Archives par mot-clé : Au Diable Vauvert

Contre l’oubli ou l’ignorance… et contre la barbarie

Femmes de réconfort - Esclaves sexuelles de l'armée Japonaise (par Jung Kyung-a, éditions 6 pieds sous terre et Au diable Vauvert)

Avec la sortie aujourd'hui de Femmes de réconfort, le manwah tord encore un peu le cou aux idées reçues sur la BD asiatique (et aux grincheux qui vont avec). Le sujet abordé est tout sauf léger puisqu'il s'agit, au travers de 264 pages, de raconter l'histoire méconnue de ces 200 000 femmes coréennes kidnappées, déportées, violées, battues, tuées, abandonnées pendant l'occupation de la Corée par le Japon, lors de la seconde guerre mondiale. Peu en ont réchappé, et les survivantes sont restées blessées, physiquement et psychologiquement.

Jung Kyung-a, jeune auteure coréenne, raconte avec ce livre l’histoire vraie de ces "femmes de réconfort", envoyées dans les camps de l’armée japonaise pour y servir d’esclaves sexuelles.

Les ouvrages abordant ce sujet douloureux de l’histoire commune du Japon, et de la Corée étaient jusqu’ici des travaux académiques et universitaires, s’adressant surtout aux chercheurs. Femmes de réconfort retrace les itinéraires poignants d’un médecin japonais chargé de la santé des détenues, d’une fille de colon hollandais et d’une jeune Coréenne, ces deux dernières étant toujours vivantes aujourd’hui. Tout en restant précis et documenté, ce récit expose désormais, par le biais de la bande dessinée, la réalité de ce drame au grand public... Edifiant.

Le style du dessin choisi par Jung Kyung-a n'est pa sans rappeler celui de Marjane Satrapi, du moins pour l'aspect dépouillé de toute fioriture laissant toute la place à l'émotion et au récit. En tout cas, il sert magnifiquement une histoire à découvrir absolument, tant il est vrai que l'oubli ou l'ignorance sont les supôts de toutes les barbaries.

A lire : l'interview de Jung Kyung-a sur le site de 6 pieds sous terre