Chronique | Légendes de la Garde T.2 Hiver 1152 (Petersen)

Après un automne qui a vu l’un des leurs se rebeller et tenter de prendre le pouvoir, la Garde est soumise aux rigueurs de l’hiver. Alors que les stocks de vivres et de médicaments s’épuisent, Gwendolyn, la matriarche, décide d’envoyer des émissaires dans les cités du Territoire dont la Garde assure la sécurité. Un voyage long et difficile attend les valeureux soldats, surtout quand ces derniers sont… des souris ! Légendes de la Garde est un subtil mélange d’influences variées, une cuisine dont les ingrédients sont connus de tous. Il nous permet de nous exclamer « Ah ! Tiens il y a comme un goût de… ». Mais, comme par enchantement sorti d’un chapeau d’archimage, on ne trouve jamais véritablement la recette qui rend cette lecture pourtant unique. Tentative de décryptage.

La mini fantasy

Tout au long de ma lecture de ce second volume (et je n’avais même pas lu le premier), j’ai convoqué tour à tour la Garde de la Nuit du Trône de Fer avec sa fantasy-réaliste (sans vraiment de magie), la dimension épique d’un Tolkien ou d’un Robert E. Howard (Conan), l’anthropomorphisme poétique d’un De Capes et de Crocs ou celui plus sérieux d’un Blacksad. Bref, Légendes de la Garde c’est un peu tout ça… mais pas complètement. Au milieu de tous ces grands noms de la BD et de la littérature, les vaillantes petites souris se sont frayées un chemin dans la neige de cet hiver 1152 et dans mon esprit de bédéphile amateur de fantasy. Moi qui pensait qu’il en faudrait beaucoup pour m’émerveiller de nouveau pour ce genre malmené par le marketing. Mais comment David Petersen a-t-il réussi à me passionner pour des êtres de 4 cm de haut (pour les plus grands) affrontant des hiboux ? Ça le fait quand même un peu moins que des dragons ! Nous pourrions évoquer la transformation des protagonistes habituels. En effet, adieu les humains, elfes, orcs, nains, dragons pour souris, lièvres, belettes ou chouettes. Approche originale qui apporte un regard neuf sur le genre et relativise la portée « épique » des exploits. Mais après tout, ces héros n’ont-ils pas autant de mérite à affronter des « monstres » de notre quotidien ? Assurément, leur courage nous parle sans doute davantage. Mais il serait idiot de limiter la qualité de cette série à cette simple transposition qui s’avère surtout importante pour mettre en avant l’essence même de ce style de littérature. Je ne vais pas reprendre ce que j’ai pu écrire plusieurs fois (cf la synthèse d’ouverture du mois heroic-fantasy sur KBD) sur la relative dégradation de la qualité de ces récits en BD. David Petersen ne cède aucunement devant la demande « gros bill ». Ici, pas de grosses épées, ni de filles dénudées (tout le monde est à poil mais ça reste soft…). Non, l’importance est dans le récit lui-même, dans son déroulement et dans l’interaction des personnages avec l’univers créé.

Univers et héros

Un univers auquel on croit immédiatement grâce à la grande qualité graphique de l’auteur. Son trait réaliste lorsqu’il dessine des décors bourrés de détails donne une grande force aux attitudes humaines de ses personnages souris. Il suffit de regarder Celanawe, le vétéran de la Garde, en couverture pour s’en persuader : droit, attentif, fort devant la tempête, un charisme, une présence… Cette grande qualité graphique est renforcée pour le sens de la composition de David Petersen. Il ouvre ses cases sur des paysages, donne du rythme en changeant sans cesse ses angles de vue.  Cette approche presque cinématographique permet de percevoir le Territoire dans toute sa diversité. Dois-je aussi parler de la couleur souvent somptueuse ? Non ? Alors je continue. Dans la recette de la fantasy, développer un bon univers est essentiel. Mais cela ne suffit pas pour réussir son plat. Il faut également ne pas prendre son lecteur pour un imbécile. Et là, devant la banalité de l’histoire on se dirait presque dommage. En effet, c’est une histoire de base pour rôliste débutant (ou maître de jeu fainéant) : aller d’un point A à un point B et revenir à A dans un temps limite. Mais on tombe de nouveau dans le piège. Légendes de la Garde reprend certes un schéma classique de la quête, une narration déjà utilisée dans des œuvres comme La Quête de l’Oiseau du temps ou Légendes des Contrées Oubliées, mais comme dans ces derniers les rebondissements sont nombreux et le rythme ne baisse jamais. L'auteur s'amuse à détourner le classique pour nous emmener un peu plus loin. Cette histoire tient tout autant au charisme de ses personnages qu’à son scénario. Là encore, nous avons les figures classiques : le soldat intrépide, le stratège, le sage, le jeune premier et le vieux briscard… bref de quoi voir venir. Mais là encore, nous sommes pris dans la quête générale et personnelle de ces personnages. Chacun devra vaincre ses démons, chacun trouvera une grâce dans leurs errances et le danger. Mais c’est à ce moment que je m’arrête car finalement, à trop réfléchir à cet album, on commence à se poser trop de questions. Peut-être est-il juste nécessaire de se laisser porter plus loin, dans les contrées du Territoire, de se laisser porter par les chroniques des scribes et les chants des héros. C’est beau et ça nous suffit. Réussi Légendes de la Garde ? Clairement ! Et pourtant, j’ai entamé ma lecture par le second volume. Un série réunissant tout les poncifs de l’heroic-fantasy mais qui réussit à les dépasser avec beaucoup d’élégances. Un récit de très grande qualité graphique et narrative qui ne se perd jamais dans la facilité même s’il reste très simple. A lire pour les amateurs du genre, une porte ouverte pour les autres. A lire : l’avis de Theoma et d’Emmyne A voir : le site officiel
Scénario et dessins : David Petersen Édition : Gallimard (2011), 20€ Titre original : Mouse Guard - Winter 1152 Édition originale : Archaia Entertainement (2009) Public : Jeune public et + Pour les bibliothécaires : Essentiel, un livre référence dans ce genre là. Les livres d'HF de qualité pour le jeune public sont suffisamment rare pour ne pas passer à côté. A noter : cette série a reçu deux Eisner Awards en 2008
 

12 réflexions au sujet de « Chronique | Légendes de la Garde T.2 Hiver 1152 (Petersen) »

  1. J'ai aussi été particulièrement séduit par la série, en m'enfilant les deux tomes à la suite. Il y a dans l'oeuvre un vrai souffle épique.

    J'en avais rédigé une petite chronique en début d'année:
    http://bulles-et-onomatopees.blogspot.com/2011/02
    Mais, au final, tu l'as lu ou pas le premier tome (tu sembles dire l'inverse dans ton dernier paragraphe)? Si ce n'est pas le cas, fais-le, ça vaut vraiment le coup.

    1. Merci pour l'info.
      C'est vrai que c'est difficile de résister à cette série quand on est amateur d'HF. C'est vraiment très réussi !
      Non je n'ai pas (encore lu) le tome 1 mais c'est prévu. J'ai glissé dans mon dernier paragraphe mais c'est réparé.

  2. J'adore ton billet, très précis ( et drôle ) autant que j'ai aimé cet album, série découverte aussi par ce tome. " A lire pour les amateurs du genre, une porte ouverte pour les autres." Cette dernière phrase est juste parfaite !

    ( et puis, au moins, cette fois, je ne note rien -)

  3. Non mais qu'est ce que c'est que ce binz !! Pas besoin de passer à la lecture, on ne va pas s'écharper (c'est quoi ce terme ??) parce que je vais aimer

    Mais si tu veux du fight, je t'en donnes :

    – "Oups j’avais oublié… Bon déjà tu as celui-ci ^^" => participation non validée, Erreur 404 : not found ! reportez-vous aux conditions de participation chez l'hébergeur de liens (ma pomme) qui précise 1/ on signifie que l'échange de liens est consenti (= un picto Roaarrr) et 2/ on vient me dire qu'on participe. Non mais… j'ai déjà pris "Le corbac" mais c'était limite limite ^^

    Ok, je sors… mais tu voulais du fight, je t'en offre sur un plateau

    (très constructive mon intervention, mais ça fait du bien :lol:)

  4. Ah, oui, c'est passé chez Theoma … même qu'il y avait de la neige sur les planches montrées !!!

    bon, merci du rappel, cette fois je le note !

    PS , et attention aux "fight" de Mo', c'est qu'elle se défend bien la bougre ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *