Bimbos versus Chatons Tueurs (Mathieu)

Sans imaginer que Chouchou, son chaton, vient de commettre un meurtre, Anaïs se rend avec ses amies dans une spectaculaire foire aux chats. Quand les chats attaquent, les quatre bimbos sont prises au piège et doivent affronter la terrible Kitty C.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas Manolosanctis, il s’agit d’un site d’édition en ligne communautaire. Les jeunes auteurs proposent leurs créations, les internautes lisent et donnent leur avis. Manolosanctis a tenté quelques temps l’aventure de l’édition papier avant de revenir à une version web moins dangereuse financièrement. Ce fut bref mais efficace. Bimbos VS Chatons Tueurs est donc l’une de leur production. Cette histoire écrite et dessinée par Thomas Mathieu se situe dans la droite ligne de la série B à l’américaine. Rassurez-vous, cette filiation est volontaire et assumée. Il s’agit même d’un moteur, voire du principal intérêt, de cet album. La situation est simple : quatre bimbos (pour rester poli) enfermées avec des chats qui ne pensent qu’à les bouffer. A la fois original et déjà vu. On pense à l'épisode des fourmis rouges de McGiver, aux films types Piranha et autres dents de la mer. Bref, entre les bimbos et les chats, c’est une guerre à mort ! On se dit alors que les victimes sont toutes trouvées. Que nenni ! Pas aussi simple que ça. On se retrouve dans un épisode de Walking Dead avec l’humour en plus. Car, au milieu de ce petit jeu où même le sang semble factice, le but est bien le divertissement. A l’image de cette Kitty C., monstre issu du show-business, on joue sur le cliché et le grotesque. Et puis, entre nous, quand certains blogs BD font recette sur le chat "trop meugnons", quand on voit fleurir les fonds d’écran avec des chatons jouant avec des pelotes de laines, bref quand nous sommes envahis par ces immondes boules de poils exaspérantes de mièvreries, on prend un pied magnifique à les voir déchiqueter du boulet tout en se faisant étriper par une bimbo en string. C’est irrévérencieux au possible et c’est pour ça qu’on aime ! Graphiquement, l’auteur respecte son idée de départ en restant fidèle aux couleurs directes et au gros traits du comics de séries B. Cependant, il y a quelques belles planches, notamment celles où les personnages sont plongés dans le noir, qui sont tout à fait intéressantes. Bref, Bimbos VS Chatons tueurs est une œuvre à ne pas prendre au premier degré. Les militants SPA risquent de ne pas apprécier, les amateurs de série B et d’humour morbide et absurde devraient en revanche prendre pas mal de plaisir. Et puis, du sang, de la bimbo et du chaton… il y en a pour tous les goûts, non ? A lire : l'album sur Manolosanctis (inscription gratuite obligatoire) A découvrir : l'univers de Thomas Mathieu
Bimbos versus Chatons tueurs (one-shot) Scénario et dessins : Thomas Mathieu Éditions: Manolosanctis, 2011 (16,50€) Collection : Gomorrhe Public : adulte, amateurs de séries B Pour les bibliothécaires : sympa mais pas essentiel

14 réflexions au sujet de « Bimbos versus Chatons Tueurs (Mathieu) »

  1. à lire sur le site rapidement alors car il risque de fermer bientôt…

    Et sinon j'ai eu un chat qui m'a guérie pour un bon moment de l'amour inconditionnel du chaton!!! Depuis on ne prend que des chats adultes.

    1. J'espère pas trop vite alors, car il y a quand même de sacré pépite chez eux !
      Pour les chatons je ne sais pas, mais je vais éviter, les virtuels me cassent déjà assez les pieds comme ça 🙂

  2. Tiens, manolosanctis, parlons-en.

    Loula, puisque tu as l'air d'en savoir pas mal sur ce point, ils doivent fermer aussi leur plateforme web ? Je pensais qu'ils arrêtaient juste les albums imprimés.

    OK, leur politique éditoriale est un échec énorme vis à vis de leurs choix d'albums pour les tirages imprimés. Mais me concernant, j'ai aussi lu de bons albums… enfin surtout 1 en particulier : Yesterday, de Blot et Royer. D'ailleurs, c'était un tome 1 et je suis très très déçu du coup, parce que la suite (et fin) ne verra peut-être jamais le jour. Et ma conclusion alors ?

    1. Quand ils avaient annoncé l'arrêt de leurs publications papiers, ils avaient effectivement laissé entendre que la plateforme web pouvait également disparaître. Mais ça fait déjà quelques temps. J'avoue ne pas savoir où ils en sont. Pour l'instant ça à l'air de tourner encore.
      Sur leurs publications papiers, j'ai dû lire 3 albums dont le collectif 13m26 qui n'était pas trop mal. Ça m'a fait un penser aux Autres Gens. Mais peut-être ont-ils vu un peu grand car la qualité de leurs albums (couleurs en plus) n'a rien à envier à des collections type Bayou ou Futuropolis… Le coût de fabrication devait être fabuleux ! Mais ils ne devaient pas tout à fait avoir les mêmes réseaux de diff' que Gallimard…
      On parle des libraires en danger, mais les éditeurs qui veulent faire des belles choses morflent aussi !

    2. C'est vrai que Yesterday était particulièrement bien foutu. Je l'ai relu récemment, et je me plais à croire que les auteurs trouveront un éditeur pour prendre le relais. Ce serait vraiment dommage sinon.

      1. Bon d'accord vous deux, vous m'avez convaincu ! Je lirais Yesterday !
        Si c'est un bon album, il y a des chances de voir le deux un jour non ?
        Non ?
        Rassurez-moi !

    3. C'est très difficile pour trouver un nouvel éditeur. Les éditeurs ne sont généralement pas intéressés pour racheter les droits d'une série pour un seul tome. Et qui plus est pour les auteurs peu connus.

      Malheureusement, et même si j'attends cette conclusion avec une grande impatience, je pense qu'elle ne verra jamais le jour.

      1. Oui tu as sans doute raison (tu as l'air très au courant dis moi !). Mais dans le cas où la maison d'édition de départ a disparu – ce que je ne souhaite évidemment pas à Manolosanctis – ça se passe comment ? Hormis les droits d'auteur, y'a-t-il encore des droits d'exploitation ?

    4. J'ai envoyé un message à Jérémie Royer, le dessinateur; bon, ils ne sont pas super confiants dans la possibilité de migrer chez un nouvel éditeur (ce qui voudrait dire ressortir le premier tome, etc). En tout cas, si jamais cela arrive, ça ne se fera pas dans les prochains mois, on comptera ça plutôt en années…

  3. Oh que oui les éditeurs morflent aussi !

    Je ne le sais que trop bien et j'en parle dès que je peux sur mon site.

    Pour manolosanctis, j'ai pas encore le mot de la fin. Mais l'ont-ils, eux ? Rien sur leur site… Réponse plus tard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *