Archives par mot-clé : aviation

Les sorties d’avril (part I) sélectionnées par IDDBD…

La Malédiction d'Edgar - Tome 3 : This is the end

(scénario de Marc Dugain, dessin de Didier Chardez, éditions Casterman, collection Ligne Rouge, tome 3, sortie le 7 avril 2010, 48 pages, 10,40 €)

Si aujourd’hui le FBI est plus souvent évoqué dans les séries télévisées américaines comme l’organisation qui protège le citoyen des pires menaces criminelles comme celles de la Mafia, des trafiquants de drogue ou du terrorisme, il n’en a pas toujours été ainsi. La Malédiction d’Edgar remet en perspective la véritable histoire de la création du FBI sous la direction de son fondateur John Edgar Hoover, expert en manipulation des politiques comme des truands. De Roosevelt à Nixon, aucun président américain n’a réussi à déboulonner celui qui tenait chaque américain par le pantalon.

Mon avis : j'ai aimé le propos et le dessin des deux premiers tomes (je précise que je suis fans d'American Tabloïd... et que le trait réaliste ne me rebute pas). J'attend donc ce troisième tome avec impatience !

Jour J - Tome 1 : Les Russes sur la Lune ! (scénario de Jean-Pierre Pécau, Fred Duval et Fred Blanchard, dessin de Philippe Buchet, couleurs de Philippe Buchet et Walter, série Jour J, collection Neopolis, éditions Delcourt, sortie le 7 avril 2010, 13,95 €)

18 septembre 1969. Les Soviétiques sont les premiers à se poser sur la Lune. À Washington, le président Nixon donne carte blanche à la NASA pour que l'Amérique devienne la première nation à établir une base lunaire permanente. Dix ans plus tard, alors que la tension monte entre les USA et l'URSS, la Lune se prépare à devenir le théâtre inédit d'un nouvel épisode de la guerre froide.

Mon avis : de l'uchronie, de la conquête spatiale, de la guerre froide, Pécau et Duval au scénario... pour moi, ça ne peut qu'être bien !

Les champs d'azur - Tome 1 (scénario de Franck Giroud, dessin de Luc Brahy, collection Grafica, éditions Glénat, sortie le 7 avril 2010, 48 pages, 13 €)

Une envoûtante saga familiale dans l'univers des pionniers de l'aviation. Aussi documentée que romantique.
À la frontière algero-marocaine. Le soldat français Théodore Fayard utilise le mur d'enceinte du petit poste militaire dans lequel il s'ennuie pour lancer un modèle réduit d'avion. Simple passe-temps ? Non : une passion dévorante ! Car Fayard a des ailes plein la tête et de l'or dans les mains. Une double bénédiction dont il compte bien se servir pour construire des avions révolutionnaires ! Une ambition qui va progressivement porter le jeune homme sur les vents de la réussite, mais aussi sur ceux des intrigues, des déceptions, de l'amour et des trahisons... En compagnie de Franck Giroud et Luc Brahy, embarquez pour une grande saga historique, qui de 1909 à 1970 vous fera traverser le siècle et les aventures de la famille Fayard, au gré des découvertes aéronautiques qui construisirent nos temps modernes.

Mon avis : de la BD, des avions et Franck Giroud en commandant de bord !

Uchronies - New Harlem - Tome 3 (scénario de Corbeyran, dessin de Tibéry, éditions Glénat, sortie le 14 avril 2010, 56 pages, 13 €)

Seul prescient capable de voir aussi le passé, Zack est devenu l’icône de l’opposition à la domination des Noirs, celui qui doit révéler la vérité. Après avoir échappé à une tentative d’assassinat, Zack se remet à l’hôpital. Son père est auprès de lui. Grâce à ses révélations et aux visions qu’il a pendant sa convalescence, Zack commence à comprendre son histoire, qui a commencé dans une autre réalité…

Les ponts entre les trois mondes deviennent plus évidents : si certains individus existent dans chacun d’eux, avec les mêmes forces et faiblesses mais des destinées différentes, d’autres semblent voyager de l’un à l’autre... On comprend dans ce troisième et ultime tome de ce cycle à quel point le scénario de Corbeyran est époustouflant d’habileté : les liens apparaissent entre les univers parallèles, et la vérité se dévoile sur la famille Kosinsky et sur la mystérieuse Tia.

A voir : quelques planches sur le site de Glénat

PATHETIK - Smilin' Joe & Captain Bulb choient dans l'espace intericonique (scénario et dessin de James et la Tête X, éditions 6 pieds sous terre, sortie le 15 avril 2010, 56 pages N&B,10 €)

Ils sont de retour ! Le duo infernal  James et la Tête X, déjà responsables d'un odieux Les mauvaises humeurs de James et la Tête X qui brocardait en son temps -et c'était il y a peu- avec une nonchalance de dandy toutes les saintes institutions de la bande dessinée, les voilà qui nous reviennent, le regard torve et la glotte chatouilleuse, avec une forme de marathonien s'apprêtant à gravir le Baxter building pour le plus grand désespoir de la profession.
En effet, mettant en scène les aventures d’un candide candidat à la profession d'auteur de bande dessinée, dûment accompagné de son fidèle guide spirituel et moral, les deux tristes sires en remettent une couche, et des plus vitriolée, sur les aléas de l’ascension aux sommets du neuvième art.
Smilin’ Joe, l’heureux prétendant et Captain Bulb, le scrupuleux témoin, vivront ainsi les étapes successives d’une comédie très réelle, peuplée de séances de dédicaces, d’interviews, de nouveaux médias et de produits dérivés, oscillant sans cesse entre le statut de rat de laboratoire et celui de pigeon, ce qui finalement n'est pas dépaysant pour de la bande dessinée animalière (ou presque).
En partie pré-publié dans la la nouvelle mouture de la revue Jade, les aventures de Smilin’ Joe et Captain Bulb réutilisent opportunément les ingrédients ayant fait le succès des Mauvaises Humeurs : la forme et le contenu d’un bon vieux comics, de la page de jeux au courrier des lecteurs en passant par la trading-card.
Tout n’est que faux et apparences, ricanements de hauts de pages et couvertures flashies car qui aime bien châtie dans les détails et les détails, justement, sont dans les petites lignes en bas des contrats de ce vibrant hommage aux trésors cachés de la bande dessinée. Comment y résister ?

Mon avis : je suis fan de James (mais oui ! et de la Tête X aussi !), donc sélection strictement subjective (comme les autres d'ailleurs !).

Le 15 avril, la suite des sorties sélectionnées par IDDBD...

Toujours plus haut !

Au-delà des nuages - Tome 2 : Combats (scénario de Régis Hautière, dessin et couleur de Romain Hugault, collection Cockpit, éditions Paquet, 2007) Autant vous prévenir dès le début de cette chronique : elle est aussi courte que ce deuxième tome du dyptique Au-delà des nuages est une pure merveille de BD. Certes dans son genre, la BD aéronautique, mais une pure merveille tout de même. Un chef d'oeuvre ! Franchement, je plains les dessinateurs et les auteurs qui passeront dans ce domaine après Régis Hautière et Romain Hugault... A ce jour, je n'ai jamais lu une bande dessinée traitant aussi bien d'aviation. C'est aussi simple que celà. Tout y est : l'histoire, particulièrement émouvante (surtout dans ce deuxième tome) ; le dessin, sublime ; le niveau de détail des avions dessinés par Romain Hugault... Bref, je n'ai rien trouvé dans ces deux albums qui me fasse tiquer. Un pur chef d'oeuvre, vous dis-je, un vrai petit bijou comme l'on dit ici ! Pour le pitch, je vous laisse découvrir celui des éditions Paquet qui, entre nous, ont réalisé le coup du siècle en signant Régis Hautière et Romain Hugault... A lire : la chronique d'IDDBD sur le premier tome d'Au-delà des nuages

Au-delà des nuages

(scénario de Régis Hautière, dessin de Romain Hugault, éditions Paquet) Avec Romain Hugault, les éditions Paquet ont mis la main sur l'un des dessinateurs "réaliste" les plus doués de sa génération : le trait - d'une précision, d'une élégance et d'un réalisme hallucinants - n'est jamais figé (non, mais regardez-moi cette couverture ! On vous l'a mise en 450 pixels pour que vous puissiez mieux l'admirer !). C'est vrai, Romain Hugault nous avait ébloui avec son précédent album, Le dernier envol, et bien qu'il ait placé la barre très haut, le diptyque Au-delà des nuages (le premier tome s'intitule Duels) s'annonce comme un bijou de la BD en général, de la BD aéronautique en particulier. A ce propos, l'Aero-Club de France lui a décerné le prix de la meilleure BD 2006 ! Félicitations aux auteurs !

Sans oublier que contrairement à certaines autres BD du genre, le dessin ne fait pas tout : le scénario imaginé par Régis Hautière n'est pas qu'un prétexte à montrer de beaux avions, c'est aussi une belle histoire humaine et d'amitié entre deux pilotes dans les années 1930. Au-delà des nuages est un must. Incontournable. Indispensable.   A lire : la fiche album des éditions Paquet et le pitch sur le site aerostories.org A lire : les 7 premières planches sur le site BDGest A lire : l'excellente critique sur sceneario.com et celle, tout aussi excellente, du blog de Bulle d'encre A fouiller : le forum d'aeroplanete.netRomain Hugault et Régis Hautière viennent régulièrement traîner leurs guêtres, leurs bons posts et leurs dessins (l'image de la couverture et les deux dernières planches proviennent de ce forum et ont été postées par Romain himself...) L'info du jour Et tant qu'à parler d'un album des éditions Paquet, autant le mettre, le paquet (sic) : Taborda (Big bill est mort, Un paradis distant : deux chef d'oeuvres...) se lance dans la video ! Où çà ? Comment çà ? Comme d'habitude, c'est là... chez YouTube...

Les sept nains

(scénario et dessin de Mark Van Oppen alias Marvano, collection Aire Libre des éditions Dupuis) Si vous croyez être tombé sur la chronique d'un conte pour enfant, désolé de vous décevoir, mais vous vous êtes trompés ! Ces sept nains là, ce sont les membres d'équipage d'un bombardier Lancaster, le S-Snowwhite, basé dans le sud de l'Angleterre en 1943. Nuits après nuits, les missions de bombardement l'emmène au-dessus de Berlin. Pour le côté "hé ho hé ho, on rentre du boulot", c'est donc plutôt du costaud. Bon, vous le savez déjà si vous avez lu la chronique consacrée à l'album Le dernier envol de Romain Hugault, IDDBD aime l'aviation (c'est peu de le dire...) ! Dans Le dernier envol, nous saluions d'abord les dessins époustouflants de Romain, d'un réalisme rarement atteint dans ce domaine. Dans Les sept nains, le dessin est certes moins précis mais le réalisme est ailleurs : on est complètement dans l'action, aux côtés de ces jeunes hommes, dans la nuit, au-dessus de l'Allemagne... On s'y croit ! On entend le bruit des moteurs, les communications radios, le vrombissement des Messerschmitt qui attaquent... Et au-delà de l'ambiance sonore, on ressent vraiment la peur et l'angoisse omniprésente qui étreignaient les équipages. Cette BD est tout simplement incroyable de réalisme ! Et puis, derrière tout ça, il y a l'histoire d'Aubie, le pilote, et du caporal féminin Peters. Et Lisa, la petite fille qui habite près de la base et qui offre à l'équipage du S-Snowwhite une poupée de Blanche-Neige "porte-bonheur"... Les sept nains n'est pas seulement un BD pour "les-hommes-qui-aiment-les-gros-z-avions"... A lire : sur le site des éditions Le Lombard, pour en savoir plus Marvano (le dessinateur de La guerre éternelle, Dallas Barr, Libre à jamais sur lesquels IDDBD reviendra),