La Légende du changeling : T.1 (scénario de Pierre Dubois, dessins de Xavier Formequin, Le Lombard)

La légende du Changeling - Tome 1 : Le mal-venu (scénario de Pierre Dubois, dessin de Xavier Fourquemin, couleurs de Scarlett Smulkowski, éditions Le Lombard, 2008) Evidemment, si je dis que La légende du Changeling concerne le petit peuple, celui des fées, des lutins et des elfes, je vais perdre la moitié des lecteurs d'IDDBD qui passeront leur chemin et laisseront derrière eux tout ce qui peut avoir trait, de près ou de loin, au monde mythologique de l'Europe du Nord... Dommage pour eux car ils passeraient alors à côté d'un des albums les plus touchant de ces derniers mois. Certes, le contexte mythologique est bien celui des mondes celtiques et britanniques puisque le personnage principal, Peter Jobson (dit "Scrubby") est un Changeling, c'est-à-dire un enfant échangé par les fées peu après sa naissance. Sans rien vous dévoiler de l'intrigue, qui débute dans la campagne anglaise de la fin du XIXème siècle, vous pouvez d'ores et déjà imaginer que Scrubby développera des dons particuliers dont le principal est celui d'être à l'écoute de la Nature et du monde magique qu'elle abrite et dont il est lui-même issu. En clair, alors qu'il n'a jamais touché au LSD ni à aucune autre substance psychotrope, Scrubby peut voir les fées, les lutins et les elfes du pays de Dartmoor... "Vachement intéressant", me direz-vous, "mais ...? C'est tout ?". A cela je vous répondrai deux choses. La première, c'est que dire "vachement intéressant" n'est pas très poli lorsqu'on parle d'un récit aussi bien ficelé que celui de Pierre Dubois, elficologue patenté et conteur émerrite dont l'oeuvre entière tend à réintroduire dans nos vies le merveilleux qui leur manque. La deuxième chose que je vous répondrai suit de près la première : Pierre Dubois allie à son talent de conteur celui de philosophe. Il arrache donc son personnage à sa campagne natale pour le plonger dans la ville et pas n'importe laquelle : Londres ! Je vous rappelle que l'intrigue se déroule à la fin du XIXème siècle et que la capitale anglaise n'est pas spécialement une sinécure pour les pauvres qui y débarquent dans l'espoir d'une vie meilleure. Justement, le don de Scrubby lui permettra de résister au gouffre de cette ville malodorante, sombre et polluée qui pourrait le couper de ses racines merveilleuses. Le message de Pierre Dubois est clair : le merveilleux peut et doit intégralement faire partie de notre vie, sous une forme ou une autre, afin que la ville et la modernité ne nous fasse pas oublier notre humanité... Et la leçon de chose de Pierre Dubois porte d'autant mieux qu'elle est illustrée du superbe dessin de Xavier Fourquemin dont il vous suffira de jeter un oeil aux quelques planches disponibles sur le web pour vous convaincre que vous passerez un moment magique en sa compagnie. Tiens, j'ai dis "magique" ? Et si le merveilleux consistait aussi à garder une âme d'enfant malgré les années et les viscicitudes de la vie ? En lisant des bandes dessinées d'aussi bonne qualité que La légende du Changeling ? Pourquoi pas... A voir : la bande-annonce du premier tome de La légende du Changeling A lire : le pitch des éditions Le Lombard "Dans les forêts de la lande du Dartmoore, se cachent bien des secrets et se tapissent des créatures de légende inaccessibles à qui ne sait pas ouvrir les yeux. Mais, Scrubby n’est pas de ceux-là. Enfant des fées, échangé à la naissance avec un petit humain, il a reçu le merveilleux en héritage. Et si, bientôt, il doit quitter sa forêt pour la jungle qu’est le Londres du XIXe Siècle, sa forêt, elle, ne le quittera guère…" A découvrir : les 20 premières planches de La légende du Changeling sur Read-box.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *