Chronique | Mur (Simone Bitton)

mur-simone-bitton2Une méditation cinématographique sur le conflit israélo-palestinien proposée par une réalisatrice qui brouille les pistes de la haine en affirmant sa double culture juive et arabe. Le film longe le tracé de séparation qui éventre l’un des paysages les plus chargés d’histoire du monde, emprisonnant les uns et enfermant les autres (synopsis producteur). Note de début de chronique : Voilà ça commence ! Je vous avais parlé de changement, le plus éclatant étant celui-ci : IDDBD parle cinéma. Écrire sur le cinéma, c'est une première pour moi alors soyez gentil de ne pas être trop exigeant sur la forme. Nous en reparlerons quand nous serons à plusieurs centaines de chroniques. Pour l'instant, il faudra se contenter de ça. mur-simone-bittonMur est un film documentaire mais le cinéma documentaire qu'est-ce que c'est ? Un reportage comme à la télé ? Non, pas vraiment. Ici, l'approche est celle d'un cinéaste, pas celle du journaliste. Si le journaliste démontre à coup d'interview, d'images d'archives, parfois de caméra cachée pour répondre à une question centrale, le cinéma documentaire (appelé aussi Cinéma du Réel ou Documentaire de création) est un regard posé à un instant T sur une situation. Bien souvent le déroulé du film suit la réalité et le réalisateur travaille "sans filet". Il filme sans savoir ce qui se passera : la réalité s'impose et le documentariste travaille avec cette matière brute pour en faire son œuvre. Simone Bitton est franco-israélienne et revendique sa double culture juive et arabe. L'idée de ce film est venu en 2002 quand à la télévision, le ministre Israéliens de la défense a présenté ce "mur" comme une solution aux problèmes de la violence. Il serait mal venue de na pas qualifier le film de Simone Bitton d’œuvre. Elle ne n'est pas seulement contenté de poser sa caméra et d'interviewer les gens. Son film est marqué par une recherche esthétique constante. Sur des musiques alliant tradition juive et arabe, de longs plans séquences montrent ce pays magique. Mais une image, symbole du film, frappe les esprits : un village sur les collines au loin, paysage magnifique et soudain des morceaux de mur qui se posent peu à peu, envahissant progressivement l'image jusqu'à remplir l'horizon de gris. C'est à la fois très simple et bien plus compliqué qu'il n'y paraît.
Simone-Bitton
La réalisatrice Simone Bitton
Outre ses longs plan séquence, la réalisatrice offre la parole aux gens du peuple. Scène ouverte, sans questions, juste une écoute de témoignages de ceux qu'on n'entend pas assez souvent. Ce ne sont pas des politiciens, ni des militants, juste des personnes comme vous et moi : habitants de Jérusalem ou de ses environs, psychiatre dans la bande de Gaza, ouvrier arabe du chantier de construction (notons l'ironie de la situation), habitant d'un kiboutz... israeliens et palestiniens mélangés. Ces personnes vivent le murs au quotidien, sa construction et les conséquences. Certains vivent près de ce mur, les autres le construisent, certains même l'ont pensé. Mais pas de discours extrémistes, simplement un constat :  l'inutilité de cette barrière. Le puzzle que forme ces témoignages est accablant. D'un côté, celui des juifs, on ressent cette peur constante de l'instabilité qui les pousse à chercher à se défendre jusqu'à s'enfermer et enfermer l'autre. On se prête alors à penser que la peur est bien mauvaise conseillère.  De l'autre, celui des arabes, on perçoit ce sentiment d'injustice et d'incompréhension quand le mur sépare les terres cultivées des cultivateurs, quand les personnes doivent parcourir plusieurs kilomètres à pied pour aller travailler, quand les citoyens israéliens n'ont plus le droit d'entrer dans les villages arabes. Chacun est sur ses gardes, chacun regarde l'autre et le dialogue semble presque impossible. Réalité du lieu, la plupart des témoignages se font en voix off. Peur de représailles ? Finalement, le film montre toute l'absurdité d'un tel choix. Poreuse, cette barrière l'est assurément. Elle n'empêche ni la peur, ni la frustration de passer. Seul le dialogue et la rencontre se meurent, emprisonnant les uns, enfermant les autres... Et la Paix dans tout ça ? Pour rebondir : comme la BD n'est jamais très loin je vous invite à découvrir l'album Faire le mur de Maximilien Le Roy (avec une préface de... Simone Bitton). Je laisse Mo' ,  ainsi que Lunch et Badelel vous en parler avec leur brio habituel. Vous pouvez également vous pencher sur la chronique d'IDDBD de Comment comprendre Israël en 60 jours (ou moins) de Sarah Glidden La Bande annonce
Mur, un film de Simone Bitton, 2004, 1h29min Festival de Cannes: Sélection officielle Quinzaine des Réalisateurs Festival International FIDMarseille: Grand Prix Festival de Sundance: Prix spécial du Jury Festival du Nouveau Cinema de Montréal: Prix ONF du Meilleur Documentaire

11 réflexions au sujet de « Chronique | Mur (Simone Bitton) »

  1. J’ai fait une chronique de Faire le mur la semaine passée aussi. Je découvre et m’informe sur ce conflit que je ne connais pas du tout. Le constat est effarant au premier abord et je pense que je ne suis pas au bout de mes peines. Je pense aussi que la situation est trop complexe pour la comprendre avec une seule lecture. Je compte bien affiner tout ça et me forger mon opinion de la situation.

    Ce mur c’est… waouh ! Gigantesque et affligeant à la fois.
    J’ai du mal à comprendre son utilité… mais je sais que je suis pas le seul.

    1. Je n’ai qu’un seule réponse à te dire dans ce cas : regarde absolument ce film !
      C’est juste gigantesquement affligeant. Comme quoi on apprend assez peu de l’histoire car les murs de séparations n’ont jamais été efficace (Grande muraille de Chine, Mur d’Hadrien, Mur de Westeros… euh non pas celui-là)

      Sinon, je t’a ajouté dans les liens !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *