Archives par mot-clé : André Chéret

Rahan, le fils des âges farouches

(scénario de Roger Lécureux, dessin d'André Chéret) Raaahhhhhaaaaa ! Il y a des monuments de la BD auxquels on s'attaque difficilement. Surtout lorsqu'il vous manque un coutelas en ivoire, un collier de dents, un pagne en peau de "longues-dents", une musculature avantageuse, une ingéniosité à toute épreuve et une chevelure de feux (à faire pâlir d'envie Cloclo et ses clônes). Ca tombe bien, tous ces attributs, un homme, un vrai (dessiné mais pas tatoué) les possède. Son nom ? Rahan, le fils des âges farouches. Aaaahhhh, quel lecteur de plus de 35 ans n'a pas dans le coin de sa mémoire une histoire (ou à tout le moins une scène) de l'homme préhistorique le plus célèbre de la BD ? Publié dans Pif gadget, il faisait mon délice, ma cerise sur le gâteau (et pas seulement parce que c'était la seule BD où je pouvais admirer la plastique féminine, même préhistorique, de ses compagnes de rencontre... raaahhhaaaa). Non, c'était aussi l'une des premières BD adulte qui me tombait sous les dents régulièrement (et sans que personne n'y trouve à redire : c'était dans Pif gadget !), avec des aventures dignes de ce nom, des aventures de "grand" dans un univers exotique, peuplé de dangers desquels le fils des âges farouches s'échappait toujours au moyen de son intelligence et aussi (il faut bien l'avouer) de ses muscles. Bref, Rahan, c'était à l'époque l'archétype de l'homme que tout lecteur mâle de BD voulait devenir (bon, c'est vrai, après il y a eu Blueberry...). Après ces considérations tout à fait personnelles, que dire de Rahan ? Qu'il n'est plus temps de faire la fine bouche et que 22 albums "historiques" vous attendent, auxquels s'ajoutent les bientôt 7 "modernes" (le prochain sort en juin...). Que (re)lire des Rahan, c'est comme se mater un de ses films des années 50 qui ont fait les beaux-jours de la dernière séance, du temps où l'on racontait des histoires pour se faire plaisir sans trop se tortiller la tête (en apparence car les leçons de morale positive, de tolérance, de respect de ce qui fait que nous sommes d'abord des êtres humains, émaillent les récits mouvementés de Cheveux-de-feu...). Bref, qu'il vous faut découvrir Rahan si vous ne le connaissez pas (en commençant bien par les premiers albums) et le relire si vous l'avez aimé. Simplement. A visiter : le site consacré à Rahan (pour tout savoir sur le fils des âges farouches) A scruter : la liste des albums sur bedetheque.com (pour ne pas vous y perdre) A visiter : le mini-site des éditions Soleil consacré aux rééditions de Rahan A voir : le site de Pif gadget (pour les nostaliques)