Chronique | Dans la prison (Kazuichi Hanawa)

En 1994, Kazuichi Hanawa est arrêté pour possession illégale d'armes à feu et emprisonné pendant trois ans. En 1998, il publie Dans la prison, récit autobiographique de son quotidien durant sa détention.

Du fabuleux au réalisme

Avant de commencer cette chronique, il me semble plutôt intéressant de situer un peu l'œuvre de Kazuichi Hanawa dans son contexte. Cet auteur est né avec le manga moderne en 1947 mais se situe du côté des alternatifs. Publié dès 1971 dans la revue d'avant-garde Garô, il est plutôt orienté vers le fantastique (voire l'érotico-fantastique en début de carrière) et propose des récits historiques peuplés de fantômes et autres êtres imaginaires. Thème assez récurrents à cette époque. Il connaît avec ses Contes fantastiques et Tensui, l'eau céleste un succès critique. Mais en 1994, le voici incarcéré. La conséquence artistique directe est bien entendu les 230 planches que constituent Dans la prison publié par le magazine d'avant-garde AX en 1998, puis quelques années plus tard Avant la prison. Avec ces deux œuvres, Hanawa change de thématiques. Oubliées les histoires fabuleuses, il plonge le lecteur dans le quotidien répétitif d'un prisonnier japonais.

Une histoire de point de vue

J'aurais pu écrire "le quotidien sombre et obscure des prisons japonaises" mais ce n'est pas vraiment ce qui ressort de ce livre. Je suis désolé pour tous les partisans du retour aux geôles pleines de puces, de rats, de cafards, de surveillants matraqueurs et d'oubliettes moyenâgeuses mais il semble régner dans cette prison nippone un ordre, un calme et un respect qui laisse circonspect face aux réalités carcérales françaises. dans-la-prison_3Et moi, lecteur français moyen, c'est à ce moment précis que je me heurte au mur qui sépare les deux cultures. Difficile d'expliquer totalement cette sensation mais quand Hanawa écrit " On doit être reconnaissant d'habiter dans un pays où l'on sert tous les jours un repas chaud, même à ceux qui ont mal agi et causé des troubles à la société", il ne fait aucun doute que nous rentrons dans un schéma de pensée totalement différent. Les auteurs occidentaux évoquent souvent le milieu carcéral d'une manière négative, avec tout son côté punitif. Mais dans cet album, l'auteur choisit une approche neutre voire reconnaissante. Certes, le prisonnier est privé de liberté mais son quotidien, souvent problématique à l'extérieur, se retrouve totalement encadré par l'institution. Malgré une volonté de responsabilisation de la part des surveillants, il ne gère plus grand chose et retrouve face à lui-même dans une démarche d'expiation presque religieuse. Mais il me semble que mon explication relève plus d'un point d'occidental de culture judéo-chrétienne. dans-la-prison_2Pour autant, la grande force de la démarche de Kazuichi Hanawa est justement de faire entrer le lecteur dans cette optique par la multiplication de détails sur le quotidien du prisonnier. Vous trouverez ainsi les plans d'une cellule individuelle, collective, une description des repas, des habits d'hiver et d'été, du rangement des étagères… Bon, je dois vous l'avouer, j'ai parfois sauté quelques-unes de ces pages car à la 5e description des plats de jour de l'an, j'ai craqué. Cependant, ces éléments sont importants dans la construction narrative. Comment comprendre la réalité du quotidien sans insister sur ces détails qui constituent l'essence même de la vie du prisonnier ? Les repas rythment la journée, le rangement des étagères définissent les rapports sociaux, la cellule est le lieu de méditation… Pour conclure, j'avoue que je ne sais pas trop quoi vous dire sur cet album. Pour une fois, j'ai la pleine conscience de ne pas partager la même culture et la sensation qu'il me manque des éléments importants pour appréhender positivement cette œuvre. Toutefois, je trouve la démarche juste, bien réalisé, dans un dessin qui, comme souvent dans le manga, lie le réalisme des décors à la caricature des personnages. Une œuvre à méditer qui aurait pu, je pense, bénéficier d'un travail éditorial de décryptage. A lire : la chronique de Sine Lege A découvrir : les 22 premières planches sur Digibidi
dans-la-prison_couvDans la prison (one-shot) Scénario et dessins : Kazuichi Hanawa Editions : Ego comme X, 2005 (25€) Public : Adulte, amateur de Gekiga et autres BD alternatives japonaises Pour les bibliothécaires : une œuvre intéressante qui demande toutefois un gros travail de médiation. Au même niveau qu'un Journal d'une disparition d'Hideo Azuma.

3 réflexions au sujet de « Chronique | Dans la prison (Kazuichi Hanawa) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *