Archives par mot-clé : Créativité

Chronique | Les Ignorants (Etienne Davodeau)

Ils sont amis, l’un est vigneron en Anjou, l’autre est auteur de bandes dessinées. Pendant un an, ils vont partager leurs vies. Le vigneron enseigne son art, le dessinateur explique son métier. Deux univers différents ? Oui… mais pas autant qu’on l’imagine.

Petite introduction bourrée d’aprioris (et c’est mal !)

Sur IDDBD, nous essayons depuis le départ de ne pas nous arrêter sur des idées reçues graphiques ou narratives concernant certaines œuvres. Souvent, sous des airs pas forcément engageant se cachait de petits bijoux que nous vous avons fait partager. Mais tenir ses engagements, ce n’est pas toujours évident ! Alors j’avoue ! Quand, j’ai entendu parler des Ignorants pour la première fois, j’ai immédiatement pensé : « ce n’est pas pour moi ». Comme c’est le moment des révélations honteuses, je dois avouer que le vin et moi, nous vivons chacun notre vie dans une douce ignorance mutuelle. L’un n’embête pas l’autre, chacun respecte le voisin. Alors franchement, lire les aventures d’Etienne Davodeau dans les vignes d’Anjou ne m’emballait pas plus que ça. J’avais déjà testé l’aventure viticole avec le manga Les Gouttes de Dieu et ça n’avait pas été très concluant. Cependant, je n’ai pas oublié non plus les qualités de documentaristes de l’ignorant viticole. Rural ou Les Mauvaises Gens sont des œuvres particulièrement réussies posant un regard humaniste sur le monde. Des albums militants véritablement porteurs de messages, capables de changer un point de vue.

Art de l’échange

En ouvrant les premières pages des Ignorants, on retrouve immédiatement l’univers des « œuvres  documentaires » d’Etienne Davodeau. Toujours ce trait qui se refuse à l’académisme et qui oscille sans cesse entre croquis instantanée et travail minutieux. Un travail tout est en nuance de gris où l'on distingue presque la couleur du paysage d’hiver et le ciel bleu de l’été. Faute au très bon travail de lavis qui permet véritablement de donner une luminosité à l’ensemble. Côté découpage, là encore on retrouve les mêmes formules. L’humain est au centre des préoccupations et les longues discussions/interviews voient sont l’occasion de plans successifs tournant autour des protagonistes nombreux. Vous y retrouverez des vignerons anonymes, des auteurs célèbres et même des héros de bande dessinée… Toutefois, la vigne, personnage presque à part entière, n’est pas oubliée et les longues discussions laissent bien souvent la place à de très belles planches muettes montrant les moments clefs de cet échange improbable. Car c’est bien d’un échange dont il s’agit ici. Enfin non, pas tout à fait. Car, comme je le laissais entendre plus haut, cette année d’apprentissages respectifs est aussi l’occasion de multiples rencontres, la plupart sympathiques, entre deux mondes curieux l’un de l’autre. Davodeau apprend, écoute et enseigne par l’exemple avant de devenir à son tour élève d’un viticulteur-professeur à la fois exigeant, militant et exalté. Fou pas si dingue, faisant preuve d’une connaissance remarquable dans de multiples domaines inhérents à sa tâche (biologie, géologie, agriculture, météorologie…) Richard Leroy est un personnage si enthousiasmant qu’il m’est arrivé parfois de me demander s’il était bien réel. Il est un quasi-personnage de fiction : homme l’été / ours l’hiver, bougon et sympathique, direct, droit, esthète. Toutes ses qualités et surtout ses défauts détonnent dans le petit monde de la bande dessinée. Son point de vue sur ses lectures, où il taille successivement un costard à Trondheim et Moebius (oui rien que ça) pour ensuite être bouleversé par le travail de Spiegelman, d’Emmanuel Guibert ou de Marc-Antoine Mathieu sont des grands moments de poésie et de sourires. Le candide n’est pas un naïf. Je regretterais juste qu’Etienne Davodeau, par pudeur sans doute, n’arrive pas à impliquer son avatar de papier aussi profondément que celui de Richard. Mais là, je chipote pour trouver quelque chose de négatif à dire.

Discours sur la création

Cela ne l’empêche pas encore une fois de poser sa patte si particulière sur son œuvre car bien plus que des rencontres successives, Les Ignorants est l’occasion pour lui de donner une réflexion personnelle sur la création. D’un frottement de deux univers se créé une espèce d’énergie qui irradie tout le livre, une idée qui plane au-dessus du lecteur… et si ces mondes étaient finalement les mêmes ? A première vue, rien à voir entre le monde de la terre et celui du papier. Les points de vue et les valeurs sont différents. La scène de l’orage où le dessinateur s’extasie devant le ciel tandis que le vigneron s’inquiète pour ses cépages est particulièrement révélatrice. Mais en profondeur, au grès des discussions, on distingue avec surprises des éléments fondamentaux communs. En particulier les soucis liés à une certaine forme de créativité, à la recherche détail, du travail bien fait. Mais aussi - et je dirais presque surtout – le besoin de s’impliquer dans sa tâche comme en dehors, le besoin d’une honnêteté sans facilité pour que le résultat soit à la portée d’une attente un peu égoïste, pour que le livre ou la bouteille trouve un jour celui qui l'appréciera à sa juste valeur. Richard comme Étienne ne travaille pas en fonction des autres, mais surtout pour eux-même. Par vocation d’abord, par volonté ensuite. Là encore, c’est une marque de fabrique de la maison, le militantisme de Rural ou Des Mauvaises Gens revient ici en force. A la fois artisan et artiste, Richard et Étienne sont deux passionnés d’un univers qu’ils connaissent par cœur, mais sont également ouvert sur le monde. Une leçon essentielle de vie. Les Ignorants est donc une œuvre qui dépasse largement le cadre qu’elle s’était fixée. Plus qu’un simple récit d’apprentissage parallèle, c’est avant tout une jolie réflexion humaine sur la créativité, le partage. Une douce façon de voir le monde. Un très beau livre dans lequel on pénètre pour vivre une très belle année en très bonne compagnie. En deux mots : Etienne Davodeau. A lire : les chroniques de Mo', d'Yvan et de Tristan de Bulles & Onomatopées
Les Ignorants : récit d'une initiation croisée scénario et dessins : Etienne Davodeau éditions : Futuropolis, 2011 (25,50€) Public : Adulte Pour les bibliothécaires : je l'ai dit et le redit ici : un parfait outsider pour le Fauve d'Or 2012... A suivre donc !
 

Chronique | Comédie Sentimentale Pornographique

scénario et dessin Jimmy Beaulieu (Québec) Editions Delcourt (2011) Collection Shamphooing Public : Adultes Pour les bibliothécaires : un très bon album d'un auteur québécois. Pas essentiel dans un fonds moyen.

Histoire de Q

Je ne partage pas vraiment l’enthousiasme des foules sur le retour de la BD érotique. C’est vrai que  ça revient à la mode, d’ailleurs même les éditeurs de BD bien commerciales vendues chez Carrefour entre les légumes et les pots de haricots verts (bios de préférence) s’y sont récemment remis… Comme quoi les popotins, ça marche toujours. Bref, c’est vous dire, si le titre « Comédie sentimentale pornographique » ne me donnait pas franchement envie de découvrir pour la première fois l’œuvre du québécois Jimmy Beaulieu. Mais ne cherchez pas, en ce moment je suis difficile. La preuve, j’avais tord. Comédie Sentimentale Pornographique est même une très agréable découverte. Je ne sais pas dans quelle mesure Jimmy Beaulieu a été influencé par la "Nouvelle BD" européenne mais une chose est sûre, son album entre dans la droite ligne éditoriale de la collection dirigée par Trondheim. On retrouve un trait faussement simpliste, très énergique et expressif. Jimmy Beaulieu fait surtout preuve d’un réel talent d’écriture. Il fait cohabiter deux histoires qui ont uniquement deux points communs : une femme et un livre. La femme c’est Corrine, petite amie de Louis Dubois, réalisateur de film pour l’argent et auteur de BD pour le plaisir. Tous les deux sont fans des romans de Martin Gariépy, lui-même amoureux d’une lesbienne nommée Annie qui est en fait l’ex de …. Corrine ! Ah oui, j’oubliais, Louis quitte Montréal pour s’affranchir de la civilisation dans un hôtel perdu (qu’il vient d’acheter) d’une région perdue. Comédie sentimentale pornographique est donc une suite de scènes et une série de portraits liées par ces hypothétiques fils rouges que sont l'amour, les souvenirs, les fantasmes, une sexualité très assumée. Mais ici, le sexe n’est pas bardé de toute moralité ou immoralité. Il est vécu bien simplement, à la fois comme plaisir, dialogue et terreau de créativité. En fait, l'album est bien plus "érotique" que "pornographique". Car la créativité est aussi un thème récurrent de cet album. Entre l’écrivain et le dessinateur, l’un se nourrissant du souvenir fantasmagoriques de la petite amie de l’autre, la différence n’est finalement pas si grande. La présence d’un extrait du roman écrit par Martin à chaque début de chapitre fait écho à l'une des scènes où Louis parle de son travail à Corrine. Je ne résiste pas à vous retranscrire le dialogue :
-    Sérieux ! J’comprends pas pourquoi tu t’entêtes à faire un nouveau livre ! T’en as déjà fait 10000 ! -    Pffff ! C’est du dessin ! ça intéresse personne! Les gens veulent qu’on leur raconte des histoires! -    Mais c’est super beau ! -    Beau, beau… on s’en fout que ce soit beau… il y tellement plus que ça dans le dessin quand on a appris à regarder au-delà de la surface.
Si au début de l’album on se dit : où va-t-on ? On se laisse entrainer peu à peu par ces vagues de sentiments et de situations contradictoires. C’est très plaisant de parcourir les envies et les sentiments de ces personnages. Et pour reprendre les propos de Louis, sous le vernis du dessin érotique on trouve une grande pudeur chez des personnages auxquels on s’attache très rapidement. Si tous ont des manières différentes de chercher, tous sont en quête de sens  par l'écriture, l'isolement ou l'amour. Pour conclure, Jimmy Beaulieu rejoint la longue liste des auteurs de BD québécois que je relirais avec plaisir ! Avec Comédie sentimentale pornographique, il signe un album d’une extrême finesse où vulgarité et voyeurisme sont complètement absents. Un très bel album où poésie et onirisme règnent en maître. Merci à Babelio et à leur opération Masse Critique de m’avoir fait découvrir cet album ! A découvrir : le blog de Jimmy Beaulieu A lire : la chronique de Sud-Ouest A lire : un entretien (rapide) avec Jimmy Beaulieu A noter : cette chronique a été faite dans le cadre de l'opération Masse Critique de Babelio... Cliquez ici pour voir les autres critiques sur cet album

Une histoire d’histoireS

Une araignée, des tagliatelles et au lit, tu parles d’une vie ! (scénario et dessins de Camille Jourdy, Ed. Drozophile, 2004)

C’est l’histoire d’une petite fille prénommée Anna découvrant la mort, Dieu, la
vérité et le point d’interrogation ; d’un écrivain ruminant le destin d’Adèle, petite bibliothécaire à la vie bien tranquille ; d’Adèle justement, bibliothécaire qui préfère imaginer la vie qu’elle pourrait vivre ; d’Ivan Bertin, pirate mélomane décédé, devenu fantôme et portrait encadré dans le salon de ses descendants ; de Lili, cousine péruvienne rose d’un célèbre monstre de lac écossais. C’est également l’histoire d’Anna supportant son mari écrivain en panne d’inspiration et qui en a soupé d’Adèle !

C’est un peu sous le coup de l’émotion que j’écris cette chronique. Ça n’arrive pas souvent car en général je digère plusieurs jours avant de rédiger mais là je n’ai pas pu. Tout d’abord, Une araignée, des tagliatelles et au lit, tu parles d’une vie ! est ma première rencontre avec Camille Jourdy. Avant Angoulême 2010, elle était totalement inconnue pour votre humble serviteur… Oui bon ça va, j’ai honte ! Et vous avez le droit de me chambrer dans les commentaires. Mais contrairement à vous, il me reste tout le reste à découvrir (gnagnagna !!) En plus, j’ai eu la chance de commencer par le début car cet album est sa toute première BD parue en 2004. Ensuite, l’album en lui-même. Et là, un seul mot pour qualifier ce premier coup d’essai : brillant !

Brillant car d’une incroyable fraîcheur. Oui je sais, le terme de fraîcheur abusivement usité dans les critiques cache souvent le côté pas complètement accompli d’une œuvre. « Ah bah oui c’est bien, c’est frais, pas totalement ça mais bien quand même ! C’est agréable à lire quoi ! ». Ce n’est pas du tout mon propos. Au contraire.

Cet album respire le talent. Graphiquement, chaque planche est une surprise en soi, alternant simplicité et grande maîtrise, caricature et choix de cadrages audacieux, capable de passer de la stricte réalité à la poésie la plus onirique voire à une relative osbscurité. Le dessin de Camille Jourdy n'est pas beau au sens classique du terme mais il est d’une rare sensibilité. Ensuite, l’histoire ou plutôt les histoires. Différentes au début et s’enchevêtrant naturellement grâce à une inventivité remarquable, une grande maîtrise des multiples narrations. Tout est lié, tout est pensé simplement pour amener vers des thèmes audacieux et pourtant maintes fois revues (le sens d’une vie, la créativité, la réalité/fiction etc…). Et puis, lorsqu’on se targue de vouloir faire parler des écrivains dans ses livres, il faut une plume pour le faire. Et de ce côté-là, Camille Jourdy rejoint des gens comme Frederik Peeters. Son écriture est superbe : souple, sonnante, simple et maîtrisée. Un peu comme son dessin qui se permet de changer en fonction des besoins. Non vraiment, Une araignée, des tagliatelles et au lit, tu parles d’une vie ! est une bouffée d’air pur, un petit bijou caché au fond d’une malle (ou dans le ventre d’un poisson géant rose se prénommant Lili), un vrai grand beau album, un incontournable ! Un livre à faire connaître à tous ceux qui aiment les livres à part tant originalité rime avec talent ! Comment ça je m'enflamme ????!!!!

Qu'ajouter ? Ah oui !
« Dès lors, Anna tomba amoureuse du point d’interrogation. »
J’adore cette phrase mais je ne voyais pas comment la mettre dans la chronique. C’est fait ! 🙂

A lire absolument : la superbe chronique de du9.org, Je suis jaloux. J'ai failli la recopier texto après avoir relu la mienne mais bon...

Attention : cette chronique s'inscrit dans le Challenge BD lancé par Mr ZOMBI et auquel participe IDDBD !

Cages

(scénario et illustrations de Dave McKean, Delcourt, 1999)
Les lecteurs de Sandman, l'œuvre majeure de Neil Gaiman (dont nous reparlerons sans doute un jour sur IDDBD) se souviennent sans aucun doute de l'impression étrange émanant des couvertures créées par Dave McKean. Dans Cages, ce mélange amer perdure tout au long des 500 pages de cette expérience rare voire unique. Cages raconte l'histoire de trois artistes : un dessinateur en reconquête d'inspiration, un romancier en quête d'oubli et un musicien de jazz spirituellement accomplit. Ils habitent un lieu étrange où insolite, bizarrerie, folie, fantasmagorie et même fantastique se confrontent sans cesse. Eux-même sont des personnages bien curieux. Leur immeuble se situe au milieu d'une mégalopole contemporaine. Dans cet endroit particulier, il se passe des évènements faussement anodins. Entre rencontres, monologues intérieurs, discussions et chants spirituels, entre témoignages "à la façon" d'un documentaire télé et longs silences, Dave McKean donne toutes les autorisations et le temps nécessaires à sa réflexion personnelle sur l'art et la création pour se développer. Cette recherche narrative s'accompagne alors d'une incroyable variété graphique. La plupart du temps épurées, en noir, blanc et gris, les illustrations changent d'une page, voire d'une case, à une autre. On passe ainsi d'un crayonné simplissime à un dessin baroque en couleur, d'une photo à un montage finement pensé. Déroutant mais magnifique ! Surtout quand ces choix apportent une valeur supplémentaire aux impressions et aux sensations liées au texte. C'est violent et beau à la fois ! De ces expériences qui marquent la vie d'un bédéphile amateur. A n'en pas douter, Cages est un authentique joyau. Il a été d'ailleurs largement récompensé à travers le monde (Alph'Art du meilleur album étranger en 1999) et fait partie de ces chefs d'œuvres incontournables, difficiles c'est vrai, mais magnifiques. A voir : le site officiel de Dave McKean A lire : deux bonnes critiques sur le site Bulle d'Air