Archives pour la catégorie Bibliothèques

tous-a-poil

Humeur | Les bibliothèques ne font pas de politique

tous-a-poilLes services de bibliothèque publique sont accessibles à tous, sans distinction d’âge, de race, de sexe, de religion, de nationalité, de langue ou de statut social. (…) Les collections doivent refléter les tendances contemporaines et l’évolution de la société de même que la mémoire de l’humanité et des produits de son imagination. Les collections et les services doivent être exempts de toute forme de censure, idéologique, politique ou religieuse, ou de pressions commerciales. (extrait du Manifeste de l’UNESCO sur les bibliothèques publiques)

Je suis bibliothécaire. Je fais partie d’un corps de métier qui a la chance d’être au service de la population, de TOUTE la population sans aucune forme de discrimination. J’en suis plutôt fier car j’estime faire un boulot non pas essentiel mais utile à mon prochain. Je crois dans les vertus bienfaitrices de l’art et de la connaissance pour rendre le monde un peu meilleur.

Universalisme… représenter tous les courants de pensée. A ce titre, les bibliothécaires ont le privilège d’être les témoins de l’évolution culturelle de notre société à travers ses productions intellectuelles.  Livres, musiques, cinéma, multimédia, spectacles, rencontres… de nombreuses formes passent à travers les mailles de nos filets. Il y a 20 ans, on se posait la question de l’arrivée du rap dans les collections musicales, puis ce fut le manga dans nos fonds BD. Aujourd’hui, le jeu vidéo fait une entrée fracassante dans une grande majorité d’établissements. Depuis quelques jours, je lis ici et là que des groupes – dont je ne jugerais pas les valeurs, mon propos n’est pas là – « attaquent » nos bibliothèques municipales et en particulier les secteurs jeunesse pour la présence de livres soi-disant hautement « toxiques ». Je suis triste et inquiet.

Triste de voir que ces personnes ne voient dans la littérature jeunesse qu’une forme d’outil éducatif. Inquiet de leur aveuglement quand ils s’arrêtent à la simple nudité d’une image. Je les plains car c’est fatigant d’haïr son prochain et d’être inscrit dans une forme de paranoïa. De l’autre côté je vois également des gens condamner les bibliothécaires pour la non-présence de certains de ces livres dans leur collection.

Messieurs, mesdames de tout bord, je dois vous l’avouer : les bibliothécaires ne font pas de politique (hormis documentaire). Leur rôle est de constituer des collections de qualité représentatives d’une production éditoriale, musicale, cinématographique etc… Leurs goûts personnels, leurs convictions politiques ou religieuses ne doivent pas entrer en compte dans cette constitution de collection. Ils ne s’occupent pas des polémiques et font leur boulot comme l’infirmière, l’agent des impôts, l’assistante sociale ou le professeur des écoles, avec conscience.

La plupart de gens s’imaginent que c’est d’une grande facilité. Mais réussir à constituer une collection hétérogène est un travail quotidien qui demande une parfaite connaissance de son domaine. Oui, les bibliothécaires, au même titre que des libraires sont des spécialistes. Au même titre que réussir un gâteau ne fait de vous un pâtissier, lire un livre ne fait pas de vous un bibliothécaire. Donc, j’invite ces personnes qui, du haut de leurs certitudes et j’imagine d’un sens aiguë du bien de LEUR communauté, de se calmer et de laisser mes collègues. Je les invite plutôt à chercher dans les collections de leurs bibliothèques  les documents qui satisferont leurs morales. Je suis persuadé qu’ils en trouveront beaucoup. Ensuite, je leur propose de s’installer avec leurs enfants, leurs petits-enfants, leurs petits-cousins ou les gamins du voisin et de faire une bonne séance de lecture… histoire de partager autre chose que la haine de son prochain.

Dédicace à toutes mes collègues jeunesse, militante de la joie de lire et de l’ouverture des yeux !

Genshiken

Bibliothèque | Formation Manga

GenshikenDécouverte d’un genre littéraire, le manga

Je vous propose dans ce (très) gros dossier, le résultat de mon travail sur la formation Découverte d’un genre littéraire : le manga proposée aux bibliothécaires du département de l’Eure par la Médiathèque Départementale. Cette formation s’est déroulée le 26 septembre 2013. Continue la lecture

libraire_de_belfast

Mini-chronique | Le libraire de Belfast à la BPI

libraire_de_belfast

Amis parisiens, vous avez bien de la chance ! Jeudi 16 mai à 20h la BPI projette dans le cadre de son cycle sur l’imaginaire des villes, le très bon film documentaire Le libraire de Belfast de la réalisatrice Alessandra Celesia.

Ce film est bien plus qu’un portrait d’un vieux libraire nord-irlandais à la retraite. C’est celui de toute une communauté à la fois excentrique et terriblement touchante : un jeune rappeur à l’accent trop marqué, un punk dyslexique amateur d’opéra, une serveuse cherchant à percer dans la chanson…

Dans ce film choral, les sensations et les éléments s’enchainent et se contredisent. Alessandra Celesia filme une communauté d’exclue d’une modernité réservée à des privilégiés. A la place, solidarité, simplicité, écoute, vivre ensemble… Tous ces mots et toutes ses valeurs transparaissent durant 52 minutes.

Les valeurs, ce vieux libraire en a tant à transmettre alors il parle, de lui, de sa vie, de son plaisir charnel du contact avec le livre, de son esprit commercial qui ne l’a pas aidé à devenir riche. Sur son visage, le temps qui passe. Et en filigrane, avec l’écho des paroles de ses amis, la présence de cette ville, immuable et forte, pesante, avec son histoire furieuse.

Voilà, ce film c’est un peu ça et beaucoup d’autres choses. Si vous avez l’occasion de le voir, à la BPI ou dans les collections de n’importe quelle bonne bibliothèque, n’hésitez pas ! 50 minutes de très bon cinéma.

Plus d’info sur l’image ci-dessous et sur le site de la BPI.

libraire_de_belfast_BPI

Le libraire de Belfast
un film documentaire d’Alessandra Celesia
Production : Zeugma Films, 2012
54min, VOSTFR

A voir : la bande annonce sur le site de Zeugma Films

piedsnickeles

Bibliothèques | Lecteur de BD, qui es-tu ?

D’après l’enquête sur les pratiques culturelles des français de 2008, nous sommes 16 millions de lecteurs de bande dessinée. C’est bien simple, en une décennie, l’édition de bande dessinée a été multiplié par 3. Positive ou non, cette explosion fait du secteur le plus dynamique du marché du livre.

Pour compléter cette étude, le DEPS (Direction des études, de la prospective et des statistiques) du ministère de la culture et la Bibliothèque publique d’information ont mené une enquête auprès de 4580 personnes âgées de 11 et + sur leur rapport au 9e art. L’enquête est publié aujourd’hui dans la collection Culture, études. Heureusement pour ceux dont les rapports statistiques ne représentent pas un idéal de lecture, un document de synthèse a été publié.

Qu’en ressort-il ? Rien de bien surprenant. Toi lecteur de BD, tu es plutôt un homme, plutôt jeune et diplômé. C’est bien simple, plus tu lis, plus tu as de chance d’être quelqu’un d’actif en matière de culture. Tu empruntes beaucoup auprès de tes amis ou dans les bibliothèques quand tu as moins de 25 ans. Mais ensuite, le temps de l’opulence venu, tu as tendance à acheter tes livres.

Actuellement, 83% des lecteurs de BD ont lu du franco-belge, 52% les magazines de BD, 48% la BD américaine (comics surtout), 38% du manga et BD asiatiques et 21% du romans graphiques. Sachant que cette dernière catégorie est transversale.

Le héros le plus connu ? Tintin ? Astérix ? XIII ? Thorgal ? Que nenni ! Il s’agit des Pieds Nickelés !

Bref, amis chroniqueurs, au travail !

Pour en savoir plus, je vous invite à lire la synthèse à télécharger sur cette page.