Chronique | Une histoire d’hommes (Zep)

unehistoiredhommes_bandeau Il y a 16 ans, Yvan, JB, Franck et Sandro formaient les Tricky Fingers, un groupe de rock qui commençait à avoir du succès. Mais un soir, dans les studios de la BBC à Londres, le destin changea leur histoire. Sandro devint une megastar... pas les autres. Des années plus tard, les 4 hommes se retrouvent dans le manoir de ce dernier. De quoi parler du passé, de musique, de cicatrices et de secrets inavoués. Je suis bien embêté pour rédiger cette chronique. A ma première lecture, j'avais mon opinion bien arrêtée. Je savais où j'allais. Mais voilà, sans lire sa chronique, les deux pouces en l'air de Mo' m'ont titillé le cervelet. Si nos mauvaises fois légendaires se sont souvent affrontés, je me suis tout de même poser des questions. Alors, j'ai relu ce livre avant de rédiger cette chronique et mon avis s'est un peu modifié. Contrairement à beaucoup qui ne voient dans Zep que le papa de Titeuf, j'apprécie son travail et ne me limite pas qu'à son seul héros médiatique. D'ailleurs, je l'aime bien moi, ce petit monstre à mèche jaune ! A ma relecture, je dois bien l'avouer : Une histoire d'hommes est un bon livre. Le déroulement du récit est agréable et fluide. Les dialogues sont dynamiques, animés, drôles quand nécessaire, émouvants au besoin. Les rapports, passés et présents, entre les personnages sont bien tissés et clairement établis. Leurs places respectives sont plutôt claires, parfois même un peu trop. Zep maîtrise son récit du début à la fin et nous offre une histoire d'amitié teintée de nostalgie. Côté graphisme, c'est une vraie-fausse surprise. Effectivement, le dessin ne répond pas aux canons habituels de l'auteur. Nous sommes plus proches d'un JC Denis à l'héritage ligne claire assumé qu'un graphisme à la Tchô, patte personnelle de Zep qu'il utilisait même dans ses œuvres pour adultes plus récentes. C'est un peu surprenant de sa part mais avec ce travail, il prouve toute l'étendue de sa palette. Bref, d'un point de vue de la qualité de l’œuvre, Une histoire d'hommes se situe dans la droite ligne du récit de vie noir et blanc que l'on connaît depuis maintenant pas mal d'années. unehistoiredhommes2 Et c'est justement ce qui me chiffonne le plus dans ce travail. Cet album n'est ni original, ni nouveau. La seule véritable originalité est un approche « roman graphique » d'un auteur habitué à faire du « gros nez ». Désolé, mais si j'ai une mémoire de poisson rouge sur beaucoup de choses, ce n'est absolument pas le cas pour mes lectures. Et il y a plus de 10 ans, je lisais avec bonheur Week-end avec préméditation de Wazem et Tirabosco (2002) ou encore Quelques jours avec un menteur d'Etienne Davodeau (1997). Ces auteurs nous proposaient alors des histoires d'hommes fragiles, en huis-clos noir et blanc, avec des secrets, des interprétations, des rebondissements et des personnages émouvants. Si ça vous rappelle quelque chose, faites-moi signe. Certes, il est possible de juger cette œuvre à sa simple lecture. De ce côté-là, je vous l'ai dit, cette BD est réussie. Mais si on se place dans un point de vue plus large, on peut se poser la question de l'intérêt de cette œuvre. Après tout, Zep est considéré par ses pairs comme un auteur important. Il a été Président du festival d'Angoulême tout de même ! Et il prend également un virage. Mais pour un passage au « roman graphique », on pouvait s'attendre quelque chose de beaucoup plus... fort ? Différent ? Je n'ai pas le mot et certainement pas le talent de Zep pour trouver cette petite étincelle qu'il nous a si souvent habitué à produire (Titeuf, Le guide du Zizi sexuel, Happy Sex...) unehistoiredhommes3 Si je voulais être un peu dur, je pourrais comparer ce changement aux acteurs comiques se mettant aux monologues dramatiques en théâtre. Sans renier leur talent, on a parfois l'impression qu'ils recherchent une certaine légitimité, une forme d'adoubement de la classe pensante de leur art. Histoire qu'on arrête de les prendre pour des guignols. Pourtant, je ne trouve jamais Zep aussi bon que quand il ne se prend pas au sérieux, jamais aussi émouvant que quand il sait se moquer de lui-même ou de ce qu'il voit. Pour preuve, Découpé en tranches qui me semblent contenir tout ce qu'il fait de mieux et qui reste pour moi son meilleur album. D'ailleurs, dans les dialogues d'Une Histoire d'hommes, les traits d'humour font mouche et son personnage de Franck, batteur bourrin à l'auto-dérision affirmé est – malgré certaines traits caricaturaux (mais c'est le cas de tous les personnages dans ce récit) - l'un des plus réussi. Suis-je un lecteur aigri comme m'avait si bien dit un gentil un gentil troll dans ma chronique de 3 secondes ? Peut-être. Mais j'attends d'une lecture qu'elle me retourne un peu, qu'elle me transporte. Là, j'ai vu un bel exercice de style, une histoire bien racontée mais pas plus. Du coup, cet album est donc à la fois une lecture plutôt agréable mais également une source de frustration. Malgré mes remarques, Une histoire d'hommes est un livre réussi et assez fin sur les relations d'amitié. Cependant, on pouvait s'attendre à une vraie claque de la part d'un auteur de la classe de Zep. Nous avons seulement le livre phare d'un nouvel éditeur. Bon... Je remercie Decitre pour la découverte de cet album. N'hésitez pas à consulter la fiche auteur et la fiche album. A lire : les chroniques de Mo' et de Ginie sur B&O
unehistoiredhommes_couvUne histoire d'hommes (one-shot) Scénario et dessins : Zep Editeurs : Rue de Sèvres, 2013 (18€) Public : Adultes Pour les bibliothécaires : bon, c'est Zep quoi ! Peut-être un outil intéressant pour faire passer les amateurs de BD classique à une BD un peu plus exigeante.
 

CaseDoc | Matt Konture, l’éthique du souterrain (Francis Vadillo)

konture Lozere A travers des interviews de ses proches amis, de ses relations professionnelles, de spécialistes et bien sûr de Mattt Konture lui-même, Francis Dadillo tente de dresser le portrait d'un des artistes les plus singuliers de sa génération.

Avant propos : CaseDoc, c'est quoi ?

Comme vous l'avez remarqué depuis quelques mois, IDDBD ne parle plus uniquement de bande dessinée mais aussi de cinéma, de cinéma documentaire pour être précis (avec une parenthèse animation cet été). Or, je constate que de nombreux films ont été réalisé sur ou autour de la bande dessinée. Afin de lier l'utile à l'agréable, je vous propose donc CaseDoc, des séries de chroniques autour de ces documentaires consacrés au 9e art. J'ai le bonheur de vous proposer Mattt Konture pour ce premier billet. Tout simplement l'un des membres fondateurs de la mythique Association.

Mattt Konture : l'Artiste

Qui de tête pourrait me donner les 7 membres fondateurs de l'Association sans aller faire un tour sur Wikipedia ? Essayons ensemble : David B,  Jean-Christophe Menu, Lewis Trondheim... Euh... ça devient plus dur ensuite... Normal, ces trois là sont les plus médiatiques. Je suis persuadé que beaucoup d'entre nous pourraient ajouté Joann Sfar en se mettant profondément le doigt dans l’œil. Pourtant, ils étaient bien 7... et pas des moindre : Patrice Killofer, Stanislas, Mokeit et Mattt Konture. Mais pourquoi parler de ce dernier ? Après tout, n'est-il pas plus intéressant de faire une chronique de la vie du protestataire Jean-Christophe Menu, par exemple ? Pourquoi faire le portrait d'un auteur qui a passé la majorité de son temps à parler de lui-même dans ses œuvres ? N'est-ce pas suffisant pour le comprendre ? Quel est l'intérêt de ce film en fait ? Konture_art Les premières minutes sont révélatrice et résume assez bien l'esprit général du propos développé par le réalisateur. L'artiste est seul au milieu de la Lozère de son enfance. Il est là avec son crayon, retranscrivant graphiquement ces quelques instants, se dessinant gentiment au milieu de ce grand espace. Son dessin est reconnaissable, joyeusement sombre. Il parle avec sérennité. On sent un peu de timidité et pourtant, il se livre avec une véritable volonté de partage. A cet instant, et ce sera le cas tout le long du film, ni la plume ni la voix de Mattt Konture ne mentent. Rare sont les artistes qui font corps avec leur art. Mattt Konture est de ceux-là. Dans son petit appart', dans sa manière d'être, dans sa manière de se vêtir, de parler, il  ne se différencie pas de son œuvre. Il est ce qu'il fait... jusqu'au bout de ses incroyables cheveux (seul partie du corps où l'on peut se permettre d'être créatif dixit l’intéressé). Il suffit de voir cette scène incroyable où il peint avec ses propres cheveux dans un petit festival de musique alternative en pleine campagne pour être convaincu du propos. Moment de folie ou d'extase artistique ?

Portrait d'un auteur libre

A travers le témoignage de ses amis et surtout de cette très belle scène - sorte de fil rouge du film - où Patrice Killofer tente (et réussi) de dessiner son camarade, on perçoit véritablement toute l'importance de ce personnage dans le monde de la bande dessinée contemporaine. Certes, comme je le disais plus haut Mattt Konture n'est pas le plus médiatique, certes il ne vend pas 100 000 albums, certes il n'a pas l'honneur des sunlights. Mais il est le créateur d'une œuvre toute particulière qui l'a conduit très tôt à se mettre lui-même en scène et par le fil du destin à évoquer sa maladie, la sclérose en plaque. D'une manière frontale, il l'évoque sans mensonge ni pathos avec toujours ce lien fort unissant travail et être profond. Par ce mouvement autobiographique, il a marqué directement ou indirectement le monde de la bande dessinée et particulièrement des auteurs de l'Association. Si l'on peut discuter de la naissance de l'autobiographie BD en France, une chose est certaine : elle doit beaucoup à Mattt Konture. konture-sclerose Mais, tout cela semble le dépasser un peu ou du moins n'en fait-il pas une montagne. On le voit, 20 ans après la création de l'Association alors que de nombreux petits camarades sont allées vers les cieux plus chauds de la BD mainstream, continuer de travailler dans le milieu underground. Fils spirituel et indirect d'un Robert Crumb, il fait ses fanzines, de la musique, se déplace dans les petits festivals, travaille avec des jeunes et les aide à porter leurs projets. On pense par exemple au collectif En Traits Libre dont Kristophe Bauer, dessinateur de Sentinelles de l'Imaginaire fait partie. Sous les yeux du spectateur, Mattt Konture apparaît comme un géant. Mais l'important n'est pas là. L'important est de continuer... toujours...

Comme une absence

Au-delà de l'artiste en lui-même, le film de Francis Vadillo montre en filigrane cette rupture qui s'est créée depuis quelques années dans le milieu de la BD. Alors qu'on s'évertue souvent à parler de la bande dessinée comme d'un média unitaire, on comprend rapidement toutes les dissensions au sein des différents mouvements qui l'animent. Après tout, la BD est maintenant considéré comme un art à part entière - enfin la plupart des gens le reconnaisse aujourd'hui - pourquoi serait-il différent des autres ? Qu'est-ce qu'il le rendrait différent ? konture-musique Ce qui frappe dans ce film c'est justement l'absence des grandes figures historiques et ancien partenaires de l'auteur Mattt Konture. Vous ne verrez jamais Trondheim ou David B., ni même des auteurs apparentés comme Sfar qui a pourtant connu des moments de gloire avec ses fameux carnets (tiens de l'autobiographie justement). En revanche, on verra Jean-Christophe Menu et sa parole toujours très marquée. Le film se déroule au moment des 20 ans de l'Association et justement ces absences font un peu mal et témoignent très indirectement des évolutions de la BD depuis 20 ans. Quelques mois plus tard, c'est la crise chez l'éditeur historique de la BD alternative... Finalement, Mattt Konture semble être un catalyseur d'une forme qui reste et restera très expérimentale et rejette toute facilité, une sorte de bohème du 9e art. Sur IDDBD, on a une tendresse particulière pour les Artistes. A travers son parcours, on ressent les évolutions de la bande dessinée underground (bien plus qu'alternative) depuis les années 80. Bref, ce film propose un point de vue intéressant pour les amateurs de 9e art. Les profanes seront peut-être un peu perdus dans les méandres de ce portrait singulier. Je regrette juste une forme cinématographique parfois un peu sage, j'aurais aimé quelques surprises à la hauteur du personnage principal. Mais après tout, c'est un format télévision. Faudrait pas trop faire peur au spectateur non plus ! Malgré cela, j'insiste sur la qualité du documentaire et sur le beau regard posé par Francis Vadillo sur cet artiste attachant. Petit post-scriptum à ma chronique : comme je vous l'expliquais, Kristophe Bauer travaille avec Mattt Konture dans En Traits Libres. Juste pour vous signaler la sortie d'un nouveau numéro Des Sentinelles de l'Imaginaire (nos premières chroniques ici). Je m'excuse car j'ai reçu le n°4 il y a déjà quelques mois et je n'ai pas pris le temps de faire un billet. En revanche je l'ai lu et ça s'améliore encore ! Bravo à eux et bonne continuation ! A voir : l'allèchant coffret Film + Comixture sur le site de l'Association Les premières minutes du film Mattt Konture - L'éthique du souterrain from Pages et Images on Vimeo.
konture-couvMattt Konture : l'éthique du souterrain un film de Francis Vadillo Production : Pages & Images / France Telévision 64mn, 2010
 

Chronique | Machine Gum (John Martz)

machine_gum3 Un petit robot traine au milieu d'une planche, il est seul. Devant lui, il y a un dessinateur un peu fou qui va lui faire vivre un tas d'expériences farfelues. Bref, Machine Gum est un livre à part. Pas tout à fait un comics strip, pas tout à fait un recueil de dessin c'est... Machine Gum quoi ! Quand j'ai reçu par la poste ce petit livre vert avec le tampon La Pastèque, j'ai été intrigué : format poche, pas de textes, bichromie et une sorte d'empilage de formes géométriques pourvu de 4 membres comme personnage principal. Je ne sais plus quand j'ai lu ce livre, ni où, mais je me souviens très bien de mes impressions de lecture. Au début, j'étais vaguement intéressé. Le petit robot marche avec un walkman sur les oreilles et tombent ensuite dans un trou... d'accord... Ok... J'espère que ça va évoluer parce que bon... J'ai autre chose à lire là. Quelques pages plus loin, le robot est juste un point noir, se tranforme en point noir entouré d'un cercle, puis un cercle avec des bras et des jambes, tout cela jusqu'à reprendre sa forme normale. Le robot avait grandi sous mes yeux en 6 petites cases. Je trouvais cela simple mais très juste, sans fausses notes. La magie commençait. Ma lecture continua, je ne vais pas vous en faire un résumé, mais peu à peu j'étais entrainé dans un univers un peu fou où ce petit robot devient un sujet de pure expérience pour son dessinateur. J'étais, pas vraiment conquis, mais fasciné par cette suite de saynètes joyeusement dérangés, drôles et sans véritables fils conducteurs et surtout, par le plaisir visible de l'auteur. Un vrai jeu graphique.
machine_gum2
Je crois qu'on appelle ça déconstruire le personnage

John Martz, auteur de bande dessinée et surtout illustrateur pour le Globe and Mail, un grand journal canadien anglophone de Toronto, propose donc un petit OVNI avec ce Machine Gum sorti dont ne sait où. Du canada encore. Comme le souligne Mitchull dans sa chronique d'Alex de Kalesniko (spéciale dédicace à Mo'), ce pays nous propose depuis plusieurs années des auteurs particulièrement intéressants. Je vous laisse le lire, il écrit beaucoup mieux que moi à ce sujet.
machine_gum4
C'était l'histoire de l'illustrateur fou

Pour en revenir à Machine Gum, John Martz nous propose surtout un exercice de style sympathique et audacieux qui joue avec les codes de la bande dessinée sans se prendre au sérieux. On sent la maîtrise du genre, du style, du dessin mais ici, pas l'ombre d'une Oubapo, juste le plaisir de faire, de jouer comme un gosse avec un personnage de papier. Il n'y a aucune contrainte dans son travail, il peut passer d'une planche à une autre d'une case unique à des strips de 2, 3, 4, 6 cases ou même complètement déborder ces dernières. Ce travail fait juste plaisir à voir même si ce genre de livre a besoin de plusieurs lectures - ou disons parcours de lecture - pour être pleinement apprécié. Mais heureusement, cela se lit très vite et il est facile d'en picorer des petits moments à vos heures perdues. Évidemment, ce titre ne va pas révolutionner la bande dessinée mais il vous permettra de passer un moment qui vous flattera l’œil en même temps que le cerveau sensible, celui qui oublie un peu la raison. Et de nos jours, ça ne peut pas faire de mal.

Pour finir, au même titre que la collection de flip-book des éditions FLBLB, Machine Gum est aussi un livre parfait pour faire découvrir une forme différente de BD aux plus jeunes. Le message est simple, drôle et en plus, le robot est plutôt attachant. En tout cas, mes filles ont adoré.
Un petit ex-libris de Michel Rabagliati pour fêter ça !
Un petit ex-libris de Michel Rabagliati pour fêter les 15 ans de l'édteur
Je profite de cette première chronique de la saison pour souhaiter un très bon anniversaire aux éditions La Pastèque. 15 ans que l'éditeur québecois nous fait découvrir la crême de la BD canadienne ! Je prends toujours un certain plaisir à découvrir leurs livres, non seulement parce qu'ils ont bon goût mais qu'en plus ils ont le souci du travail d'éditeur bien fait. Beau dedans, beau dehors. Chapeau bas à ces messieurs-dames et à dans 15 ans ! A découvrir : la fiche auteur sur le site de La Pastèque (profitez-en pour regarder leur catalogue, je ne dis pas QUE des bétises !) A voir : la partie du site de Johan Martz consacré à Machine Gum machine_gumMachine Gum (one-shot) Scénario et dessins : John Martz (Canada) Editions : La Pastèque, 2013 Public : Tout public Pour les bibliothécaires : Un bon petit livre, pas simple à faire sortir. Moi, je dis oui mais avec un budget correct et un public "ouvert"

Blog | IDDBD saison 8 !

pilules-650x300 Les éditions Atrabile annoncent une réédition de Pilules Bleues avec un épilogue inédit et IDDBD referme sa parenthèse estivale. Ne cherchez pas de liens, il n’y en a pas. C’est une information qui me fait plaisir car j’attache beaucoup d’importance à ce livre. Quand j’ai lu Pilules Bleues pour la première fois, je n’avais pas encore écrit une seule chronique sur IDDBD mais je rentrais réellement dans le monde de la bande dessinée alternative. C’était il y a 9 ans. Quelques semaines plus tard, je rejoignais Mike dans son aventure. Nous reprenons aujourd’hui nos activités habituelles, refermons la parenthèse du cinéma d’animation tandis qu’Hayao Miyazaki a annoncé sa retraite hier. Toujours pas de liens entre ces deux informations. On s’aperçoit juste que le temps passe. Justement, parlons de la saison dernière. Je dois bien avouer que la tentation de tout fermer et de laisser aux autres le droit de ramener leur fraise sur le petit monde de la BD m'a traversé le cervelet. La question s'est de nouveau posé cet été au moment de renouveler le nom de domaine et l'hébergement du blog. Au bout du compte, même si c'est parfois fatiguant, même si on rêve de blogo-retraites (ne cherchez pas je crois que je viens d'inventer ce terme), bref si notre désir secret et parfois de rédiger l'ultime billet du blog, on ne peut pas vraiment s'en passer. C'est comme ça. Au bout de 8 ans, on arrive à ce constat implacable : vous allez encore devoir supporter la mauvaise foi légendaire d'IDDBD pour une huitième saison. Alors cette 8e saison ? Tout d’abord, je vais continuer dans la ligne éditoriale de ces derniers mois avec, pourquoi encore de nouvelles évolutions. J’aime l’idée de varier mes sujets de billets qui sont autant d’exercices de style me permettant de prendre un vrai plaisir dans l’écriture. Après, je n'ai pas vraiment d'idées... Cela promet des surprises comme vous comme pour moi ! Vive les incertitudes ! Ensuite, j'avais promis à mes potos du très fameux KBD de revenir une fois le ménage fait... Bon et bien je crois que le moment est venu de repartir à leur côté vers de nouvelles aventures, de papoter avec les nouveaux venus (même s'ils sont moins nouveaux que moi) et surtout de reprendre quelques rédactions de synthèses, bref de remonter dans le train en marche. Pour finir, parlons bibliothèque. Je suis en train de conclure la formation manga destinée aux bibliothécaires débutants dans ce domaine Je ne sais pas encore ce que ça vaut (test prévu le 26 septembre) mais j'espère pouvoir dès que possible mettre en ligne quelques supports de cours et les explications qui vont avec. Voilà pour les infos du début de saison. Pour conclure : c'est la rentrée sur IDDBD !