Œuvre pacifiste, éminemment politique, trouvant sa source dans les mouvements contestataires de la fin des années 60, Les Vents de la Colère peint une société totalitariste, cynique, oublieuse de ses valeurs, de son histoire mais aussi (et surtout) pantin à la solde des pays occidentaux (des Etats-Unis pour ne pas les nommer). Pour cette oeuvre dérangeante et visionnaire, son auteur reçut quelques menaces de la part de mouvement d’extrême-droite, preuve qu'il touchait juste. Si le dessin a subit les affres du temps, l’histoire n’en demeure pas moins forte, choquante, cruelle et dramatique. Bref, nous avons un chef d’œuvre entre les mains, un hymne à la liberté qui n’est pas sans rappeler Gen d’Hiroshima ou même, dans une certaine mesure, un V pour Vendetta. Pour finir, les premiers mots du livre : Passé, présent, futur… Amusants ces mots… Mettez-les dans l’ordre qu’il vous plaira. Ca ne change rien à leur signification. A lire : l’article sur ActuaBD

Heads

(scénario de Keigo Higashino, dessin de Motorou Mase, éditions Delcourt manga) Et non, vous ne rêvez pas : encore un manga sur IDDBD ! Notre cher professeur Sintès (tous les dimanches sur IDDBD) va encore s'étrangler de rage mais tant pis, nous prenons le risque... Heads est un manga comme on les aime ici : pas de saut périlleux avant, pas de saut périlleux arrière, pas de ninja ni de bestioles électriques, pas de combat d'êtres venus d'un autre univers. Comme son titre l'indique (pour les anglophones), dans Heads, tout se passe dans la tête. Laquelle ? Celle de Jun-Ichi, un jeune homme gentil, timide et simple... "Employé modèle, il aime la vendeuse d'une papeterie, la jolie Megumi. Décidé à vivre avec elle, Jun-ichi pousse un jour la porte d'une agence immobilière pour louer l'appartement de leurs rêves. Malheureusement, il se retrouve coincé dans un hold-up. Une détonation éclate et le jeune homme s'effondre, une balle dans la tête. Un mois plus tard, Jun-ichi se réveille dans une chambre d'hôpital. Une opréation d'un genre nouveau vient de le sauver, miraculeusement. Pourtant, son calvaire ne fait que commencer car quelqu'un s'est installé dans son cerveau..." Alors ? Tenté ? Si vous avez aimé Monster qu'IDDBD vous recommandait il y a quelques semaines, vous aimerez Heads. D'autant que cette série est publiée en quatre tomes : donc pas d'excuses pour ne pas vous y mettre. Bonus track : à la fin du quatrième tome, vous pourrez lire trois histoires supplémentaires (de courtes nouvelles graphiques) de Keigo Higashino (toujours au scénario) et Motorou Mase (toujours au dessin). A lire : les fiches-albums sur le site manga des éditions Delcourt