Le guide du mauvais père T1 & 2 (Guy Delisle)

Guy Delisle est un artiste- voyageur-dessinateur. Entre BD et animation, il s'est promené sur toute la planète et s'est lui-même mis en scène dans des albums autobiographiques. Mais qui est-il dans l'intimité ? Avec sa famille ? Et surtout quel père est-il ? Voici un début de réponse… Être patient, courageux, bricoleur, travailleur, ouvert, tendre, gentil, costaud, solide, romantique, voici des qualités nécessaires au travail de père moderne. Mais voilà, Guy (entre papa on s'appelle par nos petits noms) oscille entre maladresse, immaturité, fainéantise, égocentrisme et autres choses du même genre qui se confondent assez mal avec les capacités d'un bon père de famille. Il tire parfois vers l'adolescent de base et laisse ses pulsions prendre le pas sur sa raison. Ainsi, au cours de saynètes, souvent des dialogues avec son fils ou sa fille, les situations s'enchainent et les victimes sont toutes désignées. Tout en cherchant à avoir le dernier mot et à se présenter toujours sur son meilleur jour, Guy Delisle pose sur le papier les fantasmes inassouvis des pères foireux bien incapables de répondre aux attentes de la société en matière de bonne éducation. Et là, j'ai presque envie de dire "Merci M. Deslile". Car, si cet album est loin d'arriver à la cheville de ses productions précédentes - qui n'est pas aidé par un travail éditorial de très mauvaise qualité - il a eu le mérite de bien me faire rire. Je l'aurais sans doute oublié dans un mois (d'où cette chronique qui remplace ma mémoire de poisson rouge) mais je me suis bien marré. Et là, maintenant, présentement, tout de suite, ça me suffit. Précisions toutefois que nous sommes dans un humour gris (grosso-modo tirant vers le noir) qui impose tout de même une certaine compréhension du 2e voire du 3e degré. Les militants de la famille pourraient être légèrement choqués par la légèreté du propos. C'est également un humour très "private joke" qui fera sans aucun doute moins rire les non-parents et inquiètera peut-être les mères qui sont persuadés d'avoir chez elles l'archétype même du nouveau père, parfait en tout et surtout en pédagogie contemporaine. Mais peu importe, la mère étant absente du début à la fin (ou presque), son avis importera bien peu… [Rire sardonique activé]  
delisle_guide-du-mauvais-pere_couv2Le guide du mauvais père (2 volumes) Scénario et dessins : Guy Delisle Editions : Delcourt, 9,95€ Collection : Shampooing Public : Adulte, masculin de préférence 😉 Pour les bibliothécaires : Pas indispensable si vous avez un petit budget. Sinon, pourquoi pas mais vu la qualité de l'édition, prévoir un désherbage dans quelques années.

3 réflexions au sujet de « Le guide du mauvais père T1 & 2 (Guy Delisle) »

  1. J’ai ri aussi… mais comme tu le soulignes le travail éditorial est bof bof. Je ne vois pas l’intérêt de publier un tel livre en fait. Pour moi c’est plus du travail de blog qui doit rester sur un blog.

    1. Je ne sais pas quelle est l’idée derrière l’orientation de la collection. On peut publier du blog en version papier s’il y a la qualité derrière. Après tout, les Notes de Boulet sont aussi dans cette collection mais là…
      Bon, déjà, c’est super court (5/10 minutes chrono). Je pense que mettre ensemble le T1 et le T2 n’aurait pas été un mal.
      Ensuite, la qualité du papier est vraiment pas terrible.
      Enfin, la mise en page, dû essentiellement au format poche, n’aide vraiment pas pour ce format finalement assez proche du strip.

      Est-ce qu’il cherche à concurrencer le manga avec ce format poche ? Peut-être mais, le format ne fait pas tout. Dans les mangas, malgré ce que pense beaucoup, il y a quand même du contenu ! Va lire un manga en 10’…

      Bref, cet album est anecdotique mais j’espère que ce travail d’édition n’annonce pas une tendance de l’édition FB. J’ai peur…

  2. Ce format poche n’est pas que destiné à accueillir des publications de blog, heureusement.
    D’ailleurs je suis tombé sur « Match » récemment : un album bien plus proche de l’esprit manga qui raconte point par point un match de tennis.
    C’est bien plus intéressant dans le concept, et en plus c’est une histoire muette et expressive.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *