Chronique | Marina Abramovic : the artist is present (Matthew Akers)

En 2010, le MoMA, le célèbre musée d'art contemporain de New York, consacre une rétrospective à l'œuvre de Marina Abramovic. La plasticienne serbe réalise depuis 40 ans des performances mettant à l'épreuve son propre corps. A la veille de cette exposition, nouvelle démarche artistique en soi, le réalisateur Matthew Akers se penche sur cette artiste hors limite.

L'art de la question

Parfois, le hasard nous fait découvrir une œuvre singulière qui change notre perspective sur un objet, une pensée, un mouvement. Pour tout vous avouer, je ne suis pas vraiment un aficionados de l'art contemporain. Je reste souvent dubitatif face à des œuvres dont l'expression esthétique me semble parfois réduite au minimum. A vrai dire, je n'ai pas vraiment les clefs. C'est donc avec un détachement très professionnel que j'ai découvert ce film, le visualisant d'un œil distrait afin de savoir où et comment le classer dans les rayons de la vidéothèque. Marina Abramovic, non, ça ne me disait rien. artist_is_present2 Très vite, j'ai été happé par ce personnage charismatique, fille en mal de tendresse de héros communistes de l'ex-Yougoslavie, que certains aiment nommer "la grand-mère de la performance artistique". Rester assise durant des jours, se flageller devant une caméra, jouer avec des couteaux, foncer dans un mur ou marcher durant 3 mois le long de la grande muraille de Chine pour rejoindre son amoureux parti de l'autre bout, voici quelques exemples d'œuvres réalisés par Marina Abramovic. Je vous entends vous poser LA question : "mais nom d'un petit flûtiau, en quoi est-ce de l'art ?"

L'art d'ouvrir les yeux

Cette question qu'on n'ose plus lui poser trouve tout son écho dans ce film et peut-être un début de réponse dans le nouveau défi qu'elle affronte dans la rétrospective qui lui est consacré au MoMA. The Artist is present est le nom de sa nouvelle œuvre. Pendant trois mois, durant l'ouverture du musée, Marina Abramovic sera dans un carré de lumière, assise sur une chaise, attendant qu'une personne veuille bien s'asseoir face à elle dans un dialogue silencieux. Dans cette rencontre entre l'artiste et son public, éprouvante pour la première, bouleversant pour le second, la question de l'art se pose sans cesse et apporte son lot d'interrogations et d'interprétations. Qu'apporte le public ? Qu'y trouve-t-il ? Est-il touché ? artist_is_present4 Pour nous aider à comprendre, Matthew Akers utilise les outils classiques du documentaire : témoignage de son entourage professionnel, scène de travail, discussions avec Marina, retour sur le passé – en particulier sur sa relation avec l'artiste allemand Ulay – et focus sur des œuvres représentatives. Si parfois des effets faciles auraient pu être évités (une utilisation malvenue de violons par exemple), le réalisateur évite le schéma chronologique "jeunesse-début-accomplissement-présent". Par un montage efficace, il dissémine les éléments afin d'en faire ressortir ce qui résonne dans la préparation et le déroulement de "The Artist is present", véritable fil rouge du film. Résultat, le spectateur reçoit des clefs de lecture permettant d'appréhender l'œuvre globale de l'artiste. Outre le caractère attachant du personnage principal – même si je la soupçonne de savoir particulièrement bien utiliser l'objet cinématographique – ce film est une porte ouverte vers une désacralisation relative de l'art contemporain. A l'image de cette performance et de cette artiste, il traite avec égalité le moindre spectateur, ouvrant son cœur les yeux dans les yeux. Quand l'art est émotion. A lire : l'article de Libération sur la retrospective au MoMA La bande annonce
artist_is_present-couvMarina Abramovic : the artist is present Réalisateur : Matthew Akers Production : Show of force, HBO Documentary Année de production : 2012
   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *