Chronique de vacances : Hokusaï

L'info du jour Si à l'occasion de son tour du monde estival (et virtuel !), IDDBD fait une petite escale au Japon, ce n'est pas pour vous parler du manga. Il vous suffit pour cela de (re)lire les chroniques sur le sujet (souvent issues de la plume de David d'ailleurs) pour vous faire une idée de ce que l'on trouve de mieux dans ce domaine. Non, l'escale d'aujourd'hui nous conduira non pas seulement dans l'espace mais aussi dans le temps (on dirait le commentaire d'un téléfilm de science-fiction...). Qu'y avait-il avant le manga au Japon ? L'estampe ! Aaahhhh ! Je vous vois venir ! Vous vous dites qu'IDDBD va vous faire le coup de l'estampe japonaise érotique comme il vous a fait le coup de la panne la semaine dernière... Réduire l'art de l'estampe à sa seule dimension érotique serait méconnaître tout l'esprit et l'art de l'Ukiyo-e, cette époque du "monde flottant" si chère à la culture nippone, une sorte d'âge d'or de "l'ici et maintenant" jouissif mais pas désespéré... Bref, pour découvrir ces territoires artistiques dont la conquête allait révolutionner non seulement l'Orient mais l'Occident, rien ne vaut un petit détour par le musée Guimet à Paris (dépêchez-vous, c'est jusqu'au 4 août !) qui consacre une exposition à Hokusai, l'artiste le plus emblématique de l'Ukiyo-e. Et pour ceux, les plus nombreux, qui ne pourront se déplacer jusqu'à la ville Lumière, foncez tel un Astroboy moyen vers le site dudit musée. Vous en ressortirez époustouflés ! A découvrir : l'exposition consacrée à Hokusai A voir : l'interprétation moderne e l'Ukiyo-e par une jeune artiste peintre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *