Archives par mot-clé : Céka

Dimanche…Non Mardi, euh… mercredi KBD : Billy Wild (Ceka & Griffon)

Oui je sais, en ce moment, IDDBD c'est un peu n'importe quoi. Les chroniques tombent le dimanche, le jeudi, le lundi à 3h du mat'... Bref, le capharnaüm de la critique BD. Disons que c'est un peu à l'image de mon emploi du temps. Je m'en excuse. Et depuis dimanche, KBD s'y met aussi. C'est à se tirer une balle ! Voilà que le dimanche tombe un mardi et qu'aujourd'hui, mercredi, je vous annonce l'article. N'importe quoi ! Bon si vous souhaitez trouver un bon moyen de nous faire payer ce chamboulement dans vos habitudes, vous trouverez tout ce qu'il faut ce mois-ci dans nos synthèses. Tout un mois consacré à La Vengeance. Il fallait au moins ça ! Nous débutons avec Billy Wild de Céka et Griffon chez Akiléos. Un étrange diptyque aux allures de western gothique, une oeuvre splendide qui lance parfaitement le sujet. Allez, ce n'est plus le moment de flancher, découvrez notre synthèse... et relisez la chronique d'IDDBD rédigée par Mike !

Et (…) sur un cheval pâle se dressait la mort et l’enfer le suivait…(Apocalypse 6 : 8)

Billy Wild - Tome 2/2 : Le 13ème cavalier (scénario de Erick Lasnel dit Céka, dessin de Guillaume Griffon dit Sthrad, collection Regard Noir et Blanc, éditions Akileos, 2008) Pour ceux qui découvriraient ce diptyque, jetez donc un coup d'oeil à la chronique d'IDDBD consacrée au premier tome (sorti en janvier 2007). Les autres savent déjà que Billy Wild est une BD western atypique dans le paysage des vachers et autres desperados à la gachette aussi sensible que leur susceptibilité. Atypique pour son indéniable aspect gothique, comme bien des (premières) publications des éditions Akileos, et pour son noir et blanc radical (collection oblige...) qui ajoute encore à l'ambiance très particulière dans laquelle baignent les personnages. Billy Wild, qui a vendu son âme au diable (personnifié sous les traits d'un certain Linus) en contrepartie d'une insolente insensibilité aux balles de revolver, reviend pour une mission que l'on aurait pas imaginée : sauver la Constitution américaine et, par là même, les jeunes et bouillonnants Etats-Unis. Peut-être une façon de racheter son âme noircie par quelques 237 de meurtres... Vous imaginez que sa mission ne relèvera pas de la ballade de santé, surtout pour ses adversaires, une bande de hors-la-loi un peu spéciaux : tous à la solde du démon (le même Linus...), ils forment un groupe de 12 salopards tous plus crapuleux les uns que les autres. Dessinée et mise en scène à la façon d'un John Woo inspiré, la bataille entre Billy Wild et cette bande venue tout droit des enfers est particulièrement sanglante et réussie. Jusqu'à la confrontation finale avec le boss-de-fin-de-niveau (si vous avez suivi, vous aurez deviné son nom !), particulièrement explosive ! Dans Billy Wild, on sent de manière évidente que les auteurs ont pris autant de plaisir à nous conter leur récit déjanté qu'à brutaliser leurs héros. Evidemment, nous, dès que ça pétarade, que ça se défie, que ça se tire dessus dans la main street d'un bled paumé de l'Ouest sauvage, ça nous plaît ! Et lorsqu'en plus, il flotte sur tout ça un petit parfum de Faust qui aurait décidé de chausser des santiags et de se doter de deux Smith et Wesson pour retrouver l'enfoiré qui lui a fait signer un contrat d'immortalité à la c.n, ben on n'hésite pas une seconde. On selle notre mule, on enfile notre poncho, et on suit Billy Wild en tresaillant à chaque page de ce western classieux au dessin aussi novateur que le scénario... A visiter (impérativement !) : le site de Billy Wild

De la viande froide doublement bien réchauffée…

Double assassinat dans la rue Morgue (scénario de Céka, d'après la nouvelle d'E.A. Poe, dessin de Clod, éditions Akileos) C'est vrai, on dit que c'est dans les vieux pots (sans jeux de mots) que l'on fait les meilleurs soupes... Et bien, l'adage populaire se révèle encore une fois exact puisque l'adaptation en BD de la nouvelle d'Edgar Allan Poe que nous proposent Céka et Clod ne fera rougir ni l'original, ni ses adaptations cinématographiques. Certes l'histoire de ce premier roman policier moderne est connue (bien que je ne jurerai pas que certains la découvriront pour la première fois... et après tout tant mieux s'ils passent un bon moment et qu'ils prennent - peut-être - le temps de lire l'oeuvre originale...), mais le découpage adopté par Céka rend le scénario de l'adaptation BD très dynamique, très cinématographique justement. Quant au dessin de Clod, il est très expressif (voyez les planches), comme on l'aime ici (pour ceux qui commencent à décrypter les goûts d'IDDBD). Pour la petite histoire, Céka et Clod ne sont pas vraiment des débutants : ils ont adapté en BD Le procès de Kafka (publié l'année dernière chez Akileos) ! Excusez du peu ! Et Céka est également le scénariste de l'excellentissime western gothique Billy Wild (dont on ne résiste pas à vous montrer une planche du deuxième tome à paraître dans les prochains mois... c'est à droite, là) ! Ah, une dernière info : vous avez de la chance, l'album "Double assassinat dans la rue Morgue" est disponible dans les bacs aujourd'hui même !

Billy Wild T1(/2) : Mais où est donc Linus ?

(scénario de Erick Lasnel dit Céka, dessin de Guillaume Griffon dit Sthrad, collection Regard Noir et Blanc, éditions Akileos, janvier 2007) IDDBD vous a souvent parlé de western. Vous avez eu droit au western à la Sergio Leone, au western classique, au western humoristique, au western déjanté. Il ne vous manquait plus que le western gothique ! Gothique ? Vous avez dit gothique ? Pour ça, il n'y a qu'une maison d'édition qui puisse vous proposer du gothique de qualité : Akileos (non, cette chronique n'est pas un publi-reportage...). En effet, vous connaissez maintenant les quelques titres d'Akileos qui ont plus particulièrement retenus l'attention d'IDDBD. Ils sont tous de cette veine fantastique, noire, avec une pointe d'humour (Akileos n'aime pas le gothique désespéré... voire désespérant !). Et bien vous retrouverez tout cela dans Billy Wild, version far west du bon vieux mythe de Faust. Imaginez Clint Eastwood ayant pactisé avec le diable lui-même, John Wayne ayant vendu son âme (et son accent traînant...), James West ayant finalement préféré se damner avec le docteur Loveless et vous aurez une pâle idée de qui peut être Billy Wild, le chasseur de prime le plus sanglant du Darkwest. Billy Wild, c'est plus de 220 victimes au compteur (pas innocentes pour un cents...) et une insolente santé de fer, malgré les balles qui pleuvent comme long horn qui pisse. Sauf que cette santé de fer, cette "immortalité" à toute épreuve, Billy Wild la doit à la magic potion d'un certain Linus, être malfaisant et retors qu'il a rencontré dans sa jeunesse. Et que se passe-t-il lorsque Linus et son précieux breuvage disparaît ? Ca, vous le saurez en lisant le premier tome de cet excellent diptyque noir et blanc, au dessin aussi classe que le scénario... A visiter (impérativement !) : le site de Billy Wild A lire : quelques pages de Billy Wild sur fnac.com