Archives par mot-clé : Le Lombard

Pitch : Salamandre (scénario de Cheilan, dessin de Armand)

Le pitch du jour... ... est uchronique ! Et vous savez combien nous aimons ce genre de récit sur IDDBD (Uchronie(s), Hauteville House, Voyageur...) ! Bref, aujourd'hui, les éditions Le Lombard publient le premier tome de Salamandre (intitulé "Hiroshima"), une série uchronique de Cheilan (au scénario) et Armand (au dessin). Bien entendu, une chronique suivra très très vite (promis !)... "En 1830, après des siècles de guerres occultes entre factions antagonistes, les magiciens se sont révélés au reste de l’Humanité et ont imposé une paix planétaire. Ceux d'entre eux qui ont refusé la paix ont été bannis ou exilés de la Terre. Réunis au sein d’un Conseil, les Initiés siègent aux côtés de l’ONU et veillent à l’entente entre les peuples, tout en refusant de s’immiscer dans la politique intérieure des pays tant qu’elle ne menace pas l’équilibre global du monde. L'Histoire des humains en est totalement modifiée, du moins dans cette réalité... Près de deux siècles plus tard, le rêve s'essouffle. Privés du choix de leur destin, les Hommes vivent une violente crise existentielle, tandis que les Initiés réalisent que bannis et exilés n'ont jamais abandonné leur rêve de vengeance. La peur viendra d'un devin hanté soudainement par les visions d'un trouble qui n'existe plus: la guerre. Inquiets et divisés, les Initiés dépêchent pour enquêter, la magicienne à la jeunesse quasi-éternelle Ezane Watkins. Mais, quel immense pouvoir pourrait empêcher le chaos qui se prépare ?" A voir : quelques planches sur le site des éditions Le Lombard

La Légende du changeling : T.1 (scénario de Pierre Dubois, dessins de Xavier Formequin, Le Lombard)

La légende du Changeling - Tome 1 : Le mal-venu (scénario de Pierre Dubois, dessin de Xavier Fourquemin, couleurs de Scarlett Smulkowski, éditions Le Lombard, 2008) Evidemment, si je dis que La légende du Changeling concerne le petit peuple, celui des fées, des lutins et des elfes, je vais perdre la moitié des lecteurs d'IDDBD qui passeront leur chemin et laisseront derrière eux tout ce qui peut avoir trait, de près ou de loin, au monde mythologique de l'Europe du Nord... Dommage pour eux car ils passeraient alors à côté d'un des albums les plus touchant de ces derniers mois. Certes, le contexte mythologique est bien celui des mondes celtiques et britanniques puisque le personnage principal, Peter Jobson (dit "Scrubby") est un Changeling, c'est-à-dire un enfant échangé par les fées peu après sa naissance. Sans rien vous dévoiler de l'intrigue, qui débute dans la campagne anglaise de la fin du XIXème siècle, vous pouvez d'ores et déjà imaginer que Scrubby développera des dons particuliers dont le principal est celui d'être à l'écoute de la Nature et du monde magique qu'elle abrite et dont il est lui-même issu. En clair, alors qu'il n'a jamais touché au LSD ni à aucune autre substance psychotrope, Scrubby peut voir les fées, les lutins et les elfes du pays de Dartmoor... "Vachement intéressant", me direz-vous, "mais ...? C'est tout ?". A cela je vous répondrai deux choses. La première, c'est que dire "vachement intéressant" n'est pas très poli lorsqu'on parle d'un récit aussi bien ficelé que celui de Pierre Dubois, elficologue patenté et conteur émerrite dont l'oeuvre entière tend à réintroduire dans nos vies le merveilleux qui leur manque. La deuxième chose que je vous répondrai suit de près la première : Pierre Dubois allie à son talent de conteur celui de philosophe. Il arrache donc son personnage à sa campagne natale pour le plonger dans la ville et pas n'importe laquelle : Londres ! Je vous rappelle que l'intrigue se déroule à la fin du XIXème siècle et que la capitale anglaise n'est pas spécialement une sinécure pour les pauvres qui y débarquent dans l'espoir d'une vie meilleure. Justement, le don de Scrubby lui permettra de résister au gouffre de cette ville malodorante, sombre et polluée qui pourrait le couper de ses racines merveilleuses. Le message de Pierre Dubois est clair : le merveilleux peut et doit intégralement faire partie de notre vie, sous une forme ou une autre, afin que la ville et la modernité ne nous fasse pas oublier notre humanité... Et la leçon de chose de Pierre Dubois porte d'autant mieux qu'elle est illustrée du superbe dessin de Xavier Fourquemin dont il vous suffira de jeter un oeil aux quelques planches disponibles sur le web pour vous convaincre que vous passerez un moment magique en sa compagnie. Tiens, j'ai dis "magique" ? Et si le merveilleux consistait aussi à garder une âme d'enfant malgré les années et les viscicitudes de la vie ? En lisant des bandes dessinées d'aussi bonne qualité que La légende du Changeling ? Pourquoi pas... A voir : la bande-annonce du premier tome de La légende du Changeling A lire : le pitch des éditions Le Lombard "Dans les forêts de la lande du Dartmoore, se cachent bien des secrets et se tapissent des créatures de légende inaccessibles à qui ne sait pas ouvrir les yeux. Mais, Scrubby n’est pas de ceux-là. Enfant des fées, échangé à la naissance avec un petit humain, il a reçu le merveilleux en héritage. Et si, bientôt, il doit quitter sa forêt pour la jungle qu’est le Londres du XIXe Siècle, sa forêt, elle, ne le quittera guère…" A découvrir : les 20 premières planches de La légende du Changeling sur Read-box.com

Dufaux/Xavier : à la croisée des talents…

Croisade - Tome 1 : Simoun Dja (scénario de Jean Dufaux, dessin de Philippe Xavier, couleurs de Jean Jacques Chagnaud, éditions Le Lombard, 2007) D'ici quelques jours (vous devrez attendre jusqu'au 23 novembre...), déboulera dans les bacs de vos libraires (et très vite, dans ceux de vos bibliothécaires) le premier tome d'une série à suivre sans faute : Croisade. Aaaahhhhh ! Je vous entends déjà gémir ! "Encore une histoire de gros bourrins chrétiens affrontant de perfides Sarrasins pour le contrôle de la Terre Sainte et de ses secrets les plus ésotériques..." ou "Encore un album sur le saint triptyque Templiers-Secrets bibliques-Assassinats en série..." ou que sais-je encore ! Certes, Croisade mêle le fantastique à l'Histoire. Mais de manière habile et intelligente. Certes, il y est question - nécessairement - de l'affrontement entre les hordes chrétiennes et les hordes musulmanes. Mais, l'originalité de Croisade repose principalement sur le fait que l'histoire que nous raconte Jean Dufaux (dont le talent de conteur n'est plus à démontrer) concerne d'abord l'affrontement entre le Bien et le Mal. "Ah ? Et c'est ça l'originalité ?". Oui, car les forces du Bien et du Mal se distribuent équitablement dans chaque camps. Et le Diable, aussi nommé Qua'dj, rôde sur les champs de bataille en même temps que la Lumière des Martyrs ou les terribles Simoun Dja, ces vents violent qui dévastent et englutissent tout (même une armée) sur leur passage. Dans cette nouvelle distribution des rôles, le jeune Gauthier de Flandres répond ainsi à l'aguerri Sultan Ab'Dul Razim (mieux connu en Europe sous le redouté nom de Saladin) : ces hommes pieux (mais pas fanatiques), chefs de guerre et chefs politiques (mais ni sanguinaires, ni autocrates) jouent tous deux du côté du Bien et s'opposent - chacun à leur manière - au redoutable Duc de Tarentes, dont l'ambition meurtrière précipitera bien des hommes en enfer... Jean Dufaux réussit ainsi à parler de la troisième croisade (fin du XIIème siècle de l'ère chrétienne) sans retomber dans les poncifs du genre (les bons chrétiens contre les mauvais sarrasins). Du coup, son récit se pare de valeurs universelles bien utiles en ces périodes troublées... Pour autant, l'originalité de la trame romanesque ne nuit pas à l'action, superbement restituée par un Philippe Xavier totalement libre de son trait et de sa mise ne scène. Il nous gâte même de quelques séquences en Cinemascope et Technicolor (merci à Jean Jacques Chagnaud pour ses magnifiques couleurs...), dont certaines, au coeur de l'album, sont anthologiques ! Bref, aussi bien les fanatiques de grandes épopées historico-fantastiques que les amoureux de beaux récits trouveront leur bonheur dans Croisade, un album grâce auquel Jean Dufaux et Philippe Xavier réussisent, chacun dans leur domaine, à renouveler un genre souvent très classique. En tout cas, pour IDDBD, Croisade est sans aucun doute possible la série n°1 de sa catégorie... A savoir : du 22 novembre au 15 décembre 2007, la Librairie-Galerie "La Main Blanche" (373, chaussée de Bruxelles - 1410 Waterloo - site web : http://www.lamainblanche.com) organise une exposition consacrée à Croisade. Au menu : planches originales, croquis et dessins encrés. Le vernissage (réservations : ccrickx@hotmail.com) aura lieu le 22 novembre à partir de 19h...

A savoir (aussi) : Philippe Xavier sera en dédicace vendredi 23 novembre 2007 à BD Fugue Lille, samedi 24 novembre à BD Fugue Besançon. Le jeudi 29 novembre à BD Fugue Lyon et le vendredi 30 novembre 2007 à BD Fugue Annecy, ainsi que le 14 décembre à BD Fugue Nice, Philippe Xavier dédicacera en présence de Jean Dufaux !

A savoir (enfin) : le tome 2 de Croisade est prevu pour mai -juin 2008...

A visiter : les blogs de Philippe Xavier. Le premier a cédé la place au second, entièrement dédié à Croisade.

A visiter (aussi) : le site de Croisade chez Le Lombard

 

Mister George : un thriller cinématographique…

Mister George (scénario de Le Tendre et Rodolphe, dessin de Labiano, collection Signé, éditions Le Lombard, 2003) Quel rapport peut-il y avoir entre un conseiller spécial de la Maison Blanche, un petit garagiste dans un bled peumé de Pennsylvanie et le gourou d'une secte apocalyptique condamné à mort par injection ? Ca, vous ne le saurez qu'au terme des deux tomes de ce passionnant thriller au scénario concocté par le créateur de La Quête de l'Oiseau de Temps. Digne des meilleurs longs métrages américains, ce diptyque rassemble tous les ingrédients des meilleurs polars (suspens, intrigues, complots, services secrets, courses poursuites, et savants un peu fous), ceux qui nous accrochent dès la première page et ne nous lâchent plus qu'à la dernière. Si vous rajoutez à tout cela une bonne dose de crédibilité des personnages et un zest d'amour, vous obtenez le cocktail idéal pour une bonne soirée BD en home cinema. Quant au dessin de Labiano (le dessinateur de Dixie Road), il est comme d'habitude : sans être ultra réaliste, son trait nerveux et acéré, associé à l'alternance bien rythmée des plans, nous plonge immédiatement dans l'ambiance de ce thriller à l'américaine. Bref, le style du dessin est impeccablement adapté à l'histoire. Que vous dire de plus sans dévoiler tout ce qui fait le sel de cette histoire de manipulation politico-scientifique ? Rien, si ce n'est que par les temps qui courts, une bonne BD, le soir, au creux d'un bon fauteuil vous vaudra le même plaisir qu'un bon cinoche. Ah, j'oubliais : prévoyez les pop-corn... A lire : les fiches albums sur le site du Lombard A lire : 16 pages du tome 2 sur read-box.com

Rafales

(scénario de Stephen Desberg, dessin de Francis Vallès, couleurs de Marie-Paule Alluard, collection Troisième vague, éditions Le Lombard) Bon, autant vous le dire tout de suite, IDDBD est assez branché BD d'aventure en ce moment. Certes, David vous a récemment parlé de NonNonBâ, mais pour le reste, c'est plutôt léger, il faut bien le reconnaître. C'est comme ça : les lectures se suivent et se ressemblent un peu pendant quelques temps pour changer quelques semaines après... Aujourd'hui, c'est de Rafales qu'il s'agit. Non pas des rafales de fusils mitrailleurs (même si ça canarde un peu au fil des pages...) mais de celles de l'appareil photo du reporter Sébastien Christie qui semble avoir mis le doigt sur un sujet qu'il aurait mieux fait d'éviter (heureusement pour nous, l'homme est franchement curieux et tenace...). Il semblerait que des créatures qui nous ressemblent (presque) en tout point nous aient déclaré la guerre. Attention ! Nous ne sommes pas dans Je suis légion, ne vous méprenez pas ! Malgré le titre du premier tome (Les inhumains), les créatures en question sont des humanoïdes dont les pouvoirs n'ont rien de surnaturels. Découvertes par hasard par un professeur d'anthropologie nazi, en 1943, elles sont seulement un peu plus haut sur l'échelle de l'évolution (le titre du second tome)... Et leur but est simplement d'accélérer le processus d'autodestruction que la race humaine a engagé depuis quelques millénaires... pour prendre notre place. Certains des premiers épisodes de cette trépidante aventure ne sont pas sans rappeler les théories du philosophe américain Daniel Quinn (l'auteur d'un fabuleux livre intitulé Ishmaël...). Mais ces premiers jalons posés, on revient très vite à l'action, dans le plus style du thriller à l'américaine. Et ça fonctionne plutôt pas mal puisqu'on ne voit pas le temps passer. Certes, on n'est pas là dans la BD "d'auteur" comme IDDBD vous en a souvent présenté, mais bon, de temps en temps, on peut aussi juste se détendre en jouant à se faire (un tout petit peu) peur, non ? NB : Marie-Paule Alluard, la coloriste, a aussi mis en couleur la série Dixie Road... Et Stephen Desberg est également le scénariste d'IR$... A visiter (impérativement) : pour en savoir plus sur Rafales, furetez sur rafales.lelombard.com A lire : 16 planches du premier tome de Rafales sur readbox.com

IRS

(scénario de Stephen Desberg, dessin de Bernard Vrancken, éditions Le Lombard) Sur l'excellent site d'actualité BD Blogobulles, le huitième tome de la série IR$, intitulé Guerre noire, est en pole position des séries les mieux vendues pour la semaine du 16 juin. C'est donc une bonne occasion (un bon prétexte oui !) pour revenir sur les débuts des aventures de Larry B. Max. Kisséssa ? Max. Larry B. Max (utilisez l'intonnation spéciale "Bond. James Bond") est un inspecteur des impôts. Quoi ? Les inspecteurs des impôts peuvent être au coeur d'aventures palpitantes ? Hum... Pour tout vous dire, Larry B. Max est inspecteur de l'IRS, l'Internal Revenu Service, l'administration fiscale américaine... Aaahhh ! Du coup, ça devient plus crédible qu'un inspecteur des impôts vive des aventures palpitantes, hein ? Et bien oui... Passqu'en France, franchement... Pfff... Bon alors, qu'est-ce qu'il fait d'extraordinaire ce Larry B. Max ? D'après les éditions Le Lombard (qui apparemment savent un peu de quoi elles parlent...), "Larry B. Max est un des rares spécialistes du département spécial de l’I.R.S. (Internal Revenue Service), tout-puissant organe de perception des impôts aux Etats-Unis. Lisant les circuits d’évasion de capitaux et de blanchiment d’argent comme un pianiste virtuose une partition de Mozart, il dispose de tous les moyens informatiques pour démontrer les liens entre la haute finance et la grande criminalité. Epluchant les comptes des milliardaires, des grands groupes financiers et des multinationales tentaculaires, Larry effectue de dangereuses remontées aux nébuleuses origines de leur colossale fortune…". Vous pensez que des enquêtes financières et fiscales sont nécessairement ennuyeuses ? Et bien, vous avez tord ! Certes, chaque album d'IR$ est l'occasion d'aborder l'un des (nombreux !) aspects des fraudes et autres magouilles financières internationales (réseaux nazi, argent de la drogue, blanchiments en tous genres...). Mais croyez moi, on ne s'ennuie jamais aux côtés de notre super inspecteur des impôts ! De l'action, des scénarios bien ficelés mais compréhensibles par le commun des mortels, et un excellent dessin réaliste... Tous les ingrédients d'une très bonne série (à la XIII, Alpha, ou Largo Winch)... Ah ! J'oubliais ! Cerise sur le gâteau : l'intégralité du premier tome d'IR$ est disponible en ligne ! Sur Read-box.com (comme d'habitude, entrez en bas à droite puis sélectionnez la bibliothèque et tournez les pages jusqu'à IR$). Bonne lecture ! A lire : la fiche de la série IR$ sur le site des éditions Le Lombard A lire : les bio (super express) sur le site granck.free.fr de Stephen Desberg et Bernard Vrancken A voir : toutes les couvertures de la série. Juste pour le plaisir...