Archives par mot-clé : amnésie

Chronique | La page blanche (Bagieu & Boulet)

Elle est dans la rue. A Paris. Regard à droite, à gauche… Que fait-elle ici, sur ce banc ? Elle ne sait pas vraiment. Son nom… comment s’appelle-t-elle ? Impossible de se rappeler. Son sac ! Elle fouille. Éloïse Pinson, 10 rue de Nancy… Oui, peut-être…

Le Mariage des princes

Dire que le phénomène blogs BD a été un véritable changement dans les pratiques de lecture des bédéphiles dans ces 10 dernières années est un doux euphémisme. De nombreux auteurs ont connu le succès grâce à leurs billets quasi-quotidiens. Plus que quiconque (hormis Martin Vidberg peut-être) Pénélope Bagieu – qui s’est fait connaître au départ par le pseudo de Pénélope Jolicoeur – et Boulet sont les exemples parfaits de cette réussite. Succès sur le web avec des dizaines (voire des centaines) de milliers de visiteurs par jour et succès de papier avec les ventes de leurs albums respectifs (les Notes, Ma vie est tout à fait fascinante, Joséphine, Cadavre Exquis). Qu’on aime ou pas leurs travaux, là n’est pas la question. Ils sont simplement incontournables et comme souvent dans ce cas, sont tour à tour l’objet de critiques voire de haines… Bandes de petits jaloux ! C’est dire si cette Page blanche était attendue au tournant ! Boulet au scénario et Pénélope aux dessins est une idée venue des équipes de Delcourt. Et je dois avouer que j’étais moi-même plutôt intrigué par le résultat possible de cette collaboration. En effet, si Boulet n’a pas attendu le succès de son blog pour faire des séries de qualités issues du magazine Tchô ! – je vous conseille la lecture de La Petite Rubrique scientifique ou de Raghnarok – il est surtout spécialiste de formats courts (gags à planches, billets de blogs...). Que pouvait-il donner sur une histoire de 200 planches ? Allait-on retrouver cette touche si particulière entre humour de geek, nostalgie et regards décalés ? Pénélope Bagieu, la sainte patronne des blogueuses  girly, pouvait-elle adapter son dessin à un esprit différent ?

Une jolie idée

Cette histoire de quête identitaire commence par une introduction qui pose bien les choses. Immédiatement, nous retrouvons le trait habituel de Pénélope Bagieu : lisse, couleurs informatiques, personnages en rondeur et découpage dynamique n’hésitant pas à faire zoom avant ou arrière, gros plan... Pas de mots inutiles, beaucoup d’efficacité et nous voici déjà plongés dans l’histoire. Tout part très vite et on attend la suite car cette idée d’amnésie, si elle apparaît être classique, peut très bien amener des développements intéressants. Bref, la première impression est bonne. Au fur et à mesure de l’histoire on retrouve de ci de là ce qui fait toute la saveur des travaux des deux auteurs : le sens de la dérision, cette faculté à multiplier les situations cocasses – je pense notamment aux tentatives diverses d’explication de la situation dans l’esprit d’Héloïse – et un sens de la construction qui rend très agréable la lecture. Puis, au cours de l’histoire, des thématiques apparaissent : le rapport aux choses et aux êtres, l’intégration dans la vie et la construction de sa propre personnalité… ça effleure, ça tend des perches, ça va démarrer bientôt, là, oui, c’est… la fin. On dit au revoir à Éloïse sur une conclusion terrible, monumentale, audacieuse, ultime dirais-je ! [NDLR : attention je spoile à la fin de cette phrase] : elle repeint son appartement  ! Moi, je dis YES, pourquoi perdre son temps avec une psychanalyse. C'est LA solution !

Sous le superficiel... le vide

Désolé, je ne pouvais empêcher cette pointe de sarcasme. J’ai essayé pourtant, impossible ! Franchement, quel est le problème de cet album ? Son manque profond d’intérêt et d’envergure. Oui c’est par instant drôle, c’est même un album très bien réalisé, tout est en place, tout est pensé et construit. Ça donne l’impression d’une pierre parfaitement polie pour être la plus douce possible, une pierre sur laquelle les flots passent. Mais que reste-t-il au bout ? Une vague lecture, un simple divertissement alors que les possibilités offertes étaient nombreuses. Honnêtement, quand on se moque à demi-mots des lectures « standards » des clients de son héroïne, on veille à produire un livre qui sorte un peu des sentiers battus. Tout au long de cette lecture, j’ai attendu un véritable démarrage, une prise de risque qui nous amènerai éventuellement à être touché par cette tranche de vie perdue. J’attendais un instant lumineux où l’apparence des êtres, la superficialité des instants seraient dépassés par un message, une thématique. J’attendais quoi ? Je ne sais pas très bien. Une surprise, un rebondissement ? Un peu de profondeur dans un récit qui se borne à inspecter la surface des choses ? On en vient presque à plaindre cette héroïne qui se débat seule pour aller au-delà, comprendre… On lui donnerait presque un mouchoir quand, dans sa « profonde » quête identitaire, elle n’arrive pas à faire des réflexions plus puissantes que « Oh, une maison Bouygues ! Super ! ». Zut les auteurs, aidez-là quoi ! C’est incroyable. Quand on lit régulièrement le blog de Boulet, on sait que sous ses airs d’humoriste  potache, il est capable par un dessin, un mot, une réflexion simple, d’émouvoir avec beaucoup de sensibilité. Il a la grâce de l’humoriste, capable de parler de choses graves avec légèreté, le talent de celui qui « montre son cul pour cacher son cœur » (Desproges). Mais La Page Blanche est une simple historiette, un petit livre artisanale bien propre fait pour donner bonne conscience aux foules par un message final démago mal amené qui tombe avec autant de finesse qu’un sumotori plongeant du tremplin de 30 mètres à la piscine municipale. Ils peuvent se moquer du cliché de la parisienne tout au long du livre mais objectivement, jamais ils n’en sortent eux-mêmes ou alors pour en proposer de nouveaux. Au final, toutes ces pages sont bien fades. La Page Blanche est un album décevant. Paradoxalement, il est réalisé avec beaucoup de maîtrise mais en matière de dessin comme en scénario, l’absence de risque, la volonté de faire « propre » dénature complètement la bonne idée de départ. Au bout de l’histoire, rien ou si peu, sinon une accumulation de clichés et une conclusion démagogique. A lire : enfin une critique digne de ce nom sur les Bulles Carrées !
La Page Blanche (one-shot) [encore heureux !] Scénario : Boulet Dessins : Pénélope Bagieu Editions : Delcourt, 2012 (22,95€) Collection : Mirages Public : Ados-adultes Pour les bibliothécaires : un pur best-seller. Aucun intérêt mais on vous le demandera.