Notes (Boulet)

(scénario et dessins de Boulet, Delcourt, Collection Shampooing, 4 tomes parus)

BD, web... évolution/révolution ??

Faire une chronique sur les Notes de Boulet sur le net, c’est être aussi original que Mamie faisant de la peinture impressionniste en Normandie en 2010. Bref tout le monde en a parlé et tout le monde à un avis sur la question… Bref, à la rigueur tout ce que je pourrais vous dire, vous l’aurez déjà lu. Mais j’avais quand même envie d’évoquer non pas la série en elle-même, mais ce qu’elle représente dans le paysage de la BD actuelle… et éventuellement future. Depuis quelques temps, j’ai essayé d’écarter les dernières parutions pour découvrir le monde de la BD d’avant. Quand je dis avant, en quasi-trentenaire que je suis, j’évoque les années 70/80 dont je parlais dans la chronique de Silence, celle des Futuropolis et les revues de grande qualité, les ancêtres des Jade et autres Lapin. En lisant ces auteurs dont certains, références absolues de leur époque, ont été partiellement oubliés (je pense à Fred par exemple), je me posais la question de la pérennité d’une œuvre. Comment sait-on, nous pauvres lecteurs, que cette nouveauté fraîchement parue marquera son époque ? Et même cet album encensé par la critique ? Est-ce que dans 30 ans on se souviendra du Pinnochio de Winschluss ? Bien sûr tout cela est purement subjectif. Je l’ai constaté récemment en lisant une autre chronique de Silence. Pour ma part,  Lapinot et les carottes de Patagonie est l'œuvre significative de ces dernières années. Chacun sa vérité. Mais dans 20 ans, est-ce que ma fille, rédactrice en chef du IDDBD international Webzine, n’écrira pas à son tour : « Les Notes de Boulet sont incontestablement l’œuvre marquante des années 2000 ! » ? Qu’est ce qui lui permettrait d’écrire une telle ânerie ? Un début de réalité peut-être. Aujourd’hui les personnes s’intéressant au média livre, et je ne parle pas uniquement de BD, savent que les 10 voire même les 5 prochaines années vont marquer un tournant dans nos pratiques de lecture. Je parle évidemment du e-book (ou livre électroniques pour ne pas fâcher mes amis québécois !). Lire sur écran, c’est un vaste débat et une affaire de goût. Pourquoi pas après tout ? Pourquoi pas si les auteurs proposent une approche différente de leur média ? Et nous savons tous que la BD peut s’adapter à tout (du journal au web en passant par le gros pavé de 900 pages ou même les murs de ville). Et aujourd’hui, que voit-on ? Une sélection à Angoulême, un succès éditorial et commercial. Pour quoi ? Pour Notes : quatre livres tirés d’un blog. Un succès de librairie s’appuyant sur des histoires publiés régulièrement sur le web et lues quotidiennement par des milliers d’internautes ! Amusant et très révélateur d’un début d’évolution. Oui, on peut lire sur papier et sur écran. Attention, dans ma phrase précédente le ET est primordial car je ne parle pas d’une disparition du livre comme certain technophile peuvent le croire. Je parle de complémentarité. Même si Boulet a fait l’effort de créer un fil rouge entre ses billets, lire Notes c’est regarder un album de photo. Ce sont des archives du temps passé. On peut les ouvrir à n’importe quelle page et sourire, le refermer, l’ouvrir de nouveau et tomber dans une soudaine mélancolie, tout dépendra de l’histoire, du traitement graphique apporté et puis de votre humeur : énervé ou tranquille, joyeux ou triste, paresseux… il y a toujours une petite place pour une histoire de Boulet. Finalement, on les picore ces albums. On en prend ici, on en prend là, on saute 2 pages pour revenir plus tard car il y a trop de textes. On n’est pas motivé mais on marque l'endroit pour ne rien rater. Finalement, c’est une lecture butinée... un peu comme sur le web. A côté, Bouletcorp, le blog. C’est le temps présent. C’est le temps du flux RSS auquel on est abonné, c’est le plaisir d’attendre la dernière note, le dernier bon mot ou le dernier essai. C’est l’immédiateté, un concept nouveau pour les patients amateurs de BD.  Et au bout du compte, même si il est toujours possible de revenir en arrière, c’est une lecture linéaire… un peu comme celle d’un livre. Indéniablement, ce double-succès est lié au grand talent et à la finesse de Boulet mais il provient également de sa volonté de considérer ce blog comme une œuvre en tant que telle. Un laboratoire d’idées certes, mais toujours avec une qualité et un rythme de parution exemplaire depuis ses débuts (2004). Tout en abordant des thèmes variés, Boulet s’est créé son propre personnage, un double numérique, assouvissant les petites folies de son auteur. Bien entendu c’est totalement jouissif et loin d’être nombriliste, défaut de (trop) nombreux blogs BD. Cette qualité rejaillit immédiatement sur la parution livre. Partant dans tous les sens narrativement comme graphiquement, les Notes de Boulet n’en demeurent pas moins cohérentes dans l’esprit, gardant ainsi un réel intérêt contrairement à la plupart des adaptations papiers des blogs BD. Car la plupart d’entre eux, et même pour les plus connus,  se limitent rapidement aux petites manies de leurs auteurs. Comme les éditeurs se contentent de reprendre les billets pour les mettre dans un livre relié, la cohérence narrative centrée sur "mon chat" ou sur "mes achats de chaussures" a plutôt tendance à fatiguer. Mais, je n’ai pas le monopole du bon goût (surtout en matière de chaussures). Pour finir cette chronique, je ne sais pas si ces Notes de Boulet marqueront l’histoire du médium comme la première passerelle entre la BD et web. Cette série constitue sans doute plus une évolution qu’une révolution. Je ne peux que vous conseiller de vous faire votre propre opinion ou au moins de vous rendre régulièrement sur le site de Boulet. Personnellement, mais vous l'avez sans doute compris, je suis bouleto-dépendant !!!! A découvrir : Bouletcorp évidemment !!!! Attention : cette chronique s'inscrit dans le Challenge BD lancé par Mr ZOMBI et auquel participe IDDBD

22 réflexions au sujet de « Notes (Boulet) »

  1. <img class="gravatar" src="http://www.gravatar.com/avatar.php?gravatar_id=12726854c574381ca426b7cd66fc1f49&size=40"&gt; J'ai l'impression (mais cela fait très réac) que les "espoirs" de la bd sur le web se sont évanouis ? je veux dire, la "grande époque" des blogs bds semblent être passée, ou du moins le phénomène est devenu routinier. Pour le coup, Boulet fait déjà presque figure du passé. (!) Bon j'exagère, je ne suis plus attentivement l'actualité des blogs bds, mais j'ai du moins l'impression que la première génération est passé, même si l'on trouve d'excellentes choses encore aujourd'hui (Tim, Vidberg)Il y a deux ans, j'imaginais que l'on serait déjà aujourd'hui à lire la bd sur le net. Malheureusement, je ne connais pas encore aujourd'hui "d'applications" ou de sites qui m'intéresse pour lire de la bd sur ordi. Et le retour au livre, n'est-ce pas d'une certaine façon l'aveu implicite de "l'échec" ? ou le symbole de la nécessaire multiplication des moyens d'expression ? alors évolution sans lendemain ?

  2. <img class="gravatar" src="http://www.gravatar.com/avatar.php?gravatar_id=5dff124361f836c7cdc04ff6daf680a5&size=40"&gt; ce sur quoi je voulais réagir initialement a laissé place à ce que suscite l'intervention de Paul, en commentaires. Bon déjà, je trouve ta chro très bien ficelée M'sieur David ^^ Et bien intéressante, ce qui ne gâche rien… mais ça, on prend rapidement l'habitude de lire des chronique de qualité en venant sur iddbd (fayotte ^^… j'assume mdr). Ensuite, le retour au livre n'est pas pour moi synonyme d'échec. Je trouve le rapport au livre plus sain, plus intimiste que la lecture sur écran. On s'installe confortablement, on ouvre un livre (extase total quand on entend les petits craquements qui témoigne qu'on est le premier à ouvrir l'exemplaire, extase total de sentir l'odeur de l'encre… bref, je me perds). Pour moi, le livre reste L'Objet précieux, l'écran n'est que le moyen. Les blogs BD pullulent sur la toile et j'ai réellement du mal, pour ma part, à accorder de la crédibilité à un auteur qui aurait débuté via le numérique : Pénélope BAGIEU, Margaux MOTTIN (que j'adore, cela dit en passant)… et forcément BOULET. Et pourtant, je suis loin d'être la dernière à me ruer sur l'ordinateur pour parcourir les nombreux blogs d'artistes (DAVODEAU, PEÑA, LONG, LARCENET, KA… help, il y en a trop). Voilà, j'ai réagit au comm et pas au billet en fait, mais je trouve cet échange intéressant

  3. <img class="gravatar" src="http://www.gravatar.com/avatar.php?gravatar_id=c9471dcc6ce724a98bd6f01a1267323c&size=40"&gt; Pour tout vous dire, je suis assez content de voir que cette chronique a suscité quelques réactions, c'était un peu l'idée. :-)Pour Paul, effectivement on peut voir l'évolution du blog comme un échec… Moi, je vois plutôt ça comme une banalisation du mode de diffusion.D'un autre côté, j'ai plutôt l'impression que la plupart des "auteurs" ou des apprentis auteurs (rien de péjoratif dans le terme apprenti, faut bien apprendre son métier et le dessin ça se travaille) voient leurs blogs comme des éléments de présentation de leur travail plutôt que comme un élément artistique à part entière. En fait, leur but à moyen ou long terme est surtout de se faire éditer et connaître. Je pense à Gally par exemple qui n'a quasiment plus mis à jour son blog à partir du moment où elle a reçu le prix du public à Angoulême.Attention, ce n'est pas un reproche. Je sais très bien qu'un blog c'est lourd à porter.Mais comme je l'écris dans la chronique, j'ai vraiment l'impression que Boulet prend vraiment son blog comme une expression artistique en soi ! Qu'il est un élément de son travail. Il suffit de regarder le superbe habillage graphique pour en être convaincu. C'est vrai la différence est que Boulet était un auteur reconnu (en secteur jeunesse dans le journal Tchô) AVANT de commencer son blog (oui, oui Mo', Boulet ne vient pas de la blogosphère).En fait, c'est pour cela que je considère ces livres et ce blog comme complémentaires et ce n'est pas le fait de lire sur écran OU de lire sur papier qui est interessant mais les deux réunis. Et pour moi Boulet est pour l'instant le seul à avoir touché le grand public avec ce "genre".Après, de plus en plus de communautés virtuels de BD existent : tu peux aller voir CFSL.net (café salé) avec leurs superbes galeries de jeunes auteurs ou encore les éditions Manolosanctis (j'ai posté un lien sur la page Facebook d'IDDBD) qui vont d'ailleurs être distribué à partir de Juin. C'est du jeune auteur, c'est lisible gratuitement sur le net. Tu peux trouver des choses sympas !!Pour Mo' : personnellement, je fais la différence entre des auteurs comme Maester, Larcenet, Davodeau ou Ka, qui ont déjà une légitimité d'auteurs et des auteurs comme Pénélope Bagieu (qui est bien mais tourne un peu en rond quand même). Mais c'est une question de génération. Les premiers cités ont débuté dans des magazines comme Fluide ou via des fanzines, les seconds ont eu l'occasion d'utiliser les outils web. Et je ne vois pas pourquoi il serait moins bon dans 10 ou 20 ans… Si en fait, je vois. Sans doute parce qu'ils auront moins profiter du travail de groupe, des conseils des anciens (quoi qu'ils ont l'air de former des communautés de gens assez proches). Mais qui sait, peut-être que le prochain Larcenet ou Davodeau est en train de publier dans un obscur blog BD qui aura 1000000000 visiteurs par jour dans 6 ans !!!C'est un autre moyen de diffusion mais ça n'en reste pas moins un canal !Et puis les grands auteurs peuvent passer n'importe où, ça finit toujours par se savoir un jour !Pour la lecture, je ne dirais pas le contraire. Je préfère également le livre, c'est plus "sensuel".Pour Mike : Ouep, ça le fait ! Pour l'instant ma fille en est à Yakari et Boulet & Bill mais j'ai bon espoir de la voir lire Litteul Kévin ! La reléve est assurée !!!

  4. <img class="gravatar" src="http://www.gravatar.com/avatar.php?gravatar_id=5dff124361f836c7cdc04ff6daf680a5&size=40"&gt; je dérive aussi sur les lectures jeunesse du coup. Moi aussi, je connais ici la grande époque Yakari et Le Vent dans les Saules. Il y a une "initiation" à l'héroïc fantasy avec Root (marrant mais les scénettes sont inégales).Sinon pour en revenir à nos moutons, je ne retiens pas les antécédents "jeunesse" de Boulet. Ce n'est pas mon genre de prédilection tout comme Zep, je préfère laisser ça pour ceux qui en sont friands. Pour moi, Boulet à donc débarqué dans le potentiels d'auteurs "à lire" avec la publication de ses Notes mais vois-tu, tout comme Bagieu et Mottin (Mottin je la lis sur son blog, pas Bagieu), tout comme ces deux autres exemples donc, je n'ai vraiment pas l'envie de les découvrir au-delà de ce que j'en entend parler. Positionnement très discutable, d'accord, mais je considère avant tout la BD comme un travail qui mérite de prendre du recul, un peu comme le bon vin a besoin de décanter… ça ne m'intéresse vraiment pas de lire d'une traite des "historettes" d'humeur diverses et variées. Pico Bogue est pour moi le plus loin que je puisse aller (entre l'acquisition et la lecture, s'est passé plus d'un semestre)… En somme, je crois que ces auteurs de blogs ne sont pour moi pas crédibles et doivent leur notoriété à un effet de mode.

  5. <img class="gravatar" src="http://www.gravatar.com/avatar.php?gravatar_id=f65e922e8df0a7b39a8943f6eb3ab18d&size=40"&gt; Mo', je te trouve dure avec ce que tu appelles "les antécédents jeunesse" de Boulet. Je trouve la série Raghnarok, pour ma part, assez réussie. En plus, cette BD a le mérite de me faire lire et apprécier de l'heroic fantasy, ce qui n'était pas gagné étant donné ma réticence envers ce genre. Certainement la "sauce Boulet" qui a permis à la magie d'opérer.

  6. <img class="gravatar" src="http://www.gravatar.com/avatar.php?gravatar_id=c9471dcc6ce724a98bd6f01a1267323c&size=40"&gt; Mo’, je pense que là, on rejoint un problème de génération et d’habitudes de lectures. Si je reconnais que la plupart des blogs BD sont anecdotiques et d’un intérêt limité, je ne pense pas que leur réussite se soit un phénomène de mode, en tout cas pour certains auteursTechniquement, c’est vrai que des grands auteurs se retrouvent avec la même lisibilité qu’un obscur gratouilleur. Mais c’est le moyen de diffusion qui veut ça. C’est le fanzinat pour tous ! N'empêche, la réussite de Boulet est due à la qualité de ses billets, qui sont travaillés, réfléchis et pour certains particulièrement touchant. Il y a un vrai talent chez cet auteur. Raghnarok et La petite Rubrique scientifique sont vraiment de très bonne série jeunesse et personnellement, je suis toujours assez dur avec ce qui n’est pas de la BD adulte (Meï pourra confirmer).Quant à Zep, il faut sortir de l’image que les médias donnent de cet auteur. Tu te passes d’un auteur d’une classe et d’une intelligence remarquable. Je te conseille, si tu peux te le procurer, de lire « Découpé en tranche » qui est vraiment un album formidable. Je l’ai chroniqué sur IDDBD d’ailleurs.Après, le "recul" nécessaire dont tu as besoin pour apprécier la BD, c'est également une question de génération. Nous sommes de la génération "album", habitués à lire des auteurs qui publient directement en livre, avec une réflexion autour de leur oeuvre en tant qu'album complet. Mais bon la BD, à la base, c’est de la publication régulière dans des magazines, par planches ou par strips… Quand tu lis Peanuts, Mafalda, Calvin et Hobbes, Gaston, tu ne peux pas dire que ce n’est pas réfléchi ou pensé et fait avec du recul. Mafalda était publié dans un quotidien, Gaston dans Spirou, idem pour Calvin et Peanuts… Toutes des BD ultra-reconnus… Et puis on peut parler des générations d’auteurs qui ont été publiés chez Fluide (hebdo), A suivre (Mensuel) ou Metal Hurlant (sais pu)… Qu’est ce qu’un blog sinon des publications régulières avec des formes courtes ??? Et le manga ?!!!!A partir de là, tu accorderais moins d’importance à un auteur comme Quino juste parce qu’il publierai sur un blog ? Moi je dis juste dommage de se priver de ça…

  7. <img class="gravatar" src="http://www.gravatar.com/avatar.php?gravatar_id=f65e922e8df0a7b39a8943f6eb3ab18d&size=40"&gt; J'irai même plus loin que les strips que tu as cités David. Je pars d'un grand classique comme Tintin d'Hergé.Les planches publiées chaque semaine dans le Petit Vingtième étaient le fruit d'une réflexion créative en amont. Alors même si au début ses aventures étaient plus une succession d'épisodes, très rapidement,elles se sont mues en un récit feuilletonesque qui nécessitaient un mouvement général structurant.Tout un travail de réflexion en amont non seulement pour la création d'un album futur mais également pour ceux à venir qui étaient déjà en germe. Il y a une réelle articulation entre certains albums. Et lorsque les lecteurs lisaient les planches chaque semaine, ils ne pouvaient pas vraiment encore en avoir conscience.Peut-être que si le blog avait existé à l'époque, Hergé aurait choisi de publier ses premières planches sous cette forme.Un auteur peut également utiliser le blog afin de se faire connaître des lecteurs, pour "tester" leurs réactions, réajuster le tir avant de se lancer dans l'album papier ( je pense que certains éditeurs frileux ont ainsi décidé de publier de tout jeunes auteurs).Personnellement, ce moyen de diffusion m'a permis de découvrir des univers d'auteurs et de mieux comprendre leur travail.Le blog d'auteur n'a pas les mêmes fonctions que l'album. Il est complémentaire du format papier.Et oui, certes, comme sur le web de façon générale, on y trouve de très bon et du bôf-médiocre voire du mouais.

  8. <img class="gravatar" src="http://www.gravatar.com/avatar.php?gravatar_id=5dff124361f836c7cdc04ff6daf680a5&size=40"&gt; je suis bien d'accord pour dire que c'est complémentaire au "support papier". Mais je suis de ceux qui préfèrent avoir une vision complète qu'une vision morcellée. D'ailleurs, j'ai fais ce chemin sur mon blog. Initialement, je chroniquais album par album mais au final, je trouve plus intéressant de chroniquer par série, car je pense qu'une BD sais s'apprécier avant tout dans son "ensemble". Et même pour des tomes en histoire complète comme les Blacksad au final. Je prefère donc faire le chemin accueil de l'univers sur support papier et ensuite me nourrir de l'univers de l'auteur via un éventuel blog ou site plutot que de me nourrir d'une humeur quotidienne et la resituer ensuite dans son ensemble. Je suis bien d'accord pour dire aussi que les blog ont permis de réchauffer les éditeurs frileux. Et puis le blog à l'avantage de permettre à tous d'accéder à tout un pan de culture à "moindre cout". Je ne peux qu'applaudir.Pour le reste, je ne dénigre pas les Tintin, Gaston, Fluide et autres, je m'en suis gavée en temps et en heure. Mais je reste convaincue qu'à support de communication identique, on ne peut mettre au même niveau Hergé et Boulet. Il y a aussi une technicité dont dispose Hergé que Boulet n'a pas, à mon sens. Les blogs BD qui pulullent ont donc l'avantage d'amener des lecteurs vers la BD, mais cela conduit aussi à la vulgarisation du 9è art

  9. <img class="gravatar" src="http://www.gravatar.com/avatar.php?gravatar_id=c9471dcc6ce724a98bd6f01a1267323c&size=40"&gt; La vision "globale" / la vision "morcelée"… tu vas dans le sens que j'expliquais dans mon commentaire précédent : on juge actuellement la qualité d'un auteur à sa capacité à faire des albums qui se tiennent. On ne passe plus par la case magazine. Or, c'était la norme il y a à peine 15 / 20 ans. Le phénomène blog est un retour au source.Quant à comparer Hergé et Boulet… en fait ce n'est pas comparable tout simplement. Boulet a moins de technique qu'Hergé ? Je pense qu'il ne dirait pas le contraire. En même temps, il n'y en a pas beaucoup qui peuvent affirmer en avoir plus qu'Hergé dans la BD franco-belge. C'est un peu le maître en Europe, comme Eisner ou Tezuka dans les autres genres.Je n'ai pas le temps de faire un commentaire plus poussé là maintenant tout de suite mais je vais y revenir.

  10. <img class="gravatar" src="http://www.gravatar.com/avatar.php?gravatar_id=c9471dcc6ce724a98bd6f01a1267323c&size=40"&gt; La vulgarisation du 9e art… On entre dans un point de vue de cultureux là. Personnellement, je préfère un foisonnement de moyen de diffusion dont il ressort toujours quelque chose plutôt qu'un désert de possibilité qui empêche les auteurs de s'exprimer. Comme disait un illustre biblbiothécaire : "mieux vaut le bruit que le silence".Les blogs BD amèneraient le lectorat "classique" aux BD ? Pour observer et discuter avec des "profanes" au quotidien, je peux t'assurer que les visiteurs de blog BD sont déjà des amateurs de l'objet papier et non des p'tits nouveaux. Le blog, tout comme le fanzinat, n'est pas un objet de vulgarisation. ça demande un effort de recherche que la plupart des gens ne font pas.Le lecteur classique, il veut du papier, il veut du truc bien dessiné ou des histoires drôles types Bidochons (très bon, je ne dis pas). Le faire passer à des auteurs plus exigeants, c'est du travail. Et le faire passer à des nouveaux supports, je te laisse imaginer. C'est une histoire de curiosité et d'intérêts. Et ce ne sont pas les auteurs "fashion" qui feront passer aux classiques de l'Association.Et puis, entre nous, l'art narrativo-séquentiel, si on se met à parler de cette façon, est historiquement un "art" populaire… Le "virage" "intellectualiste" de la BD date de quelques décennies à peine… Eisner aux états unis, Tatsumi japon, Pratt en Europe (années 60/70/80). Et non, pour moi Tintin n'entre pas dans cette case.Quant à Boulet. Ce n'est pas sa qualité technique qui m'intéresse – d'ailleurs, je me garderais de juger sa technique, je trouve personnellement que ses variations et traitements de thèmes sont plutôt réussi – mais sa manière d'utiliser ce double moyen de diffusion. Tenter d'analyser les Notes de Boulet en refusant de parcourir son origine blog ou pire en refusant de tenir compte de ce double numérique dans la création du support papier est pour moi une erreur "intellectuelle". C'est comme faire une étude de la littérature française du 19e siècle sans tenir compte de l'histoire. C'est incomplet et donc intellectuellement discutable.Alors oui, Boulet n'est pas Hergé, ni Eisner, ou Pratt. Je pense qu'il n'a pas la prétention de l'être, je pense même qu'il s'en fout royalement. En même temps, Sfar, Trondheim, Larcenet, Peeters, Pena, Blutch, David B, Miller, Moore, Blain, Baudouin, Urasawa et j'en passe, ne le sont pas non plus… Ou du moins pas encore et je pense que la plupart s'en "badigeonne le nombril avec le pinceau de l'indifférence". [c'est un citation d'un auteur de BD qui aimait beaucoup faire des publications par planches dans des magazines]

  11. <img class="gravatar" src="http://www.gravatar.com/avatar.php?gravatar_id=f65e922e8df0a7b39a8943f6eb3ab18d&size=40"&gt; Je n'ai jamais voulu comparer Hergé à Boulet sur quelque plan que ce soit. J'ai pris Hergé comme exemple car c'est lui qui m'est venu à l'esprit mais j'aurais pu en citer d'autres.Je voulais juste souligner le fait que même si le travail d'un auteur BD peut paraître morcelé car publié par intervalles ( ce qui se faisait auparavant dans les magazines), il y avait tout de même très souvent un traitement de fonds en amont, une réflexion.Mon propos s'arrêtait là.

  12. <img class="gravatar" src="http://www.gravatar.com/avatar.php?gravatar_id=623bfe5478dc623ac9b86bdd67c653ca&size=40"&gt; Un billet vraiment très intéressant, sans parler du débat lancé dans les commentaires. Pour ma part je lis également des blogs BD, mais comme je pense pas forcément toujours à aller y faire un tour j'ai parfois beaucoup de retard ^^'Je préfère quand même lire les albums papier, parce qu'ils ont l'avantage qu'on peut les lire partout, mais l'existence des blogs BD est quand même une bonne chose (c'est plus discret d'aller voir un blog BD au boulot que de sortir son album papier lol) car ils permettent parfois à de jeunes auteurs de se faire connaître.

  13. <img class="gravatar" src="http://www.gravatar.com/avatar.php?gravatar_id=5dff124361f836c7cdc04ff6daf680a5&size=40"&gt; mais moi aussi je préfère un foisonnement de moyens de diffusions plutôt que le vide culturel total. D'ailleurs, si on blog sur notre sujet de prédilection qu'est la BD, ce n'est pas pour rien. C'est avant tout un plaisir mais également une envie de partager des lectures (même si la démarche est totalement différente de celle d'un auteur.. n'allons pas lire ce que je ne dis pas). Après, avec mon petit niveau, je n'ai pas la prétention de faire grand chose, mais quand je vois (par exemple), que quelqu'un s'est mis à lire Peña suite à un billet lu chez moi, je suis contente. Ensuite pour Bouleto, je crois que c'est une question de représentations, de ce que le personnage dégage. Il va falloir que je me pousse au c… pour travailler ces préjugés. Bah, je suis une "erreur intellectuelle" ^^

  14. <img class="gravatar" src="http://www.gravatar.com/avatar.php?gravatar_id=c9471dcc6ce724a98bd6f01a1267323c&size=40"&gt; Oups, je ne voulais pas dire que tu étais une "erreur intellectuelle"… Désolé :-)Je précise parce que je ne veux pas qu'on se fâche quand même.Je vois trop souvent de critiques/chroniques qui ne prennent pas en compte tous les éléments et qui jugent sans connaître un minimum. C'est aussi un respect par rapport à l'auteur, surtout quand on décide de casser son oeuvre.Pour le coup, notre "travail" n'est pas comparable. Pour moi, IDDBD n'est pas un "blog BD", c'est un blog consacré à la BD, ce qui ne suppose pas une créativité autre que l'écriture de chroniques. Le jour où je dessinerai, je ferais un autre blog (pas demain la veille quand tu vois mon coup de crayon). Et c'est vrai que c'est assez plaisant de réussir à faire lire des auteurs que l'on apprécie. Mais du points de vue d'IDDBD, la plupart des visiteurs que je connais sont des lecteurs réguliers de BD, pas des "débutants". Bon, c'est vrai que je ne chronique pas le dernier XIII ou le dernier Thorgal…Bon la prochaine fois, c'est débat sur ton blog Mo' 😉

  15. <img class="gravatar" src="http://www.gravatar.com/avatar.php?gravatar_id=5dff124361f836c7cdc04ff6daf680a5&size=40"&gt; non non mais je note, je suis une erreur intellectuelle lool. Pour en revenir à Boulet, je suis retournée sur le blog de Boulet en prenant le lien à la fin de ta chronique (mais vois-tu, ce n'est pas pour autant qu'avant, je l'avais évité). Bref, le strip que j'y ais lu fais… cliché ! Et tu connais mon point de vue sur les clichés^^

  16. Je découvre ton blog grâce à Bulles et Onomatopées. ça me fait plaisir de voir un blog sur la BD tenu par un bibliothécaire. Parce que je suis bibliothécaire aussi et je suis responsable de la BD (jeunesse et adulte). je repasserais ici, c'est sûr; Et, j'ai vu que tu faisais aussi parti du challenge BD de Mr. Zombi. Chouette alors !

    A bientôt

    NB: oui, j'ai écrit sur cette note,parce que.. c'est Boulet quoi 😀

  17. Merci pour ce commentaire (ça fait toujours plaisir les commentaires 🙂 )

    Surtout n'hésite pas à revenir et à donner ton avis… et ton point de vue si besoin. Pour l'instant, je n'ai pas eu l'occasion de parler du métier sur ce blog mais c'est un projet qui me tient à coeur. J'espère que nous aurons l'occasion d'en discuter plus tard.

    A très bientôt chère consœur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *