Archives par mot-clé : Attila

Attila le Hun, le trois…ième tome des aventures rocambolesques…

Le fléau de Dieu - Une aventure rocambolesque d'Attila le Hun (scénario de Manu Larcenet, dessin de Daniel Casanave, couleurs de Patrice Larcenet, collection Poisson Pilote, éditions Dargaud, 2006) Vous êtes-vous déjà demandé ce qu'il adviendrait de vous si vous aviez pu obtenir tout ce que vous souhaitez, là, d'un seul coup ? Oh, je devine votre réponse : "Trop de la balle !", "Mazette, mais je serais positivement comblé !", "Zarma, comment que j'me la pèterais, zyva !", etc, etc... Ne vous emballez pas trop vite, chers lecteurs, ou vous pourriez connaître le triste sort d'Attila le Hun ! Attila le Hun ? Le fléau de Dieu ? Quel rapport entre ce (déjà) sauvageon massacreur de civilisations (et accessoirement de civilisés) et votre situation de nabab doté d'un coup de maguette magique de tout ce qu'un être humain normalement constitué peut souhaiter ? Le rapport, c'est justement l'album scénarisé par Manu Larcenet : il s'introduit dans la vie mouvementé du "Round Up" des Steppes au moment précis où celui-ci finit son Grand Oeuvre, à savoir la conquête du monde connu de l'époque. Ce moment émouvant se situant dans la Beauce, c'est à partir de cette morne plaine que l'on va suivre la rocambolesque aventure d'Attila. Car, une fois que l'on a réalisé tous ses rêves (en l'occurence de conquête, mais je compte sur vous pour y coller vos propres fantasmes...), ce qui guette l'heureux élu du destin... c'est la dépression ! Plus aucun but dans la vie (ah ! Conquérir le monde !), plus de défi à relever (la prochaine province sera-t-elle mieux préparée que la précédente à la vague d'assaut des pullulants Huns ?), aucun challenge à l'horizon (on ne va quand même pas réattaquer les provinces conquises, non ? Si ?) et voilà notre Premier des Huns avec le moral dans les chaussettes. L'errance commence, parfois accompagné (son dernier des fidèles vaut le coup, ou plutôt les coups devrais-je dire !), souvent seul. Puis c'est l'introspection qui finira par l'ultime défi qu'a trouvé à relever le Fléau : conquérir Dieu lui-même ! Contrairement à ce que vous pourrez lire ici ou là, je trouve cet album à la hauteur des deux précédentes aventures rocambolesque (Freud et Van Gogh) : on y retrouve l'intelligence du propos de Manu Larcenet et aussi beaucoup de la qualité de son dessin (assuré cette fois par Daniel Casanave). Et comme d'habitude, le récit présente différents niveaux de lecture, ce qui permettra à chacun d'y trouver son plaisir... A voir : quelques planches sur le site de la collection Poisson Pilote