Traque à la ligne

Bookhunter (scénario et dessins de Jason Shiga, éd. Cambourakis)

Si vous connaissez la différence entre un dos, une tranche et une 4e de couverture d’un livre, si vous savez que 300 n’est pas qu’un livre de Franck Miller, si les fiches bibliographiques, exemplaires ou les cartes de lecteur n’ont aucun secret pour vous, si le mot incunable vous rappelle quelque chose… alors vous êtes peut-être un bibliothécaire.

Mais si en plus vous aimez les flingues, les courses poursuites, les sciences au service de la loi, si votre « patron » est un dur et que vos enquêtes vous poussent à la recherche d’indices dans des centaines d’étagères remplies de livres et/ou dans les allées bondées d’étudiantes post-pubères (ou pas), alors vous en êtes. Oui, vous êtes un élément de la police des bibliothèques d’Oakland, USA.

1972, l’agent spécial Bay est appelé sur une enquête par le responsable de la sécurité de la bibliothèque centrale : un vol. Un livre ancien prêté par la Bibliothèque du Congrès (Library of Congress pour les intimes) a été substitué par un faux. L’agent spécial Bay a trois jours pour répondre à deux questions : Comment le voleur a-t-il pu déjouer le système de sécurité ? Pourquoi ?

Nous voici donc plongés dans une enquête policière classique dans un univers tout à fait inhabituel pour ce genre d’évènement… le petit monde des bibliothèques. Ici, tous les codes du polar sont respectés : le héros sans peur et sans reproche ( ?), l’équipe de choc (l’intello à lunette et l’experte scientifique), les analyses, les déductions et les rebondissements ! Tout est là, comme un rappel de vos soirées télés à regarder les séries US parce que vous êtes trop fainéants pour atteindre la télécommande posée sur la table basse du salon à 2m50 de vous. Mais l’univers des bibliothèques lui-même est également très précis, en tout cas celui des années 70, le milieu ayant quand même légèrement évolué depuis (heureusement).

Tout est là et du coup, le décalage humoristique se créé immédiatement : recherches dans les fiches de lecteurs, enquêtes chez les receleurs de livres anciens (des libraires mal intentionnés), planques dans la salle de lecture, courses poursuites sur les chariots de livres, combats à coup de boites de fiches bibliographiques. Ce petit monde déjanté et fantaisiste  - le jour où une police des bibliothèques sera mis en place n’est heureusement pas arrivé même si certains lecteurs mériteraient de la prison ferme parfois, mais je m’égare – est rythmé, sympa et fou. Le dessin est simple, cartoonesque, avec des personnages tout rond aux visages et aux expressions caricaturales (l’agent Bay serrant le point de rage avec la sueur sur le front). Oui tout est là est c’est vraiment très bon ! Jusqu’aux dialogues mélangeant petites phrases classiques du policier ( - ça va patron ? - Lisez-lui ses droits) et langage de bibliothécaires (elle a dû retirer la référence du catalogue, on baguenaude rarement du côté des 400 pour rien).

Bref, je pouvais passer difficilement à côté d’une chronique de cet album. Une lecture plaisante que vous, ( et surtout toi collègue bibliothécaire) lirez sûrement d’un œil amusé soit en voyant les personnages de vos séries préférés, soit en pensant "faudrait peut-être rendre les 6 livres que j'ai en retard depuis 3 mois..." Enfin, j'dis ça moi... c'est pour votre propre sécurité !

A voir : le site des éditions Cambourakis.
A voir (aussi) : le site de Jason Shiga (in English)
A lire : l'interview de Jason Shiga sur sceneario.com

9 réflexions au sujet de « Traque à la ligne »

  1. <img class="gravatar" src="http://www.gravatar.com/avatar.php?gravatar_id=5dff124361f836c7cdc04ff6daf680a5&size=40"&gt; oui, alors je suis tout de même beaucoup moins emballée que toi sur la question ^^. Le principe est très sympa, je ne vais pas revenir là dessus, mais ensuite, dans l'ensemble, j'ai tout de même eu bien du mal à accrocher à l'ensemble (le coté technique est parfois un peu trop parodié et je trouve qu'il en devient complètement abstrait… en gros, trop de jargon tue la compréhension ^^). Sinon je te le redis, merci pour la qualité de vos chroniques

  2. <img class="gravatar" src="http://www.gravatar.com/avatar.php?gravatar_id=c9471dcc6ce724a98bd6f01a1267323c&size=40"&gt; Le côté jargonneux c'est exactement le principe de la parodie justement. Comme dans Urgences avec "Vous me ferez les gaz du sang" et autres chimi-iono…. Sans parler des explications scientifiques dans les experts ou autres NCIS (et j'en passe).L'idée de Bookhunter est justement de parodier toutes ces séries. De ce côté-là, c'est plutôt réussi je trouve.

  3. <img class="gravatar" src="http://www.gravatar.com/avatar.php?gravatar_id=c9471dcc6ce724a98bd6f01a1267323c&size=40"&gt; Je n'ai pas dit non plus que c'était l'album de l'année. Sinon, j'aurais mis un recommandé IDDBD.Après, en tant que bibliothécaire, forcemment, ça me parle, surtout que des BD sur les bibliothécaires, y'en a quand même pas des masses.Ensuite, c'est une enquête policière, comme dans toute bonne série, c'est une enquête qui se tient en plus. Le côté jargonneux, tu peux tout à fait le passer, comme avec les explications pseudos-scientifiques (ou vraiment scientique) que je suis incapable de comprendre lorsque je regarde NCIS le vendredi soir. Il faut exactement le regarder de cette manière, pas plus pas moins. Et là, ça devient marrant.Le combat dans les rangées de fiches bibliographiques est quand même assez sympa, tout comme la course-poursuite de chariots (le rêve de tout bon bibliothécaire qui se respecte).Avec Bookhunter, on a un mélange des Simpsons et des Experts, pas de Proust et de Rébétiko !!

  4. Celui là faut absolument que je le lise il a l'air génial (oui moi aussi je rêve de courses poursuites en chariot (dommage que mes collègues ne partagent pas cette vision lol) mais bon ça m'empêche pas de m'en servir comme moyen de transport de temps en temps ^^')

    Longue vie aux bibliothécaires !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *