Best of (I)

IDDBD : le "best-of" 2008

J'ai horreur des "best-of" (surtout à cause du nom je crois) et en même temps je trouve assez plaisant de s'arrêter quelques minutes (mais pas plus...) sur les albums qui iront rejoindre le club des "chouchous" d'IDDBD... Voici donc la sélection des "Indispensables sélectionnés par IDDBD" !

Magasin Général - Tome 4 : Confessions de Loisel et Tripp

Le retour à la terre - Tome 5 : Les révolutions de Larcenet

Pizzeria Kamikaze de l'auteur israelien Asaf Hanuka

Le complexe du chimpanzé (trois tomes) de Marazano et Ponzio

Il était une fois en France de Nury et Vallée

La conquête de Mars de Jarry et Otto T.

Jin de Murakami

Miss Pas Touche de Hubert et Kesrascoët

Clues de Mara

Le Marquis d'Anaon de Velhmann et Bonhomme

Néandertal de Roudier

L'Idole dans la Bombe de Presle et Jouvray

  Le pays des cerisiers de Kouno

La série Uchronie (New Byzance, New York et New Harlem) de Corbeyran

Lune d'argent sur Providence de Hérenguel

Gus de Blain

  W.E.S.T. de Dorison, Nury et Rossi

Le combat ordinaire de Larcenet

Ah ! Et puis il y a tous les autres albums, toutes les autres séries, tous ces artistes... En réalité, je crois que c'est pour cela que je n'aime pas les "best-of"...

Bon réveillon à vous tous !

Votez pour Sans emploi !

Mobilisation pour un Sans emploi

Non, même si ce n'est pas l'envie qui m'en manque, IDDBD ne vire pas dans le social (à bien des égards, si vous lisez bien nos chroniques, nous y sommes déjà...) ! Le Sans emploi du titre de la chronique d'aujourd'hui n'est pas un chômeur mais un artiste de talent, Jibé, un dessinateur de BD inspiré dont le blog vient d'être nominé, avec 29 autres, dans la catégorie des "Blog BD" d'Angoulême. A partir du 1er janvier 2009, vous pourrez (devrez) donc voter pour lui pour le propulser, in peto, jusqu'à la tête du classement. Pourquoi ? Ben parce qu'il le mérite, tiens...

A visiter : le blog Sans emploi

A lire : la chronique d'IDDBD sur Sans emploi

A lire (également) : l'interview de Jibé par David Donnat, chroniqueur patenté et épatant d'IDDBD

Petites coupures

L'info du jour...

... est aujourd'hui réservé à ce qui s'annonce comme une petite perle ! C'est aux éditions Les Enfants Rouges, ça s'appelle Petites coupures, c'est scénarisé par Joseph Incardona, c'est dessiné par Vincent Gravé, et c'est juste beau. Promis, une chronique très bientôt (dès que je l'aurai lu en fait...). En attendant, voici un aperçu :

"Le temps d’un combat opposant Paul Norman à Max Chavez. L’histoire se déroule en 9 rounds sur et autour du ring. Inserts et flash-back permettent de dérouler deux existences que tout oppose en apparence et qui se retrouvent confrontées lors d’un match de gala : d’un côté Paul Norman, le champion déchu et, de l’autre, Max Chavez, l’étoile montante. Ce qui doit être alors une simple confrontation sans enjeux spécifiques, sinon pour Norman d’empocher une bourse rondelette et pour Chavez de peaufiner les derniers « réglages » avant son combat pour le titre, prend soudain une tournure inattendue et tragique…"

A voir : la bande annonce de Petites coupures

A découvrir : l'univers de Petites coupures

Confidence pour confidence…

Magasin Général -Tome 4 : Confessions (scénario et dessin de Loisel et Tripp, éditions Casterman, 2008)

Vous proposer une chronique de ce quatrième tome de la sublime série Magasin Général ne m'est pas apparu véritablement nécessaire. Je me disais que les connaisseurs trouvement sûrement superflu d'essayer de les convaincre de la qualité du travail de Loisel et Tripp. Quant aux autres, ils devaient être suffisamment rares pour justifier une chronique à part entière. Je me suis donc contenté d'un Pitch du Jour, certes enthousiaste mais assez minimaliste.

Pourtant, après avoir relu ce quatrième opus (il y a des albums comme ça, qu'on ne peut s'empêcher de lire plusieurs fois sans s'en lasser...), je n'ai pas résisté à l'envie (au besoin ?) de vous en parler, comme lorsqu'on partage une confidence avec un ami. Le titre du nouvel album de Magasin Général  tombe d'ailleurs à point : confidence pour confidence, je dois vous confesser que chaque page supplémentaire, chaque case nouvelle, m'attache encore un peu plus à Notre-Dame-des-Lacs, cette petite communauté québécoise des années 1920 dont les personnages sont tous bouleversants de vérité. Car c'est bien de cela dont il s'agit dans Magasin Général : de l'histoire d'hommes et de femmes dont l'apparente simplicité cache en réalité une profondeur peu commune et rarement dépeinte en bande dessinée (ou en littérature). Loisel et Tripp sont au Québec du début du XXème siècle ce que Steinbeck était aux Etats-Unis des années 1930...

De Marie, la patronne du Magasin Général, à Serge, le français de France "survenu" un soir d'hiver, en passant par Gaëtan, Noël, Monsieur le Curé, Jacinthe, ou Marceau, cette chronique rurale cache en réalité un propos encore plus humaniste que la seule description d'une réalité sociale et culturelle. Mais voilà, c'est là que réside le problème. Présenter Magasin Général, c'est prendre le risque de se perdre dans des considérations "pseudo-intellectuelles" là où Loisel et Tripp pose leur talent avec une humilité qui confine au grand art. Alors, foin de vierbages inutiles ! Rejoignez sans hésiter le petit monde de Notre-Dame-des-Lacs, installez-vous sur les marches du Magasin Général, saluez les habitants, participez aux fêtes et aux enterrements, riez avec Gaëtan, buvez avec les hommes, cancanez avec les femmes, goutez à la cuisine de Serge et partagez ses tourments, et puis, pour finir, tentez de sécher les larmes de Marie. Tout cela est vrai, car tout cela est humain. Profondément humain.

A (re)lire : les chroniques d'IDDBD sur Magasin Général

A lire : pour un autre éclairage de Magasin Général et de la perception extérieure de la société québécoise, lisez donc l'article de Serge Gauthier, publié par Le devoir

Lucky Luke / Gerra & Achdé

L'homme de Washington - Les aventures de Lucky Luke d'après Morris (scénario de Laurent Gerra et Achdé, dessin de Achdé, éditions Lucky Comics, 2008) Une nouvelle aventure de Lucky Luke, c'est un mélange d'excitation et d'appréhension. Excitation car retrouver le cow-boys le plus cool de l'Ouest est toujours un plaisir. On attend de retrouver des sensations de lecture qui remontent à l'enfance lorsque Lucky Luke nous entraînait dans les plaines de l'Ouest sauvage. Appréhension car après la disparition de Morris, gérer son héritage artistique n'est certainement pas la chose la plus facile. Heureusement, pour nous rassurer, nous avons déjà eu droit à deux nouvelles aventures de Lucky Luke (La belle province et La corde au cou). C'est donc avec un a priori plutôt favorable que nous ouvrons de troisième opus. Et autant le dire tout de suite : la qualité est au rendez-vous ! Laurent Gerra et Achdé nous ont concocté un épisode à la hauteur de ce que l'on était en droit d'en attendre (les lecteurs sont décidément aussi impitoyables que les pires foies jaunes de l'Ouest)... L'homme de Washington, c'est Rutherford Birchard Haynes, candidat républicain à la Présidence des Etats-Unis en 1877. Avec cette simple prémice, vous pensez bien que l'imagination débribée de Gerra et Achdé donne lieu à un scénario débridé, plein des rebondissements pétaradants et des personnages que l'on aime retrouver dans la série. Rajoutez-y une bonne dose d'humour fin et vous obtiendrez un Lucky Luke "grand cru" (même si l'épouse de Haynes y serait sans doute opposée...). N'hésitez donc pas à chausser les Santiags, boucler votre ceinturon, visser votre Stetson et vous installer confortablement pour une nouvelle et belle grande aventure de l'homme qui tire plus vite que son ombre. A visiter : le site officiel de Lucky Luke

Il était une fois Les révolutions

Le retour à la terre - Tome 5 : Les révolutions (scénario de Jean-Yves Ferri, dessin de Manu Larcenet, éditions Dargaud, 2008)

C'est l'hiver. Dehors, le temps paraît gelé et figé comme la végétation environnante. A l'intérieur, c'est un bon feu de cheminée, un fauteuil confortable et un tas de BD fraîchement sorties des étals qui m'attendent. Dans le tas, le cinquième tome de la série Le retour à la terre et sa belle couverture bleue sur laquelle Larssinet (le double "bédé" de Manu...), sa compagne Mariette, et sa fille Capucine volent, accrochés à un parapluie, sous le regard bienveillant de l'Hermite.

C'est cela Le retour à la terre, des scénettes et des tableaux pleins de poésie douce, décalée, parfois surréaliste, où l'on retrouve les personnages que l'on a découvert et aimé tout au long des quatre premiers tomes, de Monsieur Henri à la Mortemont. Sans oublier l'épicier et le maire, qui assurent dans Les révolutions, une bonne partie de l'animation aux Ravenelles, entre élections muncipales, connivences avec la grande distribution, magouilles et intimidation des électeurs... Et croyez-moi, lorsque vous habitez vous-même un petit village, la ressemblance avec des faits et des personnages existants est tellement troublante que l'on ne peut s'empêcher de faire des parallèles...

Mais c'est aussi cela qui nous touche dans Le retour à la terre : chacun de nous peut s'y retrouver, au détours d'une situation, d'une expression ou d'un détail dans ces histoires d'anciens urbains confrontés au monde parfois (souvent ?) déroutant. Et ça marche ! Quant aux situations les plus invraisemblables, elles ne nous rendent les personnages, petits ou grands, que plus attachants. Décidément, si ce cinquième tome ne révolutionne pas la série, il l'a poursuit admirablement.

Ah ! Dernier message pour M. Ferri : continuez à scénariser Le retour à la terre, mais... oubliez l'héroïc fantasy gothique noire ! 

Sélection de Noêl

Dans la hotte d'IDDBD

Vous connaissez la propension d'IDDBD a chasser le scoop, l'info en avant-première, l'inédit. Une fois de plus, nous voilà sur la brèche : dans une semaine, c'est Noël ! Incroyable ! Amazing ! Wonderbach ! Estupendo ! Car en plus, nous sommes polyglottes... Bref, voici la sélection qu'IDDBD aimerait retrouver sous son sapin cette année (et, pour ceux qui auraient encore des doutes, ceci n'est pas un message subliminal ...). En attendant, bonnes fêtes à tous !

Tim Sale - Black and white (éditions Akileos)

"Une interview fleuve d’un des maîtres de la BD américaine moderne.
Un somptueux recueil de plus de 270 pages, richement illustré, retraçant la carrière de Tim Sale, artiste connu pour son travail sur BATMAN : THE LONG HALLOWEEN, SUPERMAN FOR ALL SEASONS, DAREDEVIL: YELLOW et SPIDER-MAN : BLUE. Cette rétrospective va de ses premiers travaux à ses récentes illustrations pour la série Heroes et son récent travail pour Marvel, HULK : GREY.
En bonus, un carnet de croquis, un cahier couleur de 16 pages et 5 histoires inédites."

A voir : la preview sur BDgest

L'homme de Washington - Une aventure de Lucky Luke (scénario de Laurent Gerra, dessin d'Achdé, éditions Dargaud)

"Alors que la campagne fait rage et que les menaces d’attentat se multiplient, Lucky Luke est chargé d’escorter dans l’Ouest sauvage Rutheford Hayes, candidat à l’investiture suprême. De Memphis au Texas, des tribus indiennes aux saloons les plus mal famés, la balade ne sera pas de tout repos. Troisième Lucky Luke signé Gerra et Achdé, l’homme de Washington est une hilarante course poursuite où les mœurs politiques des pieds tendres sont impitoyablement disséquées."

A visiter : le site officiel contenant notamment quelques planches à lire en ligne

Une brève histoire de l'avenir (scénario de Jean-Pierre Pécaud, dessin de Damien, collection Neopolis, éditions Delcourt)

"2020. Quatre amis d'enfance assistent à un événement fondateur dont ils se souviendront toute leur vie : le Flash, l'explosion d'une bombe sale dans le vieux Jérusalem, point de départ de ce qui sera appelé "la troisième guerre du Golfe". C'est l'amorce du grand changement, de la faillite des USA, de l'effondrement de notre économie et de l'avènement d'une nouvelle ère... Marie, Pierre, Jacques et Thomas, à peine sortis de l'adolescence, découvrent ce monde en devenir et ils n'ont pas la moindre idée finale de la forme qu'il revêtira !"

A lire : quelques planches sur le site de Delcourt

Shamrock song (scénario et dessin de Franz, collection Signé, éditions Le Lombard)

De Kaboul à l’Oregon, il n’est d’endroit en ce globe où Lester Cockney ne soit revenu en pensée vers la verte Irlande de son enfance. Franz nous raconte cette dernière à travers deux one-shot: «Irish Melody» et «Shamrock Song», aujourd’hui réédités en un seul volume. Tout le talent de l’auteur concourt à y restituer la beauté et la poésie des verdoyantes collines irlandaises. C’est dans ce contexte enchanteur que le petit Lester découvre la vie et la fougue des chevaux, mais aussi la haine des hommes et l’arrogance des vainqueurs.

A lire : la fiche-album sur le site des éditions Le Lombard

Le Grand Duc 1. Les Sorcières de la nuit - VERSION LUXE (scénario de Yann, dessin de Romain Hugault, collection Cockpit, éditions Paquet)

"Hiver 1943; Wülf , un jeune "AS" de la Luftwaffe, lutte contre l'aviation soviétique dans la chasse de nuit. Horrifié par la barbarie nazie, il a refusé d'orner son zinc d'une croix gammée.… s'attirant l'inimitié de certains pilotes plus fanatisés. Wülf est d'autant plus écoeuré qu'il doit combattre de jeunes femmes pilotes russes, qui vont au casse-pipe sur des biplans démodés, sans emporter de parachute. La seule personne qui donne encore un sens à son existence c'est Romy, sa fillette et peut-être aussi son grand duc apprivoisé… Jusqu'à ce que son destin croise dans le ciel celui de Lilya, une des célèbres "Sorcières de la Nuit" !"

A lire : la fiche sur le site des éditions Paquet

Pitch du jour : Magasin général

Le pitch du jour... ... est dédié, enthousiaste, au quatrième tome de la sublime série Magasin Général de Loisel et Tripp. Je sais, on en a déjà parlé de nombreuses fois. Mais, un, quand on aime on ne compte pas. Et, deux, on fait ce qu'on veut... Ah, et pour ceux qui se demandent pourquoi on ne le chronique pas, ce quatrième tome de Magasin Général, que voulez-vous que je vous dise ? Qu'il faut absolument lire cette maginifique série ? (Re)lisez les précédentes chroniques d'IDDBD pour vous en convaincre. Pour les autres, les fans, c'est juste une façon pour moi de rendre hommage au talent énorme de Loisel et Tripp... "Le printemps est revenu à Notre Dame des Lacs et tout le village se retrouve réuni à l’occasion d’un baptême. Après avoir failli être chassé de la petite communauté, Serge Brouillet, est maintenant parfaitement accepté de tous. Au point de se voir désormais, avec Marie, la jeune veuve du Magasin Général, soumis avec insistance à la question : quand vont-ils donc se marier et régulariser leur situation ?" A (re)lire : la chronique du tome 1 de Magasin Général A (re)lire : la chronique du tome 2 de Magasin Général A (re)lire : la chronique du tome 3 de Magasin Général

Papillon de nuit

Mangecoeur : intégrale (scénario de Mathieu Gallié, dessin de Jean-Baptiste Andrea, éditions Vents d’Ouest)

"Les mangecoeurs sont nés un jour de l’infini tristesse d’un homme abandonné". Benjamin jeune héros de cette histoire entend cette explication par la gueule d’un chat ailé. Chat ailé qu’il pensait être une simple marionnette, son partenaire de théâtre, son compagnon d’aventures imaginées par son grand-père. Mais ce soir, après la représentation, Benjamin a vu son grand-père s’évanouir. Après le départ de sa mère pour la ville la plus proche, il reste seul avec ses angoisses. Et c’est entre songe et réalité que le chat ailé apparait et rend son verdict : Benjamin doit trouver un Mangecoeur adulte, un papillon qui empêchera un larve de la même espèce d’éclore dans le corps de son grand-père et tout cela avant l’aube. Sinon…

Voici une BD datant de 1993, certes un peu marqué par son époque ma
is bénéficiant d’un scénario subtil et poétique. Quête initiatique, cette histoire est un conte de fée classique (le chat ailé incarne magnifiquement la grâce et la sagesse) se déroulant dans un monde violemment baroque. Quand je dis violemment ce n’est pas une image. Benjamin, dans sa recherche, se retrouve dans une foire nocturne, un parc d’attraction glauque, lieu de débauche et de violence gratuite où bien entendu, les enfants, et à travers eux l’esprit de la jeunesse, sont totalement exclus. Mathieu Gallié a construit son récit sur ce fil, entre rêve et réalité. Mais une réalité très décalée. Le chat ailé semblant bien plus réel que les clowns gardiens de la foire.

Comme tous les contes, la morale est là et comme tous les contes, l’histoire n’est qu’une métaphore pour parler d'autre chose, mais cela, je vous laisse le découvrir avec votre âme d’enfant. Car sans aucun doute, le plaisir est de se laisser porter par cette histoire, avec ses rebondissements, ses surprises et ses émerveillements. Comme se réveiller entre deux eaux après un rêve surréaliste mais tellement authentique. Toute la qualité de Mangecoeur est là sur cette frontière.

L'info du jour

Si vous suivez un peu l'actualité des blogs BD, vous avez certainement entendu parler de Mon beau Sapin, le blog BD caritatif créé par l'excellente et talentueuse Pénélope Bagieu (alias Pénélope Jolicoeur). Alors, n'hésitez pas à faire un micro-don. Pour en savoir plus c'est par ici. Et le blog de Pénélope c'est par là !