Archives par mot-clé : François Ravard

Le portrait

Le portrait (adaptation de François Ravard d’après une nouvelle de Nicolas Gogol, dessin de Loïc Dauvillier, couleurs de Myriam, éditions Carabas)

Il y a quelques semaines, IDDBD vous présentait l’adaptation en bande dessinée d’un roman d’Edgar Allan Poe, Double meurtre dans la rue Morgue (par Céka et Clod aux éditions Akileos), et celle du film de Robert Wiene, Caligari (adaptation et dessin de Cédric Perez aux mêmes éditions Akileos).

Aujourd’hui, c’est une autre adaptation qui vous est proposée : celle de la nouvelle Le portrait de Nicolas Gogol, par François Ravard et Loïc Dauvillier (sans oublier la superbe mise en couleur de Myriam…).

"Oui, alors bon…" me direz-vous, "une adaptation reste une adaptation…où est la créativité, l’inventivité, l’art dans tout ça ?". Votre remarque mérite d’autant plus d’intérêt qu’elle aurait pu être formulée par Tchartkov, le héros de la nouvelle de Nicolas Gogol. Du moins au début de sa carrière de jeune peintre idéaliste, avant qu’il ne fasse cette surprenante rencontre avec Le portrait qui le mènera – temporairement - à la gloire et la fortune.

Pour en revenir à l’adaptation de François Ravard et Loïc Dauvillier, il faut tout d’abord reconnaître aux auteurs le talent de réduire en moins de cent pages cette nouvelle tirée du recueil Nouvelles de Petersbourg. L’exercice est moins évident qu’il n’y paraît, surtout lorsqu’on réussit à garder le souffle et l’âme de l’œuvre initiale.

Car tout, du découpage des cases, aux dessins des rues et des bâtisses de la capitale russe, ainsi que des personnages (qui rendent si bien compte de leurs états intérieurs), tout contribue à immerger le lecteur dans l’ambiance inquiétante de cette histoire en forme de conte philosophique. Cette BD n’est donc pas une pâle copie d’une œuvre littéraire de qualité : elle possède en soi la créativité, l’inventivité et l’art d’une véritable œuvre originale. Et outre ses qualités artistiques propres, l’adaptation en bande dessinée de François Ravard et Loïc Dauvillier a aussi pour mérite, si vous n’avez jamais lu la nouvelle de Nicolas Gogol, de vous donner l’envie de la découvrir d’urgence…

A lire : la fiche album des tomes 1 et 2 sur le site des éditions Carabas

Canal émotion…

Nous n’irons plus ensemble au canal Saint-Martin (scénario de Sibylline et Loïc Dauvillier, dessins de Capucine, François Ravard et Jérôme d’Aviau, éditions Les Enfants Rouges) Aujourd'hui, sort un album qui fait honneur à ce que la BD a de plus noble, cette capacité d'être tout à la fois un récit romanesque et une oeuvre visuelle, bref une oeuvre d'art à part entière. Avec Nous n’irons plus ensemble au canal Saint-Martin , Loïc Dauvillier et Sibylline ont concocté trois histoires dont le point commun est de toutes se dérouler en une nuit au bord du canal, autour d'un banc et d'un bar... et de parler de la solitude, choisie, subie, violente. Ces trois histoires, qui parfois se téléscopent, sont mises en image par trois superbes dessinateurs. Le résultat de ses confrontations "scénaristes/dessinateurs" et "dessinateurs/dessinateurs", c'est un magnifique album, très émouvant, indispensable. Et pour ceux qui, comme IDDBD, l'auront aimé, l'aventure continue au-delà de l'ouvrage puisque Capucine, François Ravard et Jérôme d’Aviau, le trio de dessinateurs impliqués dans ces histoires, exposeront leurs planches originales au café Valmy à partir de 2 Octobre et jusqu’au 31 novembre. A cette occasion un vernissage est prévu le 2 octobre à partir de 18h en présence de tous les auteurs. Avis aux amateurs d'art ! A lire : une interview de Nathalie Meulemans sur le site bdtheque.com. Pour avoir été en contact avec elle par courriel, IDDBD peut témoigner que Nathalie Meulemans est une grande dame de l'édition et du 9ème art... A lire : une interview passionnante pour un auteur passionnant, Loïc Dauvillier. Et c'est sur l'excellent site sceneario.com, comme souvent ! Et puis, vous visiterez aussi le blog de Loïc Dauvillier, ainsi que son site officiel !