Archives par mot-clé : Alessandro Calore

Je suis cathare / Makyo, Calore

Je suis Cathare - Tome 2 : Impardonnable pardonné (scénario de Makyo, dessin d'Alessandro Calore, couleurs de Claudia Chec, collection Histoire & Histoires, éditions Delcourt, 2008)

C'est certain : le Da Vinci Code a largement décomplexé les opposants paranoïaques au complot apostolique romain, grand mystificateur historique et religieux pour bon nombre de mystiques illuminés. Depuis Dan Brown, les récits de méchants inquisiteurs pourfendeurs d'hérésie ont fleuri comme les plantes vénéneuses aux Enfers. Pourtant, la véritable hérésie serait de rattacher la série Je suis Cathare à cette veine largement exploitée, voire dénaturée.

Aux côtés de Guilhem Roché, vous entrez dans l'Histoire, la vraie... Certes, un brin romancée (le héros est tout de même détenteurs de pouvoirs de guérison...), mais l'Histoire tout de même. En tout cas, vous découvrirez - ou retrouverez (pour les plus érudits d'entre vous) - une page finalement assez méconnue de notre belle épopée française, celle du catharisme dans l'Occitanie du XIIIème siècle.

Evidemment, présenté comme cela, je doute que vous brûliez d'envie (sans mauvais jeu de mots s'agissant d'hérétiques...) de vous jeter sur le deuxième tome de cette série imaginée par le talentueux et imaginatif Makyo. Ce serait pourtant un impardonnable péché que de se priver de cette palpitante et mystérieuse aventure qui progresse à un rythme effréné. Car Makyo a trouvé le parfait équilibre entre l'action tourbillonnante et la psychologie de ses personnages, tous crédibles. Des réponses sont apportées, des révélations éclatent au grand jour... et de nouvelles interrogations naissent dans ce deuxième opus qui, contrairement à d'autres, n'est pas un tome de transition.

Quant au dessin de Calore, il est toujours à la hauteur de cette saga mystique : le trait et les plans servent l'histoire et nous tiennent au plus près des personnages et de l'action. Par ma foi, que voilà de la bien belle ouvrage !

A voir : les quelques planches du deuxième tome de Je suis Cathare sur le site des éditions Delcourt

A lire : huit planches sur le site BDGest 

Parfait !

Je suis Cathare - Tome 1 : Le Parfait introuvable (scénario de Makyo, dessin d'Alessandro Calore, couleurs de Claudia Chec, éditions Delcourt, 2007) IDDBD, spécialiste de la BD chrétienne ? Non ! Ce n'est pas parce que nous vous avons chaudement recommandé Sept missionnaires hier et que nous vous proposons de découvrir Je suis Cathare aujourd'hui que nous nous vouons à la BD chrétienne... Nous laissons cela aux (brillants) défenseurs du genre (qui existe, il faut le savoir...). Mais les hasards des lectures étant ce qu'ils sont, Je suis Cathare m'est tombé entre les mains après les Sept missionnaires et je dois vous confesser que j'ai bien eu du mal à le lâcher ! Ce premier tome, scénarisé par l'auteur de Qumran et du Trésor du Temple (aux éditions Glénat), pose bien entendu plus de questions qu'il ne donne de réponses. Pour autant, le récit progresse à un rythme soutenu (il vous faudra parfois vous accrocher) et l'on en apprend régulièrement un peu plus sur Guillerm Roché, cet étrange jeune homme amnésique, recueilli par le guerrisseur d'un village occitan du XIIIème siècle. La région - qui a baigné dans le catharisme, ce schisme chrétien, pendant près de trois siècle - vient d'être "nettoyée" par les ardents défenseurs de la foi apostolique romaine. Les envoyés des autorités catholiques n'hésitent d'ailleurs pas à "purifier" le pays et ses habitants par le feu lorsque cela s'avère nécessaire ou lorsqu'un doute subsiste sur le degré d'attachement au dogme papal... Sauf qu'un mystérieux Parfait (c'est ainsi que se nommaient certains cathares) demeure introuvable aux yeux pourtant acérés des inquisiteurs. Serait-ce Guillerm, dont on découvre très vite les pouvoirs de guérison dont il semble miraculeusement doté ? Ou bien ce cavalier masqué (non, ce n'est pas Zorro...) qui assassine méticuleusement tous les délateurs qui vendent aux autorités éclésiastiques, contre quelques pièces d'or, l'âme et le corps de prétendus hérétiques ? En s'appuyant sur une documentation historique que l'on devine extrêmement précise (les puristes regretteront peut-être l'emploi du mot "cathare", apparu en réalité au XIXème siècle, dans la bouche de certains personnages...), Makyo joue avec les unités de temps et de lieux en multipliant les flash-back et les points de vue. Comme l'intrigue vous attrape dès la première case pour ne vous lâcher que 48 pages plus loin, on n'est jamais perdu dans ce labyrinthe historique construit de manière très efficace. Le dessin réaliste d'Alessandro Calore est également aussi documenté qu'efficace. Il alterne les plans au même rythme que le récit, selon un déroulé cinématographique que l'on apprécie particulièrement ici (pour ce genre de BD d'aventures, bien entendu). Donc, pas moyen de s'ennuyer en lisant ce premier tome de Je suis Cathare, dont on attend impatiemment la suite...    A lire : la fiche album sur le site Delcourt A lire :  l'interview d'Alessandro Calore sur sceneario.com A lire (aussi) : pour en savoir plus sur les cathares