Archives par mot-clé : Benoît Springer

Les Funérailles de Luce (Benoît Springer, Vents d’Ouest)

Lumière Morte
La petite Luce soulève le voile cachant le visage d'un enfant, à ses pieds une cocotte en papier et sur son visage toute la curiosité et l'inquiétude du monde. Parfois, il suffit d'une couverture sobre et belle à la fois pour donner le ton d'un album.Luce est une petite fille comme toutes les autres, qui passent un peu de ses vacances d'été chez son papi Roger. Un papi dynamique et sympathique, rendant service aux voisins, vendant ses légumes sur le marché, pariant aux courses, discutant avec ses amis bref un papi comme tous les autres. Un jour, cependant, la petite Luce remarque un étrange couple se promenant sur le marché, un homme totalement nu tenant par la main un enfant au visage caché par un grand voile. Cette apparition ne trouble pas l'activité des passants et Luce, malgré sa curiosité, continue son petit bonhomme de chemin. Malgré son titre, Les Funérailles de Luce est un hymne à la vie. La vie d'une petite fille qui découvre pour la première fois que toute chose a une fin. Posant par petites touches des symboles de vie ou de mort tout au long de son récit, Benoît Springer offre un album sensible et doux. Doux par son rythme régulier imprimé par le choix de 6 cases par planches (avec peu d'exception) et les silences si bien pensés qui laissent toute la place au lecteur pour interpréter les évènements. Sensible comme Luce, enfant solitaire entourée d'adultes, voyant avec ses yeux d'enfants les événements qui la dépassent et qu'elle ne se résout pas à accepter. Mais finalement, face à la maladie, la détresse, le désir ou de simples questions, les plus âgés semblent également bien seuls. Symbole de cette solitude, les personnages croisent au détour d'un miroir, dans la foule d'un marché ou chez eux le seul véritable couple de l'histoire, les seuls à ne pas être solitaires au milieu des autres : le grand homme nu et l'enfant.
Histoire de l'apprentissage de la mort et par là-même de la vie, fin de l'innocence pour une petite fille, Les Funérailles de Luce (comme le titre est bien trouvé) est un album humaniste véritablement magnifique, intime et profond. Sans doute l'une des plus belles sorties de l'année 2008.
A découvrir : les premières planches sur BD gest' A lire : une chronique sur ActuaBD