Chronique | Mon ami Dahmer (Derf Backderf)

dahmer5 recommande-IDDBDDans les années 70, le jeune Derf Backderf est un collégien de la petite ville de Richmond, dans l'Ohio. Progressivement, il se fait des amis tout en fantasmant sur les filles et son avenir, qu'il imagine loin de sa ville. Dans cette vie d'ado américain moyen, il fait la connaissance d'un étrange garçon solitaire au comportement étrange : Jeffrey Dahmer. Très rapidement, il en fait la mascotte un peu trash des folies son groupe d'ami sans savoir que, des années plus tard, Jeff deviendra « le cannibale de Milwaukee », l'un des pires serial-killers de l'histoire des Etats-Unis. Chronique de la naissance d'un monstre.

Du mythe au réel

Dans la droite lignée du très fameux From Hell d'Alan Moore dont il s'inspire, Derf Backderf se jette dans les méandres de la pensée d'un tueur en série. Mais contrairement au grand scénariste anglais, l'auteur américain a partagé une partie de la vie de son sujet. Cette différence est fondamentale dans l'approche des deux auteurs. Jack l'éventreur, au même titre que le Père Fouettard est un mythe sans identité et sans corps apparent. Jeffrey Dahmer était un personnage bien réel, tout en chair, en malaise et en frustration. Quand Alan Moore tente d'expliquer les meurtres, Derf Backderf s'évertue à raconter la préhistoire de ce tueur. Il s'arrête quand tout bascule. dhamer_1Mon ami Dahmer a connu une première version auto-éditée de 24 planches en 2002. Des années plus tard, frustré par cet album qu'il jugeait très moyen, l'auteur se remet à l'ouvrage, accumule les recherches et les témoignages.Tout y passe : la vie de Dahmer, ses interviews, ses parents, Richmond, le collège, les connaissances, les profs... La somme d'information dont on retrouve une partie en fin d'album sous la forme de notes est considérable. Le travail documentaire effectué, Derf Backderf pouvait se remettre au travail.

Ouvrir les yeux

Il avait enfin les éléments pour tenter de répondre à une question simple mais terrifiante : comment un jeune ado timide et décalé peut-il devenir un violent tueur en série ? Plus de 200 pages comprenant planches et notes tentent d'y répondre dans un graphisme niant toute forme de réalisme et qui, dans des nuances de gris, joue sur l'expressivité – voire la non-expressivité – des personnages. Ainsi, à l'image de la couverture, Jeffrey Dahmer apparaît comme un être déjà coupé du monde. Il est une statue inexpressive, figée pour mieux se déstructurer à la première occasion. En miroir, les autres personnages montrent toute une gamme d'expression, de sourire, de peur ou d'effroi. dahmer2Quant au déroulement de cette jeunesse... L'auteur choisit d'aborder son récit par le biais de ses souvenirs personnels et, à l'aide de ses recherches, imagine un grand nombre de situations vécues par Jeff. Mais il est difficile d'exprimer toute la complexité de la situation en quelques lignes. Je trouve plus juste d'utiliser des termes comme frustration, divorce, violence, peur, perte, abandon, alcool, moquerie et surtout, le mot-clef de ce récit : aveuglement. Peut-être est-ce la réponse à la question posée par Derf Backderf dans cet album. En effet, aucun membre de la communauté ne s'est aperçu de la dérive de ce jeune homme. Les adultes n'ont jamais signalé ou agit pour le bien de cet ado qui passait pour les autorités scolaires comme « un garçon sans histoire ». Constat violent et sans équivoque : Jeffrey Dahmer est passé à travers les mailles du filet. Etait-il possible de voir en Dahmer le tueur qu'il allait devenir ? Non. Mais éviter qu'il passe à l'acte, sûrement. A l'image de l'Angleterre industrielle de la fin du 19e siècle décrite par Alan Moore, la société américaine libertaire des années 70 de Derf Backderf a produit son propre monstre. L'auteur lui-même, en choisissant de parler à la première personne et en se dessinant, s'implique dans le récit et ne renie pas son implication. Dahmer4Et même s'il est difficile de se laisser toucher par le personnage de Jeffrey Dahmer, le lecteur que je suis a été marqué par cette errance profonde, par cette détresse sans secours. Non pas que Derf Backderf cherche à transformer ce futur tueur en un être sympathique mais il en montre toute l'humanité. Sans jamais dessiner la moindre scène sanguinolente, il en fait un être pas si différent de nous, et donc beaucoup plus terrifiant. Difficile de passer à côté de cet album époustouflant sélectionné à juste titre au FIBD d'Angoulême 2014. A lire : la chronique de Sine Lege et l'incontournable synthèse de KBD rédigée par Choco
dahmer_couvMon ami Dahmer (one-shot) Scénario et dessins : Derf Backderf (Etats-Unis) Editions : çà et là, 2013 (20€) Editions originales : Abrams Comicarts, 2012 Public : adulte Pour les bibliothécaires : un des albums de l'année. Indispensable !

7 réflexions au sujet de « Chronique | Mon ami Dahmer (Derf Backderf) »

  1. Un récit qui marque !
    J’avais moi aussi été étonné de cet aveuglement. Comment ce garçon a-t-il pu passer toute sa scolarité sans attirer l’œil des profs, des services sociaux, etc. Et ses camarades ne voyaient en lui qu’amusement et bizarreries sans chercher à pousser plus loin leur raisonnement…

  2. C’est un album qui donne froid dans le dos. Les traits inexpressifs de Dahmer mettent mal à l’aise. En revanche j’ai eu le sentiment que les profs choisissent volontairement de porter des oeillères face au comportement de Dahmer, genre « c’est pas mon problème ».
    Il sort très bien à la bib!

    1. ça ne m’étonne pas qu’il sorte bien, c’est sans doute une des meilleures BD de l’année ! Backderf évite le côté voyeuriste et c’est pour moi sa plus grande réussite. Et c’est clair que graphiquement, c’est assez terrible. On sent tout le malaise de ce personnage.
      Après, comme il l’explique tout au long de ses pages, c’était un autre temps, plus libertaire. Et sans doute qu’aujourd’hui il ne serait pas passé entre les gouttes. Mais chaque époque à son meurtrier…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *