Extra (Théâtre) | J’ai quelques choses à vous dire

fabienne-sonnelite-jaiqqchoseavousdireThéâtre, Seule en scène, avec Fabienne Sonnelite Mises en scènes de Rémy Aubert Textes de Mireille Maidon Production Les Ateliers des Arts Scéniques La Bonneville-sur-Iton, Salle Jean Le Boeuf (à côté d'Evreux)

Liberté de parole

Une fois n’est pas coutume nous ne parlerons pas BD aujourd’hui mais théâtre. Pourquoi ?  Parce qu’un soir de filage, on m’a demandé : « Bon David, dis-moi ce que tu en penses. Comme si tu écrivais une de tes chroniques BD ». Le problème c’est que mes chroniques BD, je les écris rarement dans le feu de l’action, j’ai besoin de décanter les choses. Alors j’ai bien dit deux/trois choses mais… je n’étais pas très satisfait. Mais le défi est resté… Et pourquoi pas une chronique de théâtre pour une fois ? Après tout, ce spectacle j’ai le privilège de vivre ça de suffisamment près pour en comprendre la démarche, pour voir le travail et toute la réflexion qu’il y a derrière. Mais j’ai aussi la chance de voir ça avec le recul du spectateur, sans la pression de l’acteur ou l’angoisse de l’auteur. Bref, une position de choix. Et ce théâtre, ce n’est pas n’importe lequel.  Non, je vous arrête tout de suite, ce n’est pas du classique où alexandrins s’amoncellent en drames et encore moins du boulevard populo où portes qui claquent succèdent aux rires gras. En plus l’actrice est seule en scène. Quoi ? C’est du one-woman-show ?? Euh… non plus. Enfin, plus maintenant ! Si Fabienne Sonnelite a trois spectacles d’humour derrière elle, J’ai Quelques choses à vous dire n’est pas drôle. Enfin si, aussi mais pas que…. Décidemment ce n’est pas simple ton truc, Fabienne ! Pour tout vous avouer (presque tout), ce spectacle est la prise de conscience d’une actrice qui s’est dit un jour que l’humour n’était pas complètement fait pour elle et qu’à son tour, elle pouvait égratigner les esprits à coup de vérités vraies et de sourires jaunes, à coup de mots bien pesés et de personnages bien trempés.  Et Fabienne réussi le tour de force de changer. Elle vous invite à entrer dans son jeu, à participer à l’aventure, à vous mettre face à ce miroir qui ne réfléchit pas que du beau. Surtout pas que du beau. Comme un dessinateur, elle créé une atmosphère, peint des personnages et les petites phrases assassines écrites par son auteur Mireille Maidon finissent le travail commencé. Ici comme en BD, il n’y a pas de réussite sans osmose entre les deux éléments de l’œuvre. Le seul vrai souci de ce spectacle en fait c’est qu’on y est bien. Les scénettes vous font pénétrer dans un univers différent et c’est assez frustrant d’en ressortir régulièrement. C’est un peu comme lorsque je lis un recueil de nouvelles (en BD ou ailleurs), on s’installe, on y est, on est là et paf ! C’est déjà fini ! On a envie de continuer l’aventure avec plusieurs de ces personnages, les voir évoluer, les accompagner plus loin. Mais c’est ainsi, les personnages sont éphémères et peut-être perdraient-ils leur force au cours du temps ? Peu importe après tout, car on sent le plaisir communicatif de la comédienne, du metteur en scène Rémy Aubert et de l’auteur dans ce très joli spectacle. On ne doute pas un instant que les occasions de les retrouver plus tard ne manqueront pas. Dans la continuité d’une belle aventure qui commence dès ce soir pour le public. On ne dit pas de gros mots sur IDDBD, mais on n'en pense pas moins... A découvrir : Les infos, les dates (et les photos)... sur le blog de Fabienne Sonnelite

4 réflexions au sujet de « Extra (Théâtre) | J’ai quelques choses à vous dire »

  1. Saynète, on dit saynète ^^

    Pas évident comme exercice que le monologue. Seul sur scène, l'appréhension du blanc, pas de filet ici, et un texte plutôt long à apprendre et à jouer.

    J'en ai vu deux des pièces de ce genre :

    – La contrebasse (Suskind) joué par mon prof de théâtre Thierry Rémi (http://www.theatreponttournant.com/compagnie-theatre-contrebasse.html) J'y ai été deux fois tellement j'ai aimé 🙂

    – Le journal d'un fou (Gogol). J'avais bien aimé le côté folie de l'acteur, mais je trouvais que ça manquait de percussion au début, pas évident comme rôle.

    1. Merci Lunch, je ne souvenais plus de l'orthographe, alors j'ai essayé de passer en douce… 😉
      Ce n'est pas tout à fait un monologue (quoi que je la verrais bien dans ce genre de choses), c'est une suite de saynètes justement qui n'ont pas de fil conducteur (hormis l'idée de présenter des personnages et des situations qui dérangent).
      Merci pour ces références, j'essayerais de lire ça.

      1. Ce que j'ai cité c'est deux vrais monologues par contre, il n'y a pas de saynètes.

        C'est vrai qu'avec les saynètes tu peux souffler un peu, mais c'est à peu près le même travail.

        Faut pas trop couper en coulisse et vite enchaîner. Il vaut mieux ne pas faire attendre le public et y aller rapidement, que le noir ne soit pas trop long pour le public. Donc bon, ça reste un "monologue" quand même dans l'idée ^^

        1. Oui, mais là y a une astuce pour justement pas faire attendre trop longtemps le public.

          En même temps, je n'ai jamais fait ça mais enchainer 5 ou 6 personnages différents en 1h, faut quand même maîtriser son sujet.

          Dans le genre monologues, j'avais vu une adaptation théâtrale de M.Malaussène (de Daniel Pennac) quand j'étais étudiant. C'était très bon. J'ai été bluffé par l'acteur (qui faisait l'ouvreuse dans la peau de son personnage).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *