Archives par mot-clé : Shojo

Chronique | Blue (Kiriko Nananan)

Kayako, lycéenne japonaise, aime contempler la mer après les cours. C’est un moment de solitude qui lui permet de s’évader. Un jour, Masami l’accompagne et partage cet instant. C’est ainsi que naît entre les deux jeunes filles une amitié étroite qui se transforme peu à peu en amour… et en difficulté. Quand avec l’équipe de KBD, nous avons décidé de consacrer un mois entier au manga d’auteur, le nom de Kiriko Nananan est apparu immédiatement comme une évidence. Les discussions ont vite tourné court.  Sous cet étrange pseudonyme se cache en effet l’une des auteures les plus intéressantes et douées de sa génération. La présence de Blue en 2004 dans la sélection d’Angoulême n’est en aucun cas un hasard. Pour ma part, je pensais l’avoir déjà chroniqué ici, c’est une erreur que je rattrape aujourd’hui avec le plaisir d’un fin gourmet car depuis ma lecture (à sa sortie) c'est un album que je n'ai jamais perdu de vue.

Traits et contrastes

Évoquer Blue et son auteur, c’est parler d’un trait singulier, qui, à l’époque, met une grosse claque aux idées reçues sur le manga. Je me souviens des critiques en 2004 concernant la BD japonaise : remplissages et copies de Tezuka. Alors est sorti Blue, avec un simple trait noir sur une feuille blanche. Une simple ligne décrivant dans le même élan les émotions et les visages, les lieux et les absences. Un simple trait et un univers qui s’ouvre, tout en plan rapproché où la différence se fait par d’infimes détails obligeant le lecteur à s’arrêter pour contempler, à lire l’image et à accepter ce vide qui est aussi parlant que le délicat contour d'un visage. Le graphisme de Kiriko Nananan est tout en contraste, jouant sur les oppositions pour donner une véritable unité. C'est un sous-texte graphique bien plus parlant que mille discours, un anti-ligne claire de la BD européeene. Ici, le détail est oublié, enlevé de l’espace et seul sont conservés les éléments importants : le corps, les attitudes et les visages. A l’aide de ce graphisme, Kiriko Nananan se concentre exclusivement sur son propos.

Fragments universels

Kiriko Nananan aime décrire la jeunesse japonaise dans ses travers et ses petits penchants, c'est le leitmotiv de ses œuvres (Everyday, Strawberry Shortcakes). Mais les albums suivants sont loin d'atteindre le niveau de Blue. De mon point de vue, cet album atteint la qualité narratives des grandes œuvres littéraires en étant capable de rendre une minuscule histoire universelle, d'appeler les sentiments enfouies en chacun par l'intermédiaire de personnages qui nous semblent étrangers. En effet, si l'on fait le parallèle avec le Bleu est une couleur chaude, le fabuleux album de Julie Maroh, il n’y a pas de militantisme dans l’œuvre de Kiriko Nananan mais une volonté de présenter la jeunesse japonaise sous un autre regard. Ici la « différence » est poussée jusque dans le propos et par bien des aspects, Kiriko Nananan montre tout comme son homologue européenne  la simplicité et la beauté du sentiment amoureux. Qu’il soit homosexuel ne change presque rien à l’affaire. L’équilibre et le déroulement du récit sont parfaitement maîtrisés. On ne peut pas parler de rythme, juste d'une continuité qui fait entrer peu à peu dans la profondeur des personnages. Cette impression est renforcée par des cadrages de plus en plus resserrés sur les visages et une silence de plus en plus sourds. L’histoire se déroule alors dans un naturel désarmant, nous amenant vers une conclusion  à la fois simple, digne et touchante.

Un manga littéraire

Attention cependant, Blue n’est pas un shojo/yuri fleur bleue (sans jeux de mots). C’est une œuvre littéraire et cette grande qualité a ses exigences. Pénétrer dans l’univers de Kiriko Nananan vous demandera une concentration dans la lecture. En effet, si le dessin n’est que traits, contrastes et détails subtils, il n’aide pas forcément dans l’identification des personnages. Surtout quand ceux-ci changent de noms au cours du récit. En fait, ils n'en changent pas, on passe d'un niveau de langage à un autre. Savez-vous que les jeunes japonais s’appellent par leurs noms de famille dans la vie courante et qu’ils n’adoptent le prénom qu’en cas d’amitié forte ou d’intimité ? Non, et bien retenez-le ça pourra vous servir ! Mais plus que tout, l'essence profonde du récit ne vous sera pas donné. Il est possible de se laisser porter par la finesse de la poésie mais la subtilité du propos nécessite une interprétation constante, signe à mon goût d'une œuvre majeure respectant son lecteur mais qui pourrait en laisser quelques uns à la porte Blue n’est pas une œuvre tout à fait comme les autres. Tout en subtilité, le travail de Kiriko Nananan se situe  dans la continuité d’auteurs comme Kyoko Okazaki ou  Kazuo Kamimura. Ce manga fait partie des plus belles oeuvres que j'ai eu l'occasion de lire, simplement majeure.
scénario et dessins : Kiriko Nananan Édition : Casterman (2004 pour la 1ere édition) Collection : Sakka (1ere édition) / Écritures (2e édition) Édition originale : Magazine House (1996) Public : Adolescents-Adultes Pour les bibliothécaires : Indispensable. Devrait déjà être considéré comme un classique
PS : Rien à voir, mais spéciale dédicace à la nouvelle petite membre de l'équipe KBD. Elle signera sa première synthèse à l'horizon 2030 !

Chronique | Le jeu du chat et de la souris

Jeu_du_chat_et_de_la_sourisscénario et dessins de Setona Mizushiro 2 volumes (série terminé ??) Editions Asuka, 2010(collection Shojo) Edition originale Shogakukan, 2009 Public : adulte de + 18 ans Pour les bibliothécaires : un très bon Yaoi, série à avoir dans son fonds (malgré des scènes très explicites)

Petit jeu entre amis

Le manga, c’est autant de genres que de catégories de personnes. Le manga, il y en a pour tous les goûts : le seinen pour les adultes, le josei pour les femmes, le gekiga pour les amateurs de romans graphiques, les shonen pour les garçons, le shojo pour les filles… Et puis il existe encore des sous-catégories comme le yaoi et le yuri… Question à deux euros cinquante : c’est quoi ? Les œuvres traitant de l’homosexualité, féminine avec le yuri, masculine avec le yaoi. Si j’ai eu l’occasion de lire et de vous parler de yuri avec notamment l’excellentissime Blue de Kiriko Nananan et Love my life de Jeu_du_chat_et_de_la_souris2Ebine Yamaji, je n’avais jamais abordé la thématique de l’homosexualité masculine ni dans mes lectures ni dans mes chroniques… Pourquoi ? Je pourrais trouver des explications métaphysiques mais je m’arrêterai au côté gênant et masculin de la chose. Ce n’est pas glorieux je sais. Mais le hasard et une nécessaire lecture professionnelle m’a obligé à ouvrir le premier volume de cette série courte (deux exemplaires) mais efficace et suprenante. L’histoire est assez simple (quoiqu’un peu tordue). Kyoïchi n’est pas un époux très fidèle au point que son épouse engage un privé pour le suivre. Ce dernier n’est autre qu’Imagase, un ancien camarade de fac, qui lui propose de négocier afin de ne pas dévoiler ses informations compromettantes : il veut son corps… Débute alors une relation étrange faite de rejet et d’amour… En me renseignant sur les yaoi, je me suis aperçu que leur principal défaut est ce côté un peu mièvre, fleur bleue, romantique qu’on retrouve très souvent chez les mauvais shojo… Bon, il faut dire qu’ils sont justement destinés au public féminin (au contraire des yuri qui sont plus grand public). Et effectivement, le côté « je me prends la tête pendant 15 pages pour te dire que oui mais bon tu comprends » apparaît assez régulièrement. Toutefois, je ne me suis pas ennuyé lors de cette lecture. J’ai même lu les deux volumes d’une traite c’est dire !. jeu_chat_et_souris_imageLe dessin est d’un classicisme efficace mais jamais chargé, le découpage est rythmé. Les personnages ne sont pas non plus des caricatures du gay. Kyoïchi n’est certes pas Ryo Saeba (Nicky Larson) mais il est très masculin et Imagase n’est pas Renato dans la Cage aux folles. Si les scènes de sexes sont très crues, elles ne sont pas pour autant vulgaire mais forte en émotion et toujours justifié dans le fil du récit. Mais l’intérêt de l'histoire, bien plus que la relation amoureuse, c’est le personnage de Kyoïchi. Comment va-t-il évoluer ? Hétéro convaincu et marié, peut-il admettre son homosexualité ? L’est-il vraiment ? Le serait-il s’il n’avait pas rencontré Imagasé ? Toutes ces questions sont le véritable fil rouge du récit. Finalement, on regarde les choses se faire, les comportements évoluer et les sentiments changer. Tout cela avec beaucoup de finesse. Bref, une lecture très agréable (et courte) pour découvrir un pan de la culture manga que je ne connaissais pas encore. Une très « belle » œuvre, à conseiller... A lire : la critique sur manga-news

Nana : un shojo pas comme les autres

Nana (scénario et dessins d'Ai Yazawa, 16 volumes, série en cours, éditions Delcourt) Comme promis, je soutiens Mike dans son entreprise "0% testostérone" pour vous parler d'un shojo, un manga pour fille comme on en voit peu et qui, comme tous les mangas présentés sur IDDBD, casse les clichés du genre. Alors oui, j'assume ! Je suis un homme et j'adore l'histoire des ces deux jeunes femmes prénommées Nana. Elles se rencontrent dans un train les menant toutes deux vers Tokyo et des rêves différents. J'aime cette amitié entre ces deux filles que tout oppose. Nana Komatsu est fleur bleue, coeur d'artichaut, souriante et exubérante ; Nana Osaki est sombre, solitaire et chanteuse dans un groupe de punk ! Car Nana est également l'histoire d'une lutte fratricide entre deux groupes de rock. Blast (Black Stone) et Trapness se battent pour atteindre les sommets des ventes. Tous seraient trop simples si les membres de ces groupes ne se connaissaient pas si bien ! Et puis, qui dit shojo dit Loves stories ! Mais attention, le maître-mot de ce manga incroyable est "ne pas se fier aux apparences" ! Le scénario est bien ficelé et sous son aspect de shojo bien pensant, Nana cache pas mal de surprise qui elles, ne le sont pas. Je ne vous gâcherais pas le plaisir de les découvrir par vous-même mais sachez qu'une fois pénétré dans l'univers d'Ai Yazawa, vous vous surprendrez à rire, à vous révoltez, à vous inquiétez, voire pour les plus midinettes d'entre-vous à pleurez pour les histoires des ces personnages. Incroyable vous dis-je ! Si les deux Nana ont cette présence qui forme les grandes héroïnes, irrémédiablement liée à un graphisme splendide (des visages, aux styles en passant par les concerts) il ne faut pas en oublier les autres protagonistes tous intéressants, hauts en couleurs et, pour la plupart, terriblement touchants. Véritable phénomène aussi bien au Japon qu'en France, Nana met un gros coup de pied dans la fourmilière du shojo comme Lady Oscar l'avait fait avant lui. N'hésitez pas à découvrir les premiers épisodes de l'anime qui est très fidèle au manga (c'est d'ailleurs ainsi que je l'ai découvert). A découvrir : deux sites français sur Nana : Appartement 707 et La Chambre de Nana A découvrir : le site officiel d'Akata A voir : le premier épisode de l'anime