Archives par mot-clé : Riad Sattouf

Les Pauvres aventures de Jérémie T.3

(scénario et dessin de Riad Sattouf, collection Poisson Pilote, éditions Dargaud) Après les Jolis pieds de Florence et le Pays de la Soif, nous retrouvons Jérémie dans de nouvelles pauvres aventures. Cette fois, ça y est, il a enfin atteint son but : il est macqué à une nana normale, pas tordue, pas allemande, juste super riche... Quoi ? Jérémie se case ? Ouais, enfin c'est peut-être pas aussi simple que ça parce que sa nana, Honorine, en plus d'être super friquée, hérite d'une maison de maître remplie de flingues et de fantômes, parce que Jérémie se retrouve dans un club échangiste, change de look et emboutit sa caisse sur le parking de Casturama... Sans compter qu'autour de lui, c'est un peu le délire entre son pote Moselle toujours aussi obsédé et la soeur de son pote Moselle qui recherche frénétiquement un géniteur tout en cherchant à casser la gueule de sa collègue... Ah j'oubliais ! Vincent Delerme est aussi de la partie (si j'ose dire) : il se prend même un pied de tabouret dans le c... ! Bref, encore une fois, rien que du léger et du bon goût dans ce nouvel opus de la vie de Jérémie. Et dire qu'on attend déjà le suivant avec impatience ! On est grave non ? Presque autant que Riad Sattouf... A lire : quelques planches sur le site de la collection Poisson Pilote A lire (aussi) : la critique de Benoît Richard sur le site Benzinmag.net

Les pauvres aventures de Jérémie T1 Les jolis pieds de Florence

(scénario et dessin de Riad Sattouf, couleurs d'Audré Jardel, collection Poisson Pilote, éditions Dargaud) Quoi ? Encore du poisson ? Oui mes amis, mais du Poisson Pilote ! Et ça, ça change tout, non ? Comment ? Ce n'est pas suffisant ? Et si je vous dis qu'en plus, ce poisson, c'est du Sattouf, ça n'est pas suffisant non plus ? Ingrats ! Vous avez déjà oublié comment vous vous êtes marrés avec No sex in New York ! Dites que c'est pas vrai pour voir ! Bon, et bien avec Les jolis pieds de Florence, croyez-moi ce sera pareil... Jérémie est aussi pathétique de Riad lui-même lorsqu'il s'agit de brancher les filles. Et alors pour conclure, je vous dis pas ! Ses pauvres aventures se transforment en cauchemard. Pourtant Jérémie n'est pas exigent comme garçon. Non, il veut juste sucer Les jolis pieds de Florence, la standardiste de la boîte de jeux vidéo pour laquelle il travaille. C'est pas grand chose ça, surtout lorsqu'on apprend que la Florence en question n'est finalement pas si farouche qu'il n'y paraît... Alors ? Ben alors Jérémie est de cette race de mecs qui ont une poisse terrible et un manque flagrand d'intelligence sexuelle. Attention, je n'ai pas dis que Jérémie était bête ! Non, il a même des idées intéressantes, comme celle d'aller voir un marabout... Mouais... C'est peut-être à ce moment que ça dérape vraiment... Riad Sattouf frappe très fort avec ce premier album de la série des Jérémie : on s'attache à ses personnages et les situations sont vraiment bien vues. Il mérite absolument sa place dans cette collection grandiose qu'est Poisson Pilote. Bon ben alors, vous en reprendrez bien un peu... A lire : les premières planches de l'album sur le site dela collection Poisson Pilote A savoir : les pauvres aventures de Jérémie comptent deux autres albums après lLes jolis pieds de Florence : le pays de la soif et Le rêve de Jérémie... Gourmands, va !

No sex in New York

(scénario et dessin de Riad Sattouf, collection Poisson Pilote des éditions Dargaud) Cet album est un best-seller. Si vous n'en avez pas entendu parler, c'est que que vous étiez prisonnier à Guantanamo ou en train de faire comme Isaac Asimov depuis des mois et des mois (vous comprendrez en lisant l'album...). Attendez ! Tout le monde en a parlé ! C'est pas possible que vous n'en ayez pas entendu parlé quand même ! Même une pub chez ... Quoi ? On s'en fout ? Tout ce qu'on veut c'est que tu nous parles de No sex in New York de Riad Sattouf (l'auteur des impayables Pauvres aventures de Jérémie...)? Ah bon, d'accord... Ben, y suffisait de le dire... Well, well, well... Hum, hum... Bon, comme l'indique Riad Sattouf lui-même (dans l'avant-propos dessiné de sa BD), No sex in New York est né d'une idée de reportage pour Libération (vous connaissez Libération au moins... OK, OK...). Du 15 juin au 4 juillet 2004, Riad devait dessiner un strip quotidien pour rendre compte de l'ambiance à NY et de ce qu'il voyait autour de lui. Le résultat, pour le coup, c'est pas du "13 heures de JP Pernault" ! C'est intelligent, bien vu et surtout tordant ! Tout les travers de la société new-yorkaise y passent mais surtout les rapports humains (?) entre les gens, et plus particulièrement les célibataires à la recherche de l'âme soeur. Riad Sattouf nous dépeint une galerie de portraits de frenchies expatriés et de (quelques rares) autochtones tous plus pathétiques les uns que les autres, alors qu'ils affichent (ou tentent d'afficher surtout) les signes extérieurs de la réussité. Certes la France est "pourrie-caca" mais au moins on peut aborder une nana ou un mec sans devoir passer par tout le code comportemental à la noix des amerloques ! Au-delà du propos évident de l'album, No sex in New York remet aussi un peu les pendules à l'heure dans une époque qui ne rêve que d'american dream. Parfois, le dormeur doit se réveiller... A lire : une bio super express de Riad Sattouf sur ToutenBD.com et deux petites interviews sur France 5 et sur sceneario.com A voir et à mater : des planches de No sex in New York sur le site Dargaud