Chronique | Pluto

Pluto tome 1scénario et dessins de Naoki Urasawa d'après Astro Boy : Le robot le plus fort du monde d'Osamu Tezuka Editions Kana (2010) Série en cours (5/8 prévus) Public : A partir de 14 ans Pour les bibliothécaires : Si vous hésitez à acheter Monster ou 20th Century Boys (parce que longues séries), Pluto peut être une bonne alternative pour tester votre public par rapport à l'oeuvre d'Urasawa. Série courte.

Robothriller

Dans un futur proche, les humains et les robots vivent en totale harmonie. Des lois ont été promulguées pour assurer une reconnaissance aux machines et aujourd’hui, ces dernières participent à la vie sociale au même titre que leurs créateurs. Les robots sont des sportifs, des femmes de ménage, des employés de bureau, des policiers ou des soldats… Mais un jour, le puissant Mont-Blanc est anéanti mystérieusement. Au même moment, un membre du groupe de défense des lois sur les robots est assassiné. Y’aurait-il un lien entre les deux affaires ? Doute levé lorsqu’on on retrouve le même ornement en forme de cornes sur les lieux des crimes. L'enquête est alors confiée à l’inspecteur Gesicht, l’un des 7 robots les plus perfectionnés du monde… comme l’était Mont-Blanc. Naoki Urasawa revient et c’est une bonne nouvelle ! Dans le monde du thriller, il a signé sans aucun doute les toutes meilleures séries du manga. Les noms de 20th Century Boys ou Monster ne vous sont certainement pas inconnu. Mais cette fois-ci, Urasawa s’attaque à Osamu Tezuka en adaptant une histoire d’Astro Boy : "Le robot le plus fort du monde". Honnêtement, je regrette de ne pas avoir lu le récit original de Tezuka avant de lire Pluto. Je regrette également de ne pas connaître assez bien l’œuvre du Dieu des Mangas pour pouvoir attraper au vol toutes les références que l’on devine au fur et à mesure de la lecture. Je regrette enfin de n’avoir dans la tête qu’une série d’animation (réussi ?) lorsqu’on évoque Astro Boy. Mais, est-ce que cela empêche d’apprécier la qualité de l’adaptation ? Non, car on retrouve encore une fois la patte magistrale d’Urasawa.pluto-urasawa-tezuka Encore une fois, en avançant dans son intrigue l’auteur de Monster sème le trouble dans l’esprit de ses personnages et de ses lecteurs. Il nous lance sur différentes pistes, des pistes qui s’arrêtent en cours ou bizarrement se rejoignent pour en former une nouvelle. Ce labyrinthe va assurément vous perdre mais attention, chaque détail aura peut-être son importance ! Ces chemins sont également des prétextes pour découvrir la société futuriste telle qu’imaginée par les deux créateurs. Mais Urasawa intègre dans son intrigue des éléments contemporains tels que la guerre en Irak (et ses robots de destruction massif) ou encore l'intolérance anti-robot. Autre aspect de l’œuvre, c’est la notion d’humanité. Ce thème récurrent dans les bons romans de SF est un des moteurs principaux de l’œuvre et peut-être même de l’intrigue. Les robots peuvent-ils ressentir les sentiments humains comme l’amour, la pitié, la peur… voire la haine ? C’est peut-être là la vraie quête de ce thriller. Le coupable est-il cette étincelle d’humanité chez ces robots ultra-perfectionnés ? Comme à son habitude, il nous donnera peut-être une partie de la réponse à la fin de son histoire… peut-être. Naoki Urasawa frappe encore très fort avec ce thriller complexe par l’intrigue et riche par les thèmes abordés. N’ayant pas lu l’œuvre originale d’Osamu Tezuka, je ne peux pas juger de la pertinence de l’adaptation. Cependant, le récit en lui-même est (encore) d’une grande qualité et vous serez rapidement emporté dans les dédales de la pensée robotique. Un déjà classique ! J’ai découvert cette série par l’intermédiaire de Ginie de Bulles & Onomatopées (merci^^). Cette chronique entre donc dans le cadre du challenge Pal Sèches de Mo.palseches A lire : la toujours bonne chronique de Du9.org (je vous conseille de regarder les montages avec les personnages avant et après l'adaptation)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *