Chronique | Bakuman T.1

Bakuman_01
scénario Tsugumi Ohba dessins de Takeshi Obata Editions Kana Série en cours (5/??) Public : Ados et + Pour les bibliothécaires : une bonne série sur l'univers du manga. Question qui tue : section adulte ou jeunesse ? Je n'ai pas tranché 🙂

Mangaka powaaaaa !!!!

Il est surprenant et étonnant de voir des auteurs changer complètement de registre d’une série à une autre. Il faut quand même ne pas avoir peur de la réaction des lecteurs surtout quand vous venez de signer Death Note, le thriller fantastico-gothique qui a fasciné une bonne partie du monde du manga.
Dans Bakuman pas question de tuer en écrivant dans un cahier ni même de dominer le monde (enfin pas le monde entier). Nous suivons les aventures de deux adolescents de 14 ans. Mashiro a un don incontestable pour le dessin mais se laisse porter par le cours du temps et son milieu social. Sans grande illusion sur ses capacités, il s’attend à vivre une vie peinarde de citoyen japonais moyen. Takagi, lui, est tout le contraire. Élève brillant se destinant à Todaï (la plus prestigieuse université public du Japon), il est volontaire et un brin manipulateur. A priori ces deux-là n’ont rien en commun hormis leur école. Mais un dessin griffonné sur un cahier oublié dans une salle de cours va tout changer. Takagi dévoile son rêve à Mashiro : créer des mangas ! bakuman_2Bienvenus dans le petit monde des mangakas ! Chose certaine, les œuvres traitant des créateurs de mangas ne sont pas légions. Il faut croire que l’autobiographie est moins monnaie courante au Japon qu’en Europe. On peut avoir en tête l’excellent Journal d’une disparition de Hideo Azuma, qui ne présentait pas cet univers d’une manière très positive ou encore le très bon Un Zoo en hiver de Taniguchi qui posait un regard plus serein. Il en existe sans aucun doute d’autre mais c’est tout de même la première fois que j’ai l’occasion de lire un shonen sur ce thème ! Les Shonen (manga pour garçons) répondent toujours aux grands principes de : « suis ton rêve et soit prêt à tout pour l’atteindre ! ». Bakuman n’échappe pas à la règle. Cependant, cette logique, toujours primordiale, n’empêche pas une forme de dérision et/ou d’autodérision. Pour ne rien vous cacher, les personnages sont parfois outrageusement caricaturaux. Le romantique et l’exalté, la timide et la figure du maître (l’oncle certes disparu mais omniprésent dans ce premier volume). Et on sent que les deux auteurs se sont beaucoup amusés avec leurs personnages. Du coup, les situations et les réactions sont parfois tellement énormes qu’on ne peut qu’éclater de rire avec franchise. Ça ne m’était pas arrivé souvent avec Death Note. Toutefois, ce shonen ne se veut pas qu’une caricature de l’univers des créateurs de mangas. Les différentes pratiques comme l’utilisation des plumes, les étapes de création graphiques (de la création des personnages à la mise en place des trames), le découpage (avec les fameux Nemu qui surprendront le pauvre Takagi) et même les relations avec les éditeurs, tout cela est présenté avec un grand sens du détail. De là à savoir si c’est la vérité… je ne suis qu’un humble chroniqueur (et même pas professionnel). Si j’ajoute les tonnes de références aux œuvres passées et présentes du manga (Death Note par exemple), on peut y voir un vrai souci didactique.bakuman02 Dernière grande qualité de ce premier volume, qualité déjà présente dans Death Note, c’est le dessin de Takeshi Obata ! Je ne le dis pas souvent à propos des mangas, mais là je trouve son style impressionnant de finesse. D'une manière générale, son desssin (et celui de son studio ^^) est vraiment reconnaissable entre mille. Bref, si vous avez envie d’en connaître un peu plus sur l’univers des mangaka, si vous avez envie de lire une série dynamique et drôle, nous vous conseillons d’entamer la lecture cette oeuvre. Une entrée en matière agréable de bout en bout ! A suivre donc ! Encore une fois, c’est Ginie de Bulles et Onomatopées qui m’a fait découvrir cette série. Encore une fois, cette lecture rentre donc dans le cadre du Challenge Pal Sèches de Mopalseches A voir : un site de fans (ou vous pourrez découvrir des extraits de l'anime) A lire : la critique de krinein

9 réflexions au sujet de « Chronique | Bakuman T.1 »

  1. Dans un autre style, je pense que dans le registre des autobiographies de mangakas, on peut rajouter "Ma Voie de père" d'Horoshi Hirata.

    En tout cas, j'aime beaucoup ce type de récits. Je le prends donc comme un conseil de lecture ^^

    1. Je n'ai pas lu ce titre d'Hirata même si c'est un de mes auteurs mangas préférés. Il parle de la création de manga dedans ?
      Parce que Bakuman, ce n'est, je pense, pas autobiographique. Bon, évidemment, les deux auteurs ont sans doute pioché dans leur quotidien.
      Je n'ai pas dû être clair, là…. Sorry Mo'
      Mais tu peux le lire quand même 😉

  2. je lirais je pense, en tout cas je l'ai noté.

    Et oui, dans "Ma voie de père" Hirata parle de la création de ses mangas. Ou plutôt de comment sa vie privée influence ses créations et inversement. Ce n'est pas un incontournable pour moi mais pas inintéressant non plus. Lassant à la longue… je crois que j'ai fait l'erreur de le lire d'une traite

    1. Oui je me souviens de ta chronique. C'est un sacré pavé faut dire et en plus, ça semble plutôt exigeant comme lecture. Mais je note aussi 😉
      Bakuman c'est sympa mais il ne faut pas le prendre comme un livre d'auteur ou autre chose du même genre.

  3. J'aime beaucoup ce mangas, mais je trouve qu'au fur et à mesure que l'on avance, il devient de moins en moins captivant, c'est peut être moi je ne sais pas. Je suis au tome 9 et je possède le tome 10 mais je n'arrive plus à me remettre dedans, ça viendra sûrement …

    1. Disons qu'il y a des albums plus ou moins réussi. Dans l'ensemble, je trouve qu'ils ne se prennent pas trop au sérieux.
      En revanche, il faudrait effectivement qu'ils ne fassent pas trop trainer la série en longueur sous peine de ne plus avoir de vraies idées porteuses.
      A voir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *