C’est triste T.1 (Fleury)

Cette nuit, j’ai rêvé que j’étais un vrai héros et que je maitrisais les malfaiteurs avec une facilité déconcertante. Je me suis réveillé, je suis Frédéric Fleury et j’ai rendez-vous à 11h à l’ANPE… (Frédéric Fleury, C'est Triste T.1) Sur un simple fond gris vert, un petit homme se tient seul, droit au milieu de la couverture. On aperçoit sous les pieds de ce bonhomme abandonnée un nom et un titre : c’est triste. Rien de plus, hormis l’envie inconsidérée de se lancer dans une analyse faussement philosophique, et forcément farfelue, de cette couverture. Rien sinon la sensation qu’en ouvrant cet album, on pourrait par le plus grand des hasards se retrouver en face d’un album original… ou d’un truc sans intérêt. A l’image de sa couverture, C’est Triste est un album d’une extrême simplicité. Une composition réduite au minimum avec des micro-histoires tenant dans un format de 2, 3 voire 4 cases maximum. Enfin des cases… des phases plutôt. Ne cherchez pas de cases au sens classique du terme, il n’y en a pas. Ainsi, Frédéric Fleury s’inscrit dans la grande tradition – à laquelle je suis sensible - du comic strip. Mais peut-on vraiment parler d’histoires ? Non, plutôt une succession de pensées d’un homme moderne face à sa réalité. Frédéric Fleury n’est pas un poète mais plutôt un doux rêveur possédant une capacité d’autodérision et surtout une vision enfantine des événements qui s’avèrent être un puissant remède contre le désenchantement et une grande force pour écrire ses histoires. Car, malgré (ou grâce à) son titre, cet album est une succession de bons mots à l’humour décalé, non pas ravageur mais prêtant à sourire et à réfléchir. Il a l’effet d’une bonne citation. Dans un premier temps, elle vous fait rire, puis vous invite à vous pencher sur vos propres petites contradictions. A travers le dessin simplissime de ces strips faisant écho au côté enfantin du propos, Frédéric Fleury mène son petit univers personnel dessiné entre souvenirs, situations et anecdotes sans pour autant le rendre nombriliste. Au contraire, son humour, parfois noir parfois léger, laisse toute part à la liberté de son lecteur. Il n’emprisonne pas. A la fin du premier volume, le second s’offre à vous avec un certain bonheur. En attendant le 3e. En conclusion, vous avez envie de lire un album léger sans avoir l’impression d’être pris pour un imbécile ? Lisez C’est Triste. C’est intelligemment simple et simplement intelligent… et drôle ! Pour finir, je ne résiste pas à cette phrase : En arrivant au lycée j’étais rappeur. MC Solaar a sorti son premier disque. Je me suis mis au rock indépendant… Oups, je viens de perdre deux lecteurs fans de MC Solaar... A voir : la fiche auteur sur le site de L'employé du moi A lire : la chronique de Benzine Magazine

2 réflexions au sujet de « C’est triste T.1 (Fleury) »

  1. caramba ! A chaque fois que je viens ici j'ai envie de lire des tas de BD.. c'est malin !

    celle -ci me tente bien.Pas sûre que ça ai du succès à la bibli par contre :/

    1. En même temps, c'est un peu le but de la manoeuvre si tu vois ce que je veux dire 😀
      Sinon, effectivement, c'est un peu particulier par un lectorat "classico-classique". C'est un album sympathique mais qui reste à mon avis, très peu grand public. On se rapproche peut-être même plus d'un recueil de pensée en fait !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *