Chronique | Peter et Miriam, première partie

peter_et_miriamscénario et dessins de Rich Tommaso (Etats-Unis) éditions çà et là (2010, 2007 aux USA) Public : Adulte et nostalgique dans années 80 Pour les bibliothécaires : Pas indispensable dans un premier temps, mais intéressant dans un fonds BD américaine à développer.

C’est un roman d’amitié…

Le 26 juillet 1977, Mme Martinelli rend service à Mme Capaldi en acceptant de garder sa fille Miriam pour quelques heures. Un peu timide, cette dernière s’installe dans un coin du salon familial où la télévision est en marche. Très vite, le jeune Peter Capaldi vient la voir et, très vite, l’insupportable casse-pieds qu’il est ne tarde pas à faire sourire Miriam… Petit récit d’une rencontre et début d’un grande amitié ponctuée de sentiments inavoués, de bêtises assouvies, de sérieux et d’exaltations cinématographiques. Cette amitié est le miroir de deux vies, deux vies d’enfants-ado dans l'amérique des années 80. Dans un superbe écrin réalisé par les éditions çà et là – on ne soulignera jamais assez la qualité de cet éditeur – on trouve un recueil de mini-histoires (rarement plus de 4/5 planches) qui sont une multiplication de focus sur des événements de la vie des deux protagonistes principaux. Ne respectant à aucun moment un ordre chronologique établi, Rich Tommaso fait une description par touches précises et successives. Adolescents, enfants, jeunes adultes, il dresse le portrait de leurs intériorités, de leurs errances, de leurs insatisfactions mais aussi de leurs bonheurs. L'un et l'autre se soutiennent, l'un et l'autre se poussent.peter_et_miriam_planche Marqué par l’école américaine du strip sans en être prisonnier, avec un trait qui rappelle par instant Charles M. Schultz, Rich Tommaso multiplie les histoires à un  rythme effréné. Les 104 planches se lisent assez rapidement et  peut-être même un peu trop. En effet, on a parfois l’impression de passer un peu vite sur des situations qui auraient mérité plus d’approfondissement. Cependant, la richesse du livre repose sur une approche très sensible des personnages d’où, à mon avis, le besoin d’une double lecture. Si la première permet de découvrir Peter et Miriam, la seconde offre la possibilité d’apprécier pleinement la partie immergée de l’œuvre et de profiter finalement d'une description très fine et qui se révèle finalement plus posé, entière et passionnante. Cette première partie est donc un très joli livre sur l’amitié et, même si elle s'avère assez peu sûr de soi, une vision positive de la jeunesse américaine des années 80. Sur IDDBD, on attend déjà la suite avec impatience car la trop courte lecture nous laisse un peu sur notre faim ! Finalement, on s'attache au personnage car chacun rêverait d'une amitié aussi sincère. Une belle leçon d'humanité. A lire : un extrait sur le site des éditions çà et là (pdf) et la fiche album A voir : la critique de Krinein A voir : le site de Rich Tommaso (en anglais, sorry) A noter : cette chronique s'inscrit dans le challenge BD de Mr Zombi auquel IDDBD participe ! A noter : cette chronique clôt le mois spécial BD américaine sur IDDBD.

3 réflexions au sujet de « Chronique | Peter et Miriam, première partie »

    1. Celui-ci est très réussi je trouve. Un peu court cependant.
      Chez le même éditeur tu peux aussi essayer A strange Day et Pictures of you de Damon Hurd et Tatiana Gill.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *