Archives par mot-clé : Ecologie

Chronique | Les enfants de la mer (Daisuke Igarashi)

enfants-de-la-mer-bandeau Au début des vacances d'été, Ruka est exclue de son club de sport pour s'être battue avec une camarade. Seule, elle ère dans sa petite ville portuaire quand elle décide de partir pour Tokyo... pour voir la mer. Une fois arrivée, elle rencontre un jeune garçon qui nage dans la baie. Mais Umi n'est pas comme les autres, son frère et lui auraient été élevés par des dugongs, des mammifères marins menacés de disparition. Ruka, fascinée par cette histoire, découvre alors un monde mystérieux et fantastique qui l'entraîne à la fois vers les profondeurs marines, dans la voute céleste et en elle-même… vers les origines.

Le retour à la mer

La première fois que j'ai lu un manga de Daisuke Igarashi IDDBD devait avoir 6 mois. Je n'avais pas encore rédigé la moindre chronique BD mais je souviens encore très bien de Sorcières, une mini-série en deux tomes, puisant dans les croyances populaires et le fantastique. 8 ans et des centaines de chroniques plus tard, je retrouve avec une certaine émotion son univers teinté de retour à la nature et de merveilleux. Je me souvenais surtout de ce dessin particulier ne correspondant pas vraiment aux standards habituels du manga. Il me restait cette troublante fascination pour un trait tortueux oscillant entre séduction et laideur. Quelques années plus tard, ce graphisme s'est encore enrichi d'un équilibre subtil entre écriture et illustration. Graphiquement, le plus impressionnant reste sans conteste les magnifiques et vertigineuses scènes sous-marines où la frontière entre mer et ciel semblent avoir complètement disparue. On ne sait plus très bien si les créatures marines flottent ou nagent dans cet espace. Daisuke Igarashi réussit l'exploit de représenter une profondeur abyssale dans une minuscule case. J'avoue avoir été complètement subjugué par l'apparition d'un requin-baleine en plein milieu d'une planche. enfants-de-la-mer-2-sarbacane

La profondeur du personnage

Si les décors et les éléments aquatiques  sont particulièrement soignés, on sent surtout la patte du dessinateur dans la représentation des personnages et dans l'implication qu'il leur donne. Jouant avec un découpage faisant une belle part aux regards et aux mouvements, Daisuke Igarashi proposent une palette graphique très large entre trait jeté et réalisme frisant parfois l'érotisme. Ses héros possèdent chacun une esthétique propre, parfois volontairement exagérée dans certaines situations (les nages de Umi et son frère Sora par exemple). Cette dernière évolue au cours de l'histoire, rendant plus forte la présence ou l'absence de certains personnages. enfants-de-la-mer-4-ext-2 Tous ces éléments graphiques participent à la très grande qualité de cette série au thème écologico-fantastique très "miyazakien". Toutefois, il ne faut pas limiter Les enfants de la mer à cette référence, trop facile, au grand maître de l'animation japonaise. Par son travail, Daisuke Igarashi propose une aventure fascinante et originale qui se joue à la fois dans les abysses, dans le ciel mais aussi dans l'esprit de ses protagonistes… une quête de mystères devenant une quête de soi. Ce qui rend d'autant plus fort son travail sur la représentation de ses personnages. Toutefois, il serait malvenu de ma part de dévoiler les éléments de l'intrigue tant le scénario repose sur une succession de surprises. Je vous invite à faire, comme moi, confiance à votre instinct (ou à cette chronique) et commencer cette lecture sans avoir d'éléments probants qui viendraient gâcher votre plaisir. Je confirme, ça marche ! Bref, je ne peux que vous invitez à découvrir cette série (terminée en 5 volumes) et de pénétrer dans l'univers fascinant d'un mangaka d'exception. A lire : la chronique de Bidib sur Ma petite Médiathèque
enfants-de-la-mer-1-sarbacaneLes enfants de la mer (5 volumes, série terminée) Scénario et dessins : Daisuke Igarashi Editions : Sarbacane, 2012 (15€) Editions originales : Shogakukan, 2007 Public : Ado, adultes Pour les bibliothécaires : Pas d'excuses de la longueur pour cette série de grande qualité. Indispensable

Chronique | Nausicaä de la vallée du vent (Miyazaki)

Doit-on encore présenter Hayao Miyazaki ? Figure incontournable de l’animation mondiale, créateur des studios Ghibli et des personnages devenus des icônes de la culture japonaise. Pourtant, malgré son énorme talent, il n’est pas facile en 1982 pour l’animateur chevronné de faire aboutir ses projets. Une idée, une rencontre, un manga, un film… une histoire de Nausicaä de la Vallée du Vent, une genèse d’un des plus grands de sa génération.

Storyboard ou manga ?

En 1982, le magazine Animage publie les premiers chapitres d’un nouveau manga : Nausicaä de la Vallée du vent. L’esprit est assez différent des mangas habituel et le succès est quasi-immédiat. Sur la forme, le dessin comme la composition ne s’inscrivent pas dans les règles « classiques » du manga. En effet, on n’y retrouve pas le fameux grapholexique des séries à succès (le nez qui saigne, les gouttes de sueur…), le trait oscille entre réalisme et croquis, presque lancée sur la case. Résultat, pour ceux qui en ont déjà vu, on a parfois l’impression de lire un storyboard dans les premières. Mais un super storyboard où l'on ressent déjà toutes les qualités de l'auteur. Pour la petite histoire, convaincu par son ami Toshio Suzuki, journaliste au magazine Animage, Miyazaki publie les six premiers chapitres de la série afin de convaincre les producteurs de financer son film d’animation. Devant le succès immédiat de la série, le projet est coproduit voit le jour en 1984 soit un an avant la création des studios Ghibli. Pour autant, Miyazaki ne laisse pas tomber un personnage qui lui tient particulièrement à coeur. Et si l’histoire du film se résume grosso-modo aux premier et second volumes, il la développe dans les albums suivants et créé une saga qui se termine seulement en 1994, soit 12 ans plus tard (avec de longues pauses entre les films).

Début d'une ère

Après la lecture du manga, l’univers du film paraît bien plus pauvre. On n’y voit en fait que des esquisses de l’univers développé dans l’imaginaire de Miyazaki. Le manga fait apparaître toute sa complexité… et sa violence également. Si le film est visible par un public assez jeune, le manga est en revanche beaucoup plus dérangeant. Car, si le danger est présent dans le film, il est omniprésent dans le manga : la guerre, les combats, la menace de la mer de la désolation, la géopolitique destructrice, l’absence de bon sens des peuples humains, folies, villages gazés, villes englouties, attaques d’insectes géants... Nausicaä , héroïne homonyme d'un personnage de l'Odyssée (une jeune femme qui sauve Ulysse de la noyade... non rien de symbolique là-dedans...) se débat au milieu du chaos. Sans vous développer l’ensemble afin de ne pas gâcher le plaisir, il faudra vous tenir prêt à voyager dans un univers post-apocalyptique d’une rare complexité. Comme c’est souvent le cas avec ce genre de récit, il nous renvoie à nos contradictions présentes (l’absence de réaction face aux problèmes climatiques), à notre passé (le passage du village détruit par la mer de la désolation rappelle les tristes heures de la seconde guerre mondiale) et à notre futur (les dangers du nucléaire, du non-respect de la nature). Bref, 1000 ans après la quasi-destruction de l’humanité durant les Sept jours de feu, Nausicaä doit encore affronter la nature humaine. Et cette nature ne fait pas rêver… et pourtant cette princesse d’un royaume perdu symbolise l’espoir. Là encore, les personnages eux-mêmes apparaissent comme plus complexes que dans le film. Nausicaä est moins parfaites, plus enclines aux doutes, à la colère, à l’erreur aussi. Mais cette remarque est valable pour l’ensemble des protagonistes apparaissant dans l'anime. Quant aux autres, ceux qui apparaissent au fil des pages, et en particulier les affiliés à l’empire Dork totalement absent du film – ils apportent une touche mystico-politco-fantastique indéniable. En cruauté comme en sagesse, ils ouvrent d’autres portes pour le développement du récit et font de Nausicaä de la Vallée du Vent à la fois un récit de guerre où se débat le personnage éponyme et le récit puissant d’une rédemption. Tout est déjà présent dans cette œuvre majeure. Allez juste pour le plaisir la bande-annonce du film (avec la superbe musique de Joe Hisaïshi)
Nausicaä de la Vallée du Vent (Kaze no tani no Naushika) (7 volumes série terminée) Scénario et dessins : Hayao Miyazaki Editions : Glénat, 2000-2002 Public : Ados-Adultes Pour les bibliothécaires : Incontournable.
 

Chronique | Jacaranda

Jacarandascénario et dessins de Shiriagari Kotobuki Milan (collection Kanko), 2006 (2005 VO) Public : Adulte et amateur de graphismes surprenants Pour les bibliothécaires : un OVNI, pas simple à intégrer dans un fonds. Digne d'intérêt car c'est un auteur à part.

Catastrophe naturéelle

Un beau matin, au milieu de Tokyo, une petite pousse de Jacaranda perce et émerge du trottoir. La pousse devient arbuste, l'arbuste devient un arbre mais n'arrête pas de grandir et provoque bientôt des accidents à la chaîne. Rapidement, la panique s'installe pour laisser place à une catastrophe apocalyptique...
jacaranda-arbre
Ma première lecture de cet album date de sa première publication en 2006. A l'époque, j'avais été fasciné par le dessin très haché, très agressif, tout en trait et en énergie. Un dessin pas "beau" mais entraînant, prenant au fur et à mesure de l'histoire une part prépondérante jusqu'à rendre l'album quasiment muet. Un dessin à l'image du déroulement de l'histoire. Comme dans les films catastrophes, tout commence normalement : le métro-boulot-dodo quotidien d'une grande ville, une vie quotidienne un peu dérisoire, une vie "normale"... Le dessin est alors propret, les dialogues sont encore légions. Puis c'est l'instabilité progressive, le trait se trouble, les dialogues disparaissent et tout l'album se dirige vers l'explosion. Une progression permanente vers l'horreur sous les coups de butoir de l'arbre et de la nature. Graphiquement, le lecteur est alors abandonné au milieu des morts et de la destruction, au milieu de planches quasi-abstraites, un feu d'artifice permanent. Puis c'est l'apaisement, le calme, et une conclusion typiquement japonaise que les plus critiques percevront comme moralisatrice. Jacaranda-3Argument recevable mais l'important n'est pas forcément ici. Catastrophe naturelle, destruction massive, perte de vie humaines... provenant d'une vague ou de racines géantes, il n'y a qu'un pas entre la réalité et la fiction contée dans Jaracanda. C'est d'ailleurs cette réalité qui m'a rappelé cet album. En 2005, Shiriagari Kotobuki dressait  un portrait Jacaranda2acerbe de la société japonaise et décidait de la détruire. Dans son histoire, il  laisse beaucoup de place à l'interprétation. Chacun sera libre d'y répondre. Que voir dans cette destruction du monde moderne par la nature ? Un message ? Un appel ? Certain y percevrons l'occasion de repartir du bon pied, d''autres la fin de l'humanité. Des explications, l'auteur n'en donne pas et nous laisse avec ces séries d'images étourdissantes et une absence presque totale de repères. Jacaranda n'est pas un album simple. Si sa structure est linéaire, elle ne se positionne pas sur un plan classique du manga. Ici pas de héros, pas d'histoire ou de rebondissement. Une simple est pure destruction massive, un lâcher prise de l'auteur qui, comme il l'indique dans son introduction, s'est véritablement défoulé sur ces planches, mais au final un ovni. Un album différent qui résonne avec d'autant plus de force que sa vision a pris forme. Troublant. A lire : la brillante chronique de du9.org

Chronique | Village Toxique

village_toxique_bd_jarry_otto_TScénario Grégory Jarry Dessins Otto T. Editions FLBLB & Le Nombril du monde (2010) Public : Adultes Pour les bibliothécaires : Une bonne acquisition. Dans la lignée de leurs albums précédents (13€)

Il ne faut prendre les gens pour des c... (mais il ne faut pas oublier qu'ils le sont)*

En 1987, l’état français avait sélectionné d’un commun accord avec lui-même 4 sous-sols afin d’accueillir les déchets nucléaires (et juste un peu radioactifs) générés par les centrales nucléaires. Comme par hasard - ce petit malin faisant toujours bien les choses - ces 4 régions étaient plutôt du genre rurales, en théorie pas trop habituées au grand charabia politico-financier… pour ainsi dire des péquenots. Oui mais, comment dire ? Il y eu comme un caillou dans le chabichou pour les grands penseurs technocrates. Dans les Deux-Sèvres – et les autres départements d'ailleurs – les « paysans » n’étaient pas tout à fait prêt à se laisser faire. Et c’est ainsi que la lutte commença…village_toxique_bd_jarry_otto_T_1 Nous avions quitté Grégory Jarry et Otto T. après La Conquête de Mars, une réécriture ucrhonique de l’histoire où les nazis partaient vers la planète rouge. Avant cela, nous les avions découverts avec une ré-interprétation tout aussi comique de la Petite histoire du Grand Texas. Aujourd’hui, c’est toujours avec un style et un humour propre à leur duo que nous les retrouvons dans un livre à mi-chemin entre la pochade grinçante et le documentaire cynique… Grégory Jarry et Otto T. jouent toujours sur ce décalage constant entre un petit texte court, documenté, descriptif, quasi-journalistique (le narrateur de Village Toxique est Yves Mourrousi c’est dire !) et ce dessin dynamique, réduit à la portion congrue (des ronds, quelques traits par-ci par-là) mais toujours très expressif.  On pourrait se dire : « oui bon maintenant on connaît ça va hein ! » et bien non ! Ca marche toujours. Plus on avance dans le récit, plus les textes deviennent précis et plus les dessins partent en vrille. Ce fossé est le moteur de cet humour à part. Mais il ne faut pas s’y tromper car sous un masque bon enfant, cet album aborde des thèmes dépassant l’histoire principale. Village Toxique est un livre politique, au sens le plus noble du terme, sur des notions comme l’engagement, le respect de l’autre, l’écoute, le partage, le devoir citoyen. Cette histoire d’éleveur de chèvres (ou de petits ouvriers) s’élevant contre les plus hautes autorités de l’Etat a des airs de Robin des Bois. Il faut l’avouer on aime bien prendre le parti du soi-disant plus faible. Cependant, cet album se veut engagé ET didactique. Ici, les traits d’humour ne sont jamais gratuits et les flèches font mouche mais elles sont surtout décochés avec le travail documentaire et le talent nécessaire pour toucher la cible. Au bout du compte, même si parfois c’est un peu jaune on sourit beaucoup et on s’attache à ces gens comme s’ils étaient nos voisins (surtout que pour ma part c’était le cas). Bref, encore une fois, les deux lascars des éditions FLBLB ont réussi leur coup : mettre le doigt sur une histoire qui a fait mal aux uns (les politiques) et montrer la grande solidarité des autres. Seul bémol, le nouveau format « album classique » que je trouve moins pertinent que leur petit format à l’italienne. Mais peu importe, en format à l’italienne, en classique, sur des pages des 3x3m ou sur écran, nous vous conseillons de lire ce très bon album. Un album rappelant aussi que la lutte pour vivre librement dans un monde sain n'est jamais terminée. A découvrir : le site des éditions FLBLB (retrouvez les dates de dédicaces) A découvrir : le spectacle du conteur Nicolas Bonneau tiré de cette histoire A lire : la page consacrée au livre sur le site de Sortir du nucléaire A lire : la chronique de Sceneario.com ps : le titre est une citation tirée d'un sketch des Inconnus (on a les références qu'on peut, hein !)