Archives par mot-clé : Andi Watson

La Petite étoile d’Andi Watson

Little Star (scénario et dessin d' Andi Watson, Editions ça et là, 2006) Mike est un grand amateur d’Andi Watson (cf les chroniques ici) mais malgré ses imprécations, je n’avais jamais pris le temps de lire attentivement les albums qui me tombaient sous la main en librairie. Puis j’ai découvert Little Star. En lisant le résumé, j’avais l’égocentrique impression qu’Andi Watson n’avait écrit ce livre que pour me faire découvrir son travail. Simon Adams est un papa moderne, très impliqué dans l’éducation de Cassie, sa petite fille de 3 ans. Il est prêt à tout pour sa famille, d’ailleurs, il a déjà sacrifié sa carrière de graphiste. Cependant, il doit jongler avec ses ambitions personnelles, les désirs et les besoins de ses proches. Voici, une œuvre pour tous les jeunes papas. Avec un énorme talent, Andi Watson pose sur le papier toutes les interrogations inhérentes au "travail" de père. Du réveil à 5h30 aux relations père-fille, de la crèche au boulot à mi-temps, des interrogations sur le développement de l’univers aux grenouilles, Simon Adams est un astre qui gravite autour de sa petite étoile. Mais comment faire pour Simon quand, après avoir donner le nom de sa fille à une étoile sur un site web, il ne la retrouve plus ? Petit bijou d’allégorie. Conduit avec une incroyable finesse, cet album vous mènera dans les méandres des angoisses paternelles. Oubli et découverte de soi, changement des relations aux autres, si la vie de Simon aurait pu être plus simple sans, c’est avec sa petite fille qu’il s’épanouit. Une formidable leçon de vie. Pour conclure, un petit passage : "C’est une très longue litanie d’émotions contradictoires que j’éprouve souvent en même temps. Je suis le prince charmant et la marâtre, le bon roi et l’affreuse demi-sœur, le carrosse et la bonne fée. Je suis glandeur et chauffeur, maître et élève, infirmier et gendarme. Donneur de bisous et de consolations, lanceur d’ultimatums, et guide moral. Brigadier des bonnes mœurs et de l’hygiène. Je suis pharmacien et distributeur de billets. Danseur et chatouilleur. Monstre. Torcheur de fesses et donneur de bain. Râleur et conteur d’histoires. Tyrannique et laxiste, bricoleur et femme de ménage. Mari et fils. Papa." Bon allez j’avoue, j’adore ! Et bises à tous les papas ! Ah et puis merci aux éditions ça et là qui, décidément offre le meilleur du graphic novel ! Ah et puis pardon Mike, la prochaine fois, je n’attendrais pas pour lire tes coups de cœur ! A lire : la critique de Krinein A lire : l’interview d’Andi Watson sur BDthèque

Chronique de vacances # 8 | Ruptures

(scénario et dessin d'Andi Watson, éditions Cà et là) Je n'ai pas encore lu ce court album d'Andi Watson, mais j'avais tellement aimé Slow News Day que je pense que celui-ci sera d'aussi bonne qualité. On est toujours dans la comédie sentimentale (et ça, vous savez que c'est ma kriptonite à moi...), mais à l'anglaise semble-t-il (seulement à cause de la pluie ?). J'espère une chronique prochaine... Au mois de septembre peut-être, en même temps que la publication de Little Star, autre roman graphique (très attendu) d'Andi Watson ! A lire (en attendant plus) : la chronique de Xav sur du9.org A lire (aussi) : la fiche sur le site des éditions Cà et là A lire (enfin) : la chronique d'IDDBD sur Slow News Day

Slow News Day

(scénario et dessin d'Andi Watson, éditions Çà et là) Je suis fan de comédies sentimentales. Ne m'en voulez pas, je suis comme ça et je n'y peux rien. Je ne dis pas que des fois, je n'ai pas un peu honte mais dans l'ensemble, je ne m'en sort pas mal... J'aime surtout les comédies sentimentales anglo-saxonnes (américaines, anglaises, australiennes...). Elles ont chacunes leur charme particulier : ultra-prévisibles pour les premières, souvent plus sombres pour les secondes et totalement déjantées pour les troisièmes ! Avec Slow News Day, je suis particulièrement gâté puisqu'il y a un peu des trois dans cette BD. Hé oui, la bande dessinée sait aussi faire - avec talent - de la comédie sentimentale (vous ne croyez pas qu'il n'y a que des aventures de souris qui parlent ou de gros baraqués qui dégomment du troll à tous les étages quand même !). Certe, le scénario est classique et les situations parfois un peu caricaturales, mais les personnages sont attachants et se révèlent finalement moins stéréotypés qu'il n'y paraît de prime abord. Et puis, même si l'on se doute du résultat final, dans ce genre d'histoire, c'est aussi la manière de le raconter qui compte aussi. Et ça, Andi Watson sait indéniablement le faire. Hum... je vous sens tout de même impatients d'en savoir un peu plus, non ? Sans dévoiler toute l'intrigue, sachez que Katharine Washington, jeune écrivaine en herbe, débarque de son San Francisco natal pour faire un stage en Angleterre, au Wheatstone Mercury, un journal tout ce qu'il y a de plus local. La jeune américaine va y rencontrer Owen Holmes, un journaliste aguerri (donc cynique) et un peu désabusé. Bien entendu, Katharine et Owen ont chacun leur petit ami(e), respectivement Brett et Nicole. Ce qui est plutôt bien puisque les deux journalistes ne se supportent pas... Allez, sortez le pop-corn, préparez-vous la boisson que vous préférez, installez vous confortablement... La séance commence... A lire : la chronique (toujours bien...) de Vincent sur BDsélection.com A visiter : le site des éditions Ça et là qui nous livrent de bien belles petites perles en bande dessinées. Merci à eux... L'info du jour A l'occasion de la parution de Ruptures, Andi Watson sera en dédicace, samedi 17 juin, à la librairie Album Lafayette (Paris 9ème). Les rencontres/dédicaces auront lieu en début d'après-midi. Avant d'aller à sa rencontre, autant que vous en sachiez un peu plus sur lui. Andi Watson est né en 1969 à Wakefield (Angleterre). Il vit à Stoke-on-Trent (toujours en Angleterre) avec sa femme et sa fille. Après des débuts dans le jeu vidéo, puis un passage par le dessin animé, il se consacre à la bande dessinée à partir de 1993 avec Samouraï Jam . Il crée ensuite la série Skeleton Key puis Geisha , qui lui vaudra une nomination aux prestigieux Eisner Awards en 2000. Il est également l'auteur de plusieurs romans graphiques abordant avec finesse les relations entre hommes et femmes, dont Breakfast After Noon (nominé aux Eisner Awards en 2001), Slow News Day et Little Star (à paraître en septembre 2006 aux éditions Çà et là). Dans un registre moins intimiste, il travaille fréquemment avec Marvel, DC et Dark Horse Comics.