Welcome to the Death Club

(scénario et dessins de Winshluss, 6 pieds sous terre/Cornélius (2002), (2010) ) Quand vous aimez l’humour noir, quand Les Idées Noires de Franquin sont autant de textes sacrés pour l'athée que vous êtes, le titre même de cet album à quelque chose d'attirant. Pour la plupart issues de la magnifique et démoniaque revue Jade (oui, je soupçonne les gens de 6 pieds sous terre d’avoir pactisé avec le démon pour réaliser leur revue !!), ces nouvelles de Winshluss sont des petites pierres à l’édifice de l’humour sombre, décalé, franchement gore et politiquement incorrect. Vous, ô ami respectueux de la belle BD, du beau graphisme, de la belle morale à la fin qui finit bien, du scénar’ qu’ont a vu 10 fois, de la série à 19 tomes qu’on vous remet un 2e cycle derrière parce que la vache a encore un peu de lait, passez votre chemin. Welcome to the Death Club est une insulte à tout ce que vous aimez, mais certainement pas à la bande dessinée. Si le dessin reste en noir et blanc (revue Jade oblige), on retrouve déjà ce trait énergique à la fois expérimental et très inspiré des comics underground. Winshluss s’amuse et varie son trait en fonction de ses besoins. Mettant tour à tour en scène, et sans aucun dialogue, un écrivain bohème, un détrousseur de cadavres, le fils de la mort rêvant d’être un ange, la Mort elle-même passant un bien mauvais quart d’heure au bord d’une route, un mécano rêvant d’être célèbre, bref toute une galerie de personnages qu'il va maltraiter au plus haut point. Winshluss joue avec les petits et les grands travers de l’humanité pour rendre ses histoires encore plus cyniques, sordides, immorales… et drôles. Car ne l’oublions pas, l’humour noir est ici la règle d’or. Et quand l'humour noir devient satire sociale, alors on atteint des sommets dans le macabre. Évidemment, cet album est bien en-dessous du chef d’œuvre stratosphérique qu’est Pinocchio (ne cherchez pas il n’est pas encore sur IDDBD). Mais Welcome to the Death Club est une petite pépite à lire et à relire les soirs de dépr… Euh, non quand il fait beau et que vous venez d’avoir une augmentation. A noter, initialement publié chez 6 pieds sous terre en 2002, l’album a été réédité (en version augmentée) en 2010 par Cornélius avec toujours ce même souci de qualité. On les en remercie (encore) ! A lire : les chroniques sur Le Cafard Cosmique et Fluctuatnet A voir : le reportage de l'emission Kultur sur Arte consacré à Winshluss et son Pinnochio Attention : cette chronique s'inscrit dans le Challenge BD lancé par Mr ZOMBI et auquel participe IDDBD

8 réflexions au sujet de « Welcome to the Death Club »

  1. <img class="gravatar" src="http://www.gravatar.com/avatar.php?gravatar_id=ee61f87d94beee49a599c0495d3793ff&size=40"&gt; Ah!! je viens de commander cet album. Je suis un amoureux des idées noires de Franquin (de Franquin tout court d'ailleurs) et j'avoue que depuis quelques temps j'achète tout ce que fait Winschluss aussi.Je dois lire Monsieur ferraille d'ailleurs ^^Bel article en tous cas, qui donne envie.Avez-vous lu Smart monkey ?…j'ai adoré, c'est énorme.

  2. <img class="gravatar" src="http://www.gravatar.com/avatar.php?gravatar_id=c9471dcc6ce724a98bd6f01a1267323c&size=40"&gt; Non évidemment, on ne peut comparer les deux.L'un est un recueil d'histoires différentes publiés dans une revue, donc avec des normes établies.L'autre est un album, pensé et conçu comme un album. Donc avec une très grosse cohérence. Et puis, il y a plusieurs années d'écart. ça compte !Merci pour ce lien, tes chroniques sont toujours aussi intéressantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *