Chronique | Murena

Scénario de  Jean Dufaux Dessin de Philippe Delaby Editions Dargaud Série en cours (8 publiés à ce jour) Public : ado-adultes
Ma (pauvre) culture latine a évidemment débuté par le très classique cursus... des aventures d'Asterix le Gaulois ! Outre les très nombreuses citations latines, notamment énoncées par le second du bateau pirate, j'ai pu ainsi en apprendre un peu plus sur la vie du premier César (certes, à quelques approximations près...). Bon, j'ai encore un peu patiné avec Alix et son Jules (mais non, je ne parle pas d'Enak...). Mais il restait onze autres César à découvrir, comme me le disait encore récemment Suétone ! Bien entendu, j'aurai pu vous parler d'Auguste, de Tibère ou, mieux, de Caligula, mais bon... enfin bref... J'ai choisi de passer directement à Claude et, surtout, Néron avec la superbe série de Dufaux et Delaby. Lucius Murena, qui a donné son nom à la série, est un  jeune patricien romain que la proximité du pouvoir impérial va mener du Mont Palatin aux bouges des rives du Tibre. Cette descente aux enfers est donc  l'occasion pour nous de découvrir la Rome des règnes de Claude et de Néron. Et il faut bien reconnaître (à ma grande honte) que j'en ai plus appris au cours des huits tomes de Murena que sur les bancs de l'école ! D'autant que les auteurs ont eu l'excellente idée d'ajouter, à la fin des albums, quelques notes fort instructives qui éclairent les citations, événements et situations de l'intrigue. Mais je rassure les indécrottables cancres (auxquels je m'associe avec jubilation), Murena n'est pas qu'une longue leçon d'histoire latine. C'est surtout une suite d'aventures palpitantes. Alors je sais bien que je vous l'ai déjà vendu le truc des rebondissements, des coups de théâtre, et tout le toutim... Au cas particulier, pour une fois, vous ne serez pas déçus ! Personnellement, j'ai englouti les huits tomes de Murena à la vitesse d'un char lancé au galop autour de l'arène ! Il est vrai que la Rome antique reste certainement la capitale historique et internationnale des violents coups tordus, de la corruption généralisée au plus haut niveau de l'Etat, des cruelles intrigues, j'en passe et des meilleures. Autant dire que pour un scénariste de BD, c'est de l'or en barre (seule notre vieille Vème République pourrait rivaliser dans ce domaine...). D'ailleurs Dufaux ne s'est pas privé de saisir toutes les opportunités que lui offrait ce cadre ! Quant à Delaby, son superbe dessin sait mettre en valeur toute la beauté et la majesté de Rome, sans oublier les aspects moins nobles des coulisses impériales... L'ensemble donne une série à mon sens incontournable pour tous les bédéphiles avertis, qu'ils soient amoureux de la culture classique ou fans de péplums hollywoodiens (ou les deux !)... A lire : l'excellente chronique ("y a pas photo !" comme le dirait le Professeur Sintès...) du site http://cewcalo.over-blog.com/article-bd-murena-43732125.html A voir : un résumé de la conférence "Néron en BD" à la Sorbonne A découvrir : la bibliographie "BD" sur le thème "Au temps de Rome et de l'Empire romain" proposée par le site BD-Thèque

2 réflexions au sujet de « Chronique | Murena »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *