Archives par mot-clé : Tronchet

Tronchet,… Côté clairBD

Là-bas (dessins de Didier Tronchet, scénario d'Anne Sibran. Dupuis. Collection Aire Libre) Jour de marché à Alger. Un homme traverse la foule. Une voiture noire passe. Des tirs. Un seul survivant : Alain, petit français d'Algérie épargné par l'OAS juste pour sa couleur de peau. Il est pourtant d'ici, tout comme les autres. Mais voilà, sa femme enceinte, sa mère et sa soeur sont déjà en France, juste le temps que les choses reviennent "à la normale", comme avant quoi ! Et finalement, un matin son ami Rachid, un copain d'enfance, lui annonce : "Alain, ils ont ton adresse au FLN. Demain, tu es sur leur liste." C'est l'heure de partir là-bas, en France. Tronchet côté clair, c'est le soleil d'Alger et la nuit parisienne, c'est la vie, ses peines et ses souvenirs, ce sont des mots mis en image. Les mots de Bleu figuier, le roman d'Anne Sibran (sa compagne dans la vie) racontant l'histoire de son père et du déracinement d'une communauté devenue étrangère où qu'elle aille. Voici un album tout bonnement formidable. Anne Sibran, dont le talent d'écriture est remarquable, signe une histoire à la fois émouvante, drôle et pathétique. Elle délivre, à partir d'un cas particulier, un message quasi-universel mêlant amour, dégout, peine, nostalgie, rêve et tant de sentiments qu'il est difficile de tous les écrire ici. Ce message est relayé avec talent par un Tronchet simple dessinateur (et grand adaptateur) au sommet. Sous une sobriété de façade (un dessin propre, une mise en page simple) et sa mise en couleur jouant sur les tons chauds et froids, Tronchet donnent une contenance et une sensibilité au récit. Mais rien n'est laissé au hasard. Les mots et les personnages sont à leur place pour donner toute sa puissance au récit d'Anne Sibran. Entre nous, j'ai mis presque deux heures à écrire cette chronique. Mais même maintenant, j'ai l'impression d'affadir cet album magnifique gorgé d'amour et de mélancolie. Simplement beau ! A lire : la chronique de BDParadisio A découvrir : le premier chapitre de Bleu Figuier sur le site de Grasset

Tronchet… Côté obscur

Houppeland 2 volumes ou édition intégrale (scénario et dessins de Didier Tronchet, collection Aire Libre, éditions Dupuis)

Imaginez un Noël perpétuel. Foie gras, dinde au marron, réveillon, blagues et cadeaux tous les soirs ! Un bonheur ? Pas si sûr… encore moins si vous vous trouvez à Houppeland.

Dans ce diptyque de la collection Aire Libre, le très fameux créateur du très ridicule Jean-Claude Tergal pousse le rire jusqu’à la jaunisse en mélangeant un conte de Noël et 1984 de Georges Orwell.

C’est en suivant Marcel, simple citoyen de la république de Houppeland, que l’on découvre cette société terrifiante peuplée de pères noël armés, surveillée par la fascisante brigade des joyeux drilles et dotée d’un esprit de Noël à faire pâlir les épisodes sombres de la France des années 40. Dans ce monde de joie institutionnelle, il est finalement assez facile de sortir du rang. Par amour mais aussi par tout un tas de quiproquo ridicule, Marcel devient La-queue-du-mari : l’ennemi public n°1…

On connaissait déjà l’humour très caustique de Tronchet mais avec Houppeland, il passe d’une gentille méchanceté à une authentique et violente caricature du genre humain. Peuplés de lâches, de suiveurs, de traitres ou de faux donneurs d’espoirs capable d’accepter l’inacceptable, de marcher derrière n’importe quel dirigeant atteint d’une quelconque lubie ou de participer aux exactions d’un pouvoir totalitaire, les deux albums de Houppeland ne ratent jamais l’occasion de nous rappeler les travers possibles de notre petit confort et de nos réjouissances obligatoires (ah ! les corvées… pardon les cadeaux de Noël !). Tout cela sous le couvert d’un humour toujours très décalé allégeant la lecture sans en ôter l’acidité du discours.

Bref, pour ceux qui doutait encore du talent de conteur d’histoires de Tronchet, où si vous n’avez jamais lu que les Jean-Claude Tergal, découvrez donc le côté obscur d’un auteur qui m’a souvent fait pleurer de rire. Une histoire politiquement incorrecte tirant à boulet rouge là où ça fait mal…et ça fait du bien !

A découvrir : le projet d’adaptation cinématographique.