Chronique | Punk Rock Jesus (Sean Murphy)

punkrockjesus_bandeau  En 2019, un producteur de télévision a une idée géniale : cloner le Christ et en faire un héros de téléréalité ! Après avoir récupérer de l'ADN sur le célèbre Saint-Suaire de Turin, le projet J2 voit le jour. De quoi faire enrager un certain nombre de groupes intégristes...

Sombre Jesus

Punk Rock Jesus, voici un titre qui en dit long sur le degré hautement iconoclaste de cette série de Sean Murphy. Urban Comics nous proposent dans cette élégante intégrale de découvrir les 6 épisodes de ce récit d'anticipation venu tout droit de la collection Vertigo. Au programme : critique des pouvoirs religieux et médiatiques. Chouette ! En général, quand les américains traitent ces sujets, on se retrouve avec des œuvres à fort potentiel déjanté comme Preacher ou Transmetropolitan. Mais, dès les premières pages, le lecteur comprend vite que la comparaison s'arrête là. Graphiquement, on se situe plus du côté des romans noirs de B.M. Bendis avec des personnages sombres dans un graphisme sobre et réaliste. Ça sent le drame, la violence et la mort. Ça pue les manipulations, la dépression et le mal-être. Bref, on ne s'attend pas vraiment à rigoler. Et hormis le pétage de plomb de Chris – le fameux clone de Jésus (rassurez-vous je ne gâche rien, c'est sur la couv') – il n'y a effectivement pas vraiment de raisons de se réjouir. Enfin, si, mais pas dans le sens d'un travail des zygomatiques. punkrockjesus_couv2 Comme toute bonne œuvre d'anticipation, Punk Rock Jesus n'est pas un outil de prédiction mais un moyen détourné pour parler de notre société contemporaine... Dans son monde, Sean Murphy décrit le poids des intégrismes religieux, l'intolérance, le contrôle des masses et en décor le danger du dérèglements climatiques. Rien de bien futuriste, non ? Dans cette série-métaphore, l'auteur évoque aussi son propre parcours. Catholique convaincu, il est devenu athée en 2003 et toute cette œuvre sonne comme un terrible pamphlet et une tentative très indirecte d'explication de la perte de ses croyances.

Intégrisme(s)

Pour cela, il abuse de personnages-clichés qui se révèlent être particulièrement pertinents dans sa démarche. Ils ont l'effet de bonnes caricatures : grossir le trait pour dénoncer. Entre le producteur machiavélique, la jeune vierge qui ne comprend que trop tard son erreur, le gros bras ancien tueur de l'IRA et la scientifique de génie se vendant afin de sauver le monde grâce à ses recherches, nous sommes amenés à voir toutes les facettes, et en premier lieu les plus sombres, de cette humanité qui bascule dans une folie religieuse de premier ordre. punkrockjesus4 Au cours d'une histoire bien pensée où moments d'actions pures et phases d'introspection s'alternent avec un certain équilibre, les rebondissement ne manquent pas pour accompagner le lecteur. Chris est soumis aux aléas d'une existence qui le dépasse totalement. Quand il décide de prendre les choses en main, il bascule vers une réalité tout aussi crue avec toute la violence de ses 16 ans. Mais ce sont surtout les personnages et les évolutions de leurs psychologies qui présentent l'intérêt véritable de cet album. D'ailleurs et contrairement à ce que l'on pourrait penser, le personnage de Chris n'est pas véritablement un personnage principal. Il joue plutôt le rôle de plaque tournante. Tout tourne autour de cet astre, il est l'objet des désirs, des folies, des peurs et des espoirs. Car si Punk Rock Jesus est pamphlet violent (dans tous les sens du terme) contre la religion et les médias il se veut surtout une tentative d'exploration de la nature humaine. Les croyances ne sont-elles pas révélatrices de ce que nous sommes après tout ? Et avec cette fin à la fois ouverte et révélatrice, les questions ne cessent pas. punkrockjesus_5Toutefois, je mettrais un bémol à cette lecture sur un point très précis. Il me semble que tout en basculant dans l'athéisme farouche, Sean Murphy ne peut s'empêcher de tomber aussi dans une certaine glorification de la science moderne. Et la croyance en une science toute puissante, capable de résoudre les problèmes qu'elle a elle-même créé, me semble tout aussi discutable que les croyances populaires en un messie sauveur... D'une certaine façon, on tombe d'une fascination à l'autre. Cependant, derrière toute cela, entre croyance en un dieu ou toute  puissante pensée humaine, le message final, symbolisé par le Dr Epstein, met en avant la nature profonde de l'homme... Avec cette œuvre engagée, Sean Murphy signe une œuvre sombre et riche en débats. Dépassant le seul pamphlet, il propose une lecture des ressorts des croyances humaines. Contrat plutôt rempli au final. Sacrément fort. A lire : les chronique de Champi et Choco
punkrockjesus_couvPunk Rock Jesus (one-shot) Scénario et dessins : Sean Murphy Editions : Urban Comics, 2013 (19€) Editions originales : DC Comics (Vertigo) Public : Adultes Pour les bibliothécaires : une bonne référence, public plutôt ouvert nécessaire

Interview | L’atelier En traits libres avec Kristophe Bauer

en_traits_libresLa première chronique de CaseDoc, la nouvelle rubrique d'IDDBD consacrée aux films documentaires sur la BD, avait pour objet le film Mattt Konture : l'ethique du souterrain. Ce billet a suscité des réactions inattendues, notamment l'intervention et un échange avec le réalisateur himself, mais aussi celle de Kristophe Bauer - que vous connaissez déjà par son comics Les Sentinelles de l'Imaginaire. Outre ses activités d'auteur, il est aussi le Président du collectif  En Traits Libres. Comme nous sommes un poil curieux sur IDDBD, nous nous sommes dit qu'il fallait bien que nous en sachions un peu plus sur cette bizarre entreprise. Alors, secte artistique, groupement d'artistes maudits ou belle bande de potes ? Voici un focus sur un collectif sympathique... à l'image de son Président. IDDBD : Salut Kristophe !  Alors, si j'ai bien compris à la lecture de la présentation sur votre site, En traits libres c'est surtout un collectif de dessinateur… J'ai bon ? Kristophe Bauer : Tout à fait. Il y a 11 artistes en tout, principalement des dessinateurs de BD, des illustrateurs, des peintres, des graphistes ainsi que des personnes qui travaillent dans le film d'animation. IDDBD : L'atelier, c'est juste un espace commun de travail ou la possibilité de créer ensemble ? K.B. : Les 2 mon capitaines ! Nous ne sommes pas un collectif au sens strict du terme. Il n'y a pas de charte à signer ou de manifeste artistique à respecter. Chacun vient travailler sur sa production à l'atelier quand bon lui semble. Mais dans le même temps ils nous arrivent de développer des projets à plusieurs, voir avec l'intégralité des membres. Principalement au travers du fanzine de l'atelier EN TRAITS LIBRES où l'on retrouve des boulots de chacun, mais aussi durant des manifestations à l'extérieur. On a notamment été contacté pour réaliser des décors de pièces de théâtre ou de festival, des fresques murales ou des ateliers graphiques ouverts à tout public.
Publication du fanzine En traits libres
Publication du 6e fanzine En traits libres
IDDBD : En traits libres, ça sonne comme un appel à l'échange avec le public. C'est important pour vous ce rapport aux personnes qui découvrent votre travail ? K.B. : Oui c'est très important. Notre atelier est installé dans le vieux centre-ville de Montpellier, dans une zone piétonne. Notre espace de travail donne directement sur la rue, comme une boutique. C'est à la fois notre atelier, notre galerie et notre lieu de vente. Le passage des gens est donc inévitable et souhaité, même si cela peut tomber au moment où l'on finit une case importante ! L'échange avec le public est très enrichissant. C'est ce qui participe aussi au sentiment de se sentir comme un véritable acteur culturel local et international (car nous avons aussi beaucoup de visiteurs étrangers, surtout depuis l'article dans le New York Times !).
en_traits_libres_facade
La façade de l'Atelier. Image tirée du blog Lamobile Tour, accueillie par l'atelier en 2010 (http://labomobiletour.blogspot.fr/)
Dans la série des questions qu'on doit te poser 6 fois par jour, tu ne vas pas échapper à celle sur Mattt Konture. Au niveau national – même international - c'est un monument de la bande dessinée, quelle est sa place au sein du collectif ? Un exemple, un "guide spirituel", un artiste de plus… K.B. : Mattt est surtout un être humain d'une énorme gentillesse et d'une grande humilité. Vu sa notoriété et le public qu'il draine, il aurait de quoi se la « jouer » mais pas du tout. Il vient à l'atelier et passe des heures à noircir ses planches avec ses plumes dans un état de concentration intense ! Toujours en train de travailler, toujours un livre en préparation ou une affiche pour un festival ou une association. Un vrai bosseur. En ce sens, il est un exemple pour tout le monde. La clé d'une passion, c'est le travail. Et c'est ce que permet l'atelier. Les activités liées au dessin sont souvent solitaires et parfois compliquées si elles se déroulent dans son chez-soi. En allant à l'atelier, en se déplaçant, on se met dans de bonnes conditions de travail et au moment des pauses on peut discuter avec un collègue qui partage souvent les mêmes problèmes. C'est parfait ! IDDBD : Tiens justement, tu en as pensé quoi toi du film de Francis Vadillo ? (ça t'apprendra à faire des commentaires, tiens !) 😉 Représentative du personnage ?

K.B. : Francis est vrai passionné de BD et il passe souvent à l'atelier. Il connait bien son sujet. Je trouve son film vraiment remarquable dans ce qu'il donne enfin à voir un artiste au travail (chose assez rare dans les interviews liées à la BD, on en reste souvent aux critères biographiques) ainsi que son univers avec toutes les ramifications possibles (musicales, critiques...). Francis en profite aussi pour faire un état des lieux de la BD avec l'émergence, il y a 20 ans, de l'Association qu'a créé Mattt avec ses comparses et qui a pas mal changé le paysage éditorial. Au final l'aspect protéiforme du film convient bien au style graphique de Mattt, qui peut apparaître au départ minimaliste, mais que je trouve au contraire très foisonnant. On cite souvent Crumb à propos de Mattt, ce que je trouve un peu paresseux au niveau du travail critique, alors que j'ai toujours pensé qu'il y avait plus d'affinités avec le style de Moebius, notamment dans sa période des modelés faits à la plume. On peut trouver cette comparaison déraisonnable, voir incongrue, mais j'en ai discuté un jour avec lui et il me l'a confirmé.

Konture_art
extrait du film de Francis Vadillo
IDDBD : La structure "En traits libres" est devenue une association, comment voyez-vous l'évolution de votre action au cours de ces prochaines années ? K.B. : Notre passage au statut associatif participe de notre volonté de nous présenter de plus en plus comme un acteur culturel important. Nous avons, en février dernier, organisé un festival de la Micro-Edition sur un week-end avec l'éditeur 6 Pieds sous terre et la Mairie de Montpellier. Ce fut un vrai succès, notamment grâce aux nombreux ateliers artistiques que nous avons proposés et qui étaient ouverts à tous les publics. 3 générations différentes se retrouvaient pour mettre la main à la pâte et faire des sérigraphies, des fanzines ou des Clopeints. Nous espérons pouvoir réitérer cet événement l'année prochaine et le pérenniser. Nous sommes aussi invités depuis 2 ans comme reporter BD sur la Comédie du Livre, un grand salon sur la littérature à Montpellier. Voilà le genre d'aventures artistiques que nous espérons multiplier à l'avenir.
en_traits_libres_festival
Le "Micro-festival" organisé en collaboration avec 6 pieds sous terre
IDDBD : J'en profite pour te poser quelques questions sur Les Sentinelles de l'Imaginaire... Jan Jouvert avait fait un mauvais rêve cette nuit-là ? K.B. : Et bien en fait c'est moi qui avait fait ce mauvais rêve ! Toutes les idées concernant cette société future et son caractère dystopique, le casque neuronal, la lutte entre République Résistance et la C.E.C, les 2 amis d'enfance devenus des créatures fantastiques, sommeillaient en moi depuis une dizaine d'années. Après mon passage à l'hebdomadaire le Patriote en tant que cartooniste, j'avais très envie de retourner à la BD avec une série de science-fiction. J'ai alors demandé à Jan de m'aider au niveau du scénario et surtout de la narration pour démarrer la série. Jan est écrivain, plutôt du genre polar avec une écriture très directe qui donne vraiment envie de tourner les pages (Eau et Gaz, 1999, Déménage, 2012) et on se connait depuis 20 ans (nous avons fait de la musique ensemble pendant très longtemps). C'était donc le partenaire idéal. Dès lors que je crois qu'effectivement il y a aussi quelques cauchemars qui appartiennent à Jan dans toute cette série ! Autant au niveau visuel, je suis plutôt seul responsable de ce que l'on trouve, autant l'histoire s'écrit maintenant à 4 mains en permanence. IDDBD : Plus sérieusement, vous vouliez faire un comics à la française ou ce genre est tout naturellement votre style de prédilection ? K.B. : Les sentinelles de l'imaginaire sont certes influencées par les comics au niveau de la pagination, du format et parfois dans une certaine manière de s'adresser directement au lecteur durant l'action. Mais pour moi au niveau du style et des thèmes, je me sens plus proche de tout ce que l'on trouvait dans Métal Hurlant ou carrément Valérian et Laureline, qui reste une référence absolue pour moi en matière de science-fiction. Enfin l'art du feuilleton je l'aime autant chez l'américain Milton Caniff (qui faisait des strips d'aventure) que chez le romancier français Gustave le Rouge avec le Mystérieux Docteur Cornélius. Nous tentons, avec Jan, de faire une synthèse de tout ça tout en parlant des enjeux scientifiques d'aujourd'hui qui annoncent le futur (physique quantique, nanotechnologies...etc). Cette série fait aussi partie d'un ensemble chronologique plus vaste qui s'étend sur 3000 ans d'histoire et qui fera l'objet d'autres livres, nouvelles, romans, enregistrements. Sur le blog dédié aux sentinelles, nous développons une série d'articles qui s'appellent les documents interdits et qui développent tous ces aspects. IDDBD Alors, moi j'ai lu le tome 4, le volume 5 est prévu pour… ? K.B. : Dès que j'ai terminé cette interview, je m'y colle ! J'espère que l'épisode 5 sortira début 2014 ! Le découpage est terminé, il n'y a plus qu'a s'y mettre. Certains membres de République Résistance ont été laissés dans une situation critique et vont découvrir un terrible secret dans les entrailles de Townsville, quant à l'infâme Cyprus Edwards, le dictateur casqué, après la destruction du réseau des Distracteurs, il va contre-attaquer avec une invention radicale !
Première page du tome 4 (déjà paru)
Première page du tome 4 (déjà paru)
IDDBD : D'autres projets personnels en cours ? K.B. : Et bien oui ! Une nouvelle série Hunter & Associés une série contemporaine d'aventures et d'espionnage, très politique, avec un héros à la caractéristique physique très étonnante. Pour la première fois aussi dans les éditions du voyeur, la série sera publiée en couleurs. Les quelques dessins publiés sur le blog et les infos distillées ont suscité beaucoup d'enthousiasme de la part du public. Il me tarde vraiment que le premier épisode sorte. Collectivement, l'atelier En Traits Libres sera à la galerie St Ravy à Montpellier du 29 novembre au 15 décembre pour une exposition work in progress qui promet d'être très proche d'un happening !
en_traits_libres-destruction_kentucky
Couv' du vol.3 de Destruction Kentucky par Gaëtan Lüpcke
IDDBD : Allez la question rituelle de fin, as-tu un petit, voire plusieurs conseils de lecture ? K.B. : Si tu le permets, je vais en profiter pour faire la promo de mes camarades qui ont quelques pépites dans leur carton. Gaëtan Lüpke vient de sortir l'épisode 4 de sa série comico-délirante Destruction Kentucky (écrire à l'atelier qui fera suivre!) et Guillaume Penchinat sort Ahlam  aux éditions le Potager Moderne fin novembre. Guillaume est mon voisin à l'atelier, j'ai vu toute la BD se réaliser sous mes yeux et ça m'a beaucoup impressionné. Une sorte de récit initiaque entre descente aux enfers et poésie débridée. IDDBD : Merci pour toutes ces réponses passionnantes ! K.B. : Merci à toi pour tes encouragements et ce blog précieux et indispensable ! Donc vous l'aurez compris, si vous passez un jour dans le centre-ville de Montpellier, entrez dans l'atelier En Traits Libres. Nous, on aime cet esprit d'échange ! Et même si le New York Times est passé avant nous (raaah les chiens !) nous sommes très heureux d'avoir pu proposer ce petit focus et très indirectement soutenir leur action. Bon vent à tous les membres du collectif ! A voir : le site et la page Facebook d'En Traits Libres