Archives par mot-clé : Australie

Plus fort que du rock fort…

Plus fort que le fromage (scénario, dessin et couleur de Desmond Seah, éditions Lapin)

Vous connaissez le cinéma australien ? Non ? Mais si, "Mad Max", "Priscilla folle du désert", "Muriel"… Bref, bon nombre de films australien ont ceci de commun qu’au premier abord, ils paraissent à peu près "normaux" alors qu’en réalité ils ont tous ce petit grain de folie, ce décalage, cette exubérance, et cet humour british-sous-ectasy si particulier qui font qu’on ne peut les confondre avec aucun autre film. Plus fort que le fromage, de l’auteur australien Desmond Seah, ne déroge pas à la règle… sauf qu’il s’agit d’une BD (en même temps, on aimerait aussi que ce soit un film…) !

Lorsque vous ouvrirez l’album (14 € aux éditions Lapin…), vous y retrouverez bien une suite de strips en quatre cases (jusque là, tout va bien…), animés par des personnages sans grandes caractéristiques particulières… du moins, c’est ce que vous croirez au début, parce qu’après (très vite), vous constaterez que ça se gâte sérieusement ! Vous apprendrez que Thanatos a été élevé par des ours et a appris à parler grâce à une vieille cassette de Shining, que Nat’ est une ex-lutteuse avec des animaux, que Kat’ s’appelle en fait Gregory Peck. Vous découvrirez aussi Wang, un caillou alcoolique d’un mètre de haut, et Sancho, un robot en rut près à tout pour se taper Cléo qui n’aime que Thanatos… et plein d’autres personnages qui se retrouvent au fil des pages dans des situations que vous n’auriez pas imaginées même après avoir bu douze litres de mescaline pure mélangée à du gasoil !

Irrespectueux de tout et de tous, totalement déjanté (on peut dire complètement barré), avec de gros morceaux bien gras d’humour décadent, des bons croûtons de non sens, Plus fort que le fromage recèle les ingrédients d’un très grand cru de BD d’humour comme on en voit peu désormais (et ce n’est pas Manu Larcenet qui me contredira, lui qui se lamentait récemment sur son blog de l’état pitoyable de la BD humoristique en France…).

Comme en toute matière artistique, aller à la rencontre d’une œuvre, c’est prendre le risque qu’elle vous emballe. Avec Plus fort que le fromage, le risque est maximum !

PS : que ceux qui auraient déjà lu L'info du jour sur Plus fort que le fromage, et qui raleraient donc de voir une deuxième chronique sur cet album, sachent que l'info du jour n'avait d'autre ambition que vous faire vous précipiter sur le site des éditions Lapin pour vous emparer de cet OVNI. La chronique d'aujourd'hui est totalement différente. Elle n'a pour objectif que de vous obliger à vous précipiter sur le site des éditions Lapin pour vous emparer de cet OVNI !

A visiter : le site de Plus fort que le fromage à partir du site Lapin. Et comme vous aurez forcément adoré, vous irez faire un tour sur le site des éditions Lapin...