Chronique de vacances : Taïga Rouge

Le pitch du jour Taïga Rouge (scénario d'Arnaud Malherbe, dessin de Vincent Perriot, collection Aire Libre, éditions Dupuis, 2008) Vous crevez de chaud ? C'est normal ! Heureusement, IDDBD pense à vous et vous propose un voyage au frais (mais pas de la princesse...). En Transbaïkalie et en hiver. Vous ne savez pas où c'est ? Du côté de Saint-Petersbourg... Autant vous dire que si vous voulez du rafraîchissement, vous allez être servis ! Et puis vous croiserez la route de Ferdinand Ossendowski, mélange improbable de Michel Strogoff et du Docteur Jivago. Le trait de Vincent Perriot (qui n'est pas sans rappeler celui de Christophe Blain) est très beau. Quant au scénario d'Arnaud Malherbe, il est tout simplement palpitant... "Transbaïkalie, hiver 1920. Ferdinand Ossendowski vient de Saint-Petersbourg. Là-bas, à la faculté de médecine, il était le plus révolté parmi les étudiants. Pourtant, après la révolution, le commissaire politique venu de Moscou ne l'a pas trouvé assez rouge à son goût. Ferdinand a dû s'enfuir, laissant derrière lui le souvenir de la belle Natacha... Pour le citadin, traverser à pied les forêts de Transbaïkalie n'est pas une promenade de plaisir. Les loups de toutes sortes l'attendent sur sa route. Mais aussi l'amitié. Celle avec le cavalier Djam Gordou, fier représentant du peuple Uriahays. Sa science des armes et sa connaissance des âmes seront pour Ferdinand le garant de sa survie. Car, entre les gardes rouges et les cosaques de l'armée blanche, il ne fait pas bon voyager dans ces contrées déchirées par la guerre civile..." A lire : quelques planches sur le site de la collection Aire Libre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *