Ce sont les vacances !

L'info du jour Comme tous les ans, IDDBD prend ses quartiers d'été avec quelques Chroniques de vacances qui émailleront le blog. Brèves, pitch, infos, coup de coeur, chroniques d'albums, rencontres, les Chroniques de vacances sont aussi erratiques que leurs publications ! C'est l'été quoi ! Alors, bon été à vous tous, chers et fidèles lecteurs et lectrices d'IDDBD !

Pitch du jour : double assassinat dans la rue Morgue

Le pitch du jour Double assassinat dans la rue Morgue (d'après Edgar Allan Poe, scenario de David Morvan, dessin de Fabrice Druet, couleurs de Wang Peng, collection Ex-libris, éditions Delcourt) Qui ne connaît pas ce roman d'Edgar Allan Poe, premier roman policier moderne ? IDDBD vous a déjà proposé la version de Ceka et Clod publiée aux éditions Akileos. Nous n'avons pas encore lu la version qui sort aujourd'hui chez Delcourt. Mais si l'on en croit ce que l'on a vu des autres adaptations de la collection Ex-libris, ce Double assassinat dans la rue Morgue devrait valoir le coup. A suivre donc... Et puis un double assassinat, surtout dans la rue Morgue, ça fait un joli lien avec l'info du jour d'aujourd'hui, non ?

Info du jour : Festival International du Roman Noir

L'info du jour Tiens ? IDDBD se lance dans le roman noir ? Oui et non... En fait, les éditions 6 pieds sous terre (que l'on aime beaucoup ici...) animent le plateau BD du FIRN, c'est-à-dire le Festival International du Roman Noir ! Ca se passe à Frontigan du 27 au 29 juin 2008 (pour les amateurs de BD, depuis le 23 pour les autres...) et vous en saurez plus sur le site du FIRN... Mais sachez déjà que plusieurs auteurs particulièrement appréciés d'IDDBD y assisteront ! Et que vous pourrez admirer le travail de certains d'entre eux dans deux superbes expositions ! Extrait de la Lettre de juin : "6 pieds sous terre animera le bar thématique La porte des morts d'où partiront en fanfare les vernissage de plusieurs expositions : > Ambre et David Vandermeulen proposeront Le projet Faust, une exposition originale inspirée du mythe Faustien développé par Goethe. > 6 Pieds sous terre et Jean-Bernard Pouy "enchasubleront" un Confessionnal des 7 péchés capito, une maxi-expo dans un minimum de place à ne pas manquer. > Serguei Dounouvetz et Paco Roca entraîneront le public à la découverte de la bande dessinée espagnole autour du projet Passeurs, par la création, en direct, d'une Bande dessinée franco-espagnole. > Une exposition sur la nouvelle vague de la Bande dessinée espagnole, mettant en avant Bang ediciones aura lieu au centre culturel François Villon. > 6 Pieds sous terre présentera sur son stand l'ensemble de ses publications, (plus de 140 titres à ce jour)" Au fait, pourquoi les amateurs de romans noirs choisissent toujours des lieux comme Cognac ou Frontignan, déjà célèbres pour leurs alcools... Oups ! J'ai pas posé la bonne question ?

800ème chronique d’IDDBD !

Neuro - Tome 1 : La faim encéphalique (scénario et dessin de Yusei Matsui, collection Shônen, éditions Glénat, 2008) Pour cette 800ème chronique (déjà !), IDDBD vous propose de revenir sur un manga annoncé jeudi dernier : Neuro. Si je vous parle de démons venus des Enfers pour entrer en contact avec de jeunes lycéens, de criminels punis, de policiers un peu débordés... vous pensez certainement à Death Note, l'un des manga culte chaudement recommandé par IDDBD (initialement découvert pour nous par David). Vous n'avez pas tort mais les caractéristiques énoncées plus haut se retrouvent également chez Neuro, la nouvelle série publiée depuis quelques jours par la collection Shônen de Glénat. Mais attention ! Ne vous méprenez pas ! Neuro n'est pas un Death Note bis ! Neuro, ce démon venus d'une autre dimension, se nourrit de mystères (contrairement aux dieux de la mort qui se nourrissent de pommes, c'est bien connu...). Après avoir épuisé son monde, il a décidé d'investir le nôtre et de s'attacher au destin d'une jeune lycéenne, Yako Katsuragi, dont le père est mort quelques mois plus tôt, dans d'étranges circonstances... Cette jeune lycéenne n'est pas vraiment le clone de Light, le héros de Death Note, également lycéen. Yako Katsuragi aime surtout manger et ne cherche pas spécialement à se tranformer en la détective privée que Neuro va la pousser à devenir (parfois en usant de moyens pour le moins convaincants...). Car contrairement à l'autre série, ici, c'est Neuro qui mène la danse en faisant de Yako sa marionnette au service de son insatiable appétit de mystères à résoudre. Du moins au début... Mais l'univers de Neuro n'est pas aussi sombre que celui de son aîné. L'humour est omniprésent, qu'il s'agisse des situations ou de l'apparence des personnages. Le ton est également plus ludique, y compris pour les enquêtes dont se nourrit Neuro : vous pourrez toujours tenter de les résoudre avant Yako et son diable de compagnon (bonne chance quand même !). Et pourtant, à la lecture de ce premier tome, j'ai comme l'intuition que ce manga n'est pas aussi léger que ce qu'il donne à voir, comme si l'auteur nous attirait avec un petit cocktail sucré et coloré qui pourrait bien se transformer en tout autre chose au fil des tomes... Hum ! Serais-je déjà contaminé par Neuro en voyant des mystères partout ? En tout cas, ce qui ne l'est pas (un mystère), c'est qu'IDDBD s'est régalé à la lecture de ce premier tome et qu'il attend avec impatience le 27 août prochain pour dévorer le deuxième et troisième tome ! A lire : les premières planches sur le site de Glénat A voir (après avoir lu le tome 1, c'est mieux...) : le premier épisode de l'anime tiré du manga Neuro (en deux parties sous-titrées en français). Partie 1 et partie 2 (un vrai régal)

Clues T1 (Mara, Akileos, 2008)

Clues - Tome 1 : Sur les traces du passé (scénario, dessin et couleurs de Mara, éditions Akileos, 2008) Ah, ah ! Je vous entends déjà, bande de mauvaises langues ! Vous vous dites : "Mais comment peut-on à la fois aimer le dessin expressionniste de Joann Sfar ou de Christophe Blain, et plébisciter dans le même temps le trait ultra-léché de Mara ?". Facile ! L'un comme l'autre sont véritablement de l'art ! Loin d'être exclusifs, ces formes cohabitent parfaitement dans l'univers de la BD, pour le plus grand bonheur des amateurs de graphisme et de dessin... Lorsque vous aurez vu quelques planches de Mara, vous n'en reviendrez pas de la qualité hallucinante de son trait, tant en ce qui concerne ses personnages que ses décors (à tomber à la renverse pour qui aime les dioramas par exemple...). Quant à sa mise en scène (le découpage des cases et de l'action), Mara a su trouver le bon rythme, sans lenteur mais sans trop de précipitation non plus. Un vrai régal. Pour une fois que l'on commence une chronique par le dessin, vous vous demandez peut-être si, charmé par la forme, je n'en ai pas un peu négligé le fond. Détrompez-vous ! Le scénario de Clues, imaginé par Mara (également aux commandes de la couleur, soi-dit en passant...) est à la hauteur de son coup de crayon. En nous entraînant dans le Londres de la fin du XIXème siècle, à la suite de sa Miss Emily Arderen et de l'inspecteur Hawkins, de Scotland Yard, Mara nous plonge dans une enquête policière palpitante, dont on attend déjà la suite avec impatience ! Bien entendu, ce premier tome de Clues pose les bases de l'histoire et de la psychologie des personnages. Mais au cas particulier, sans (trop) nous frustrer (les lecteurs sont des gens avides), sans longueurs (l'action est omniprésente) et surtout avec beaucoup de finesse (vous comprendrez ce que je veux dire en découvrant la dernière case...). Dès les premières cases, on entre ainsi très facilement dans cette histoire que n'aurait pas renié un Edgard Allan Poe ou un Arthur Conan Doyle. Sauf que Mara a eu l'intelligence (et le talent) d'imposer à ces vieux messieurs respectables la présence d'une jeune héroïne qui, sans être féministe, sait s'imposer dans le récit de ses aventures... Même les plus mâles d'entre vous la suivront sans difficulté dans les bas-fonds et les ruelles mal famées de la capitale anglaise, dans les salles d'autopsie de l'université, ou dans les locaux de la police... Bref, Sur les traces du passé annonce une série, Clues, à l'avenir radieux. A visiter : le blog de Mara A lire : quelques planches sur BDgest

Davina Benier : l’interview !

Attention Jeune Talent

Le 8 mai dernier, IDDBD vous annonçait une interview de Davina Benier, jeune artiste en plein démarrage, donc à suivre de très près ! Malgré un emploi du temps déjà très chargé (ce qui est plutôt de bonne augure pour un auteur...), Davina Benier a gentiement accepté de répondre aux questions d'IDDBD... IDDBD : Bonjour Davina ! Comme annoncé il y a quelques quelques semaines sur le blog, IDDBD aimerait te faire découvrir à ses lecteurs. Bien sûr, après avoir fureté un peu sur Terre de légende, on connaît certains de tes centres d'intérêts. Mais avant d'en parler, peux-tu te présenter ? Davina Benier : Et bien j’ai 21 ans comme Zelda, et je suis orléanaise comme Marion Cotillard ! (bon un peu de sérieux) J’ai passé toute mes études dans cette ville. Cette année je prépare mon diplôme de DNAT à l’IAV (Beaux Art d’Orléans) après 3 ans là-bas, en section design graphique. Sinon à par tout ça j'adore la musique, l'astronomie et l'informatique ! IDDBD : Quand et comment as-tu décidé de faire du dessin en général et de la BD en particulier ton métier ? Qu'est-ce qui a été déterminant pour toi ? Davina Benier : Je dis bien souvent que j’ai appris à dessiner avant d’écrire… Je dessine depuis que je suis toute petite, d'ailleurs mes professeurs de primaire en avait marre de voir de petites illustrations dans les marges de mes cahiers ! J’ai eux des problèmes tôt avec l’écriture étant dyslexique, mais la bande dessinée est venu naturellement, j’avais toujours des petites histoire en tête que je n’arrivais à traduire que par le dessin. C’est en faisant des concours, d’Angoulême en particulier, et après avoir eu quelques prix (2 écureuils d’or régional) que j’ai pensé me mettre plus à fond dedans. IDDBD : Peux-tu nous parler de ton premier album BD édité ? Comment se sont passé les premiers contacts avec le scénariste, puis avec l'éditeur ? Davina Benier : J'ai rencontré Laurent Couineau, le scénariste de la BD il y a environ 3 ans, qui est moniteur de plongée. Il avait un projet de BD pour apprendre aux enfants les bases de la plongée sous marine, et je me suis dit que ça pouvait être une bonne expérience... une sorte de chalenge. J'avais déjà fait de mon coté une BD de 50 pages, mais la s'était un projet qui avait des chance d'être publié ! Alors je me suis mis a fond dedans pendant environ 1 ans (en parallèle avec mes cours), en découvrant en même temps la colorisation sur ordinateur (qui s’est amélioré depuis le temps). Au début je dois dire que ce n'était pas facile, il y avait pas mal de contraintes car la plongée sous marine est très réglementée. Puis après l'avoir fini, on a recherché un éditeur... Laurent s'en ai surtout occupé, et ça n'a pas été facile du tout, il y avait que des réponses négatives. Après un peu plus d'un ans de galère, on a enfin trouvé les éditions GAP qui avait déjà publié des livres sur ce thème. Et le projet a fait son petit bout de chemin jusqu'à aujourd'hui : la BD est sortie mi mai ! J'arrive toujours pas à y croire... IDDBD : Quels sont tes projets en cours ? Comment envisages-tu tes prochains travaux ? Davina Benier : Là je suis sur un projet qui me tient vraiment à cœur, en lien direct avec ma toute première BD. C'est un projet assez grand puisque je l'ai imaginé en plus de 12 tomes ! Oui je sais, je rêve un peu... mais c'est une histoire longuement mûri, entre la SF et le fantastique, entre légende et réalité (j'aime beaucoup jouer avec les mythes de différentes régions du globe et les rassembler pour en donner une explication rationnelle). Mais comme je suis encore jeune, mon dessin n'arrête pas d'évoluer : je suis toujours en train de rechercher différentes façon de coloriser et d'interpréter mes planches, la compo.. c'est un projet en constante évolution, comme s'il était lui même vivant. Mon plus grand souhait serait de le faire éditer, faire partager mon univers. L’une des planches que l’on retrouve là, serait un extrait de mon 13ème tome si je vois très large, avec mon perso principal : Marco ou Wen selon ou il se trouve. IDDBD : Sache que l'on suivra tout ça de très près ici ! Sinon, question traditionnelle sur IDDBD : quels sont les albums qui t'ont marqué ? Quels sont les dessinateurs et scénaristes dont tu apprécies le plus le travail aujourd'hui (attention : tu vas te faire des copains dans le milieu !) ? Davina Benier : Alors sans aucun doute, je suis une grande fan de la série « Thorgal » de Jean Van Hamme et Grzegorz Rosinski ! je baigne dedans depuis toute petite et c'est ce qui m'a poussé à vouloir faire de la BD. Je trouve le dessin très expressif et l'histoire palpitante. J’aime aussi le travail graphique de Tan Shaun dans « Là où vont nos pères », également les scénars de Morvan et Corbeyran… Il y en a beaucoup d’autres, mais c’est la BD « Thorgal » qui a été la plus déterminante. IDDBD : C'est bon de partager des coups de coeur avec des auteurs ! Merci Davina pour cette interview ! Davina Benier : Et bien c'est moi qui vous remercie ! A voir : quelques planches de la BD de Davina Benier sur Terre de Légende A visiter : Davinarfel

All rich is more timer…

Le sanctuaire du Gondwana - Les aventures de Blake et Mortimer (scénario d'Yves Sente, dessin d'André Juillard, éditions Blake et Mortimer, 2008) Les aventures de Blake et Mortimer appartiennent au patrimoine de la bande dessinée au même titre qu'Astérix (période Goscinny), Luky Luke (même période avec une exception pour La corde au cou...), et Tintin (avec une légère préférence pour les deux albums Objectif Lune et On a marché sur la Lune...). Tout bédéphile un tant soi peu respectueux du 9ème art et de sa jeune histoire a croisé sur sa route, au détour d'un album acheté ou emprunté, les très flegmatiques héros de sa Très Gracieuse Majesté imaginés par Edgar P. Jacobs. Mais que penser des suites de leurs aventures, scénarisés et dessinées par Jean Van Hamme et T. Benoit dans un premier temps, puis par Yves Sente et André Juillard depuis peu ? Que du bien, je vous l'assure ! Les héritiers d'Edgar P. Jacobs ont sû conserver non seulement le trait du Maître mais également l'esprit de la série originale. Les plus âgés d'entre nous retrouverons donc tout ce qu'ils ont aimé dans Les aventures de Blake et Mortimer, tandis que les plus jeunes découvriront des récits dont la mécanique narrative a fait ses preuves auprès de leurs aînés. Dans Le sanctuaire du Gondwana, nos héros (enfin surtout le Professeur Mortimer) chassent un fabuleux trésor archéologique en Afrique : il ne s'agit pas moins que de mettre la main sur des vestiges datant de 350 millions d'années, au temps où les continents n'en formaient qu'un seul, le mythique Gondwana ! Mais bien entendu, l'ennemi rôde... parfois plus près qu'on ne le croit ! Sans parler du trait d'André Juillard, fidèle d'entre les fidèles à la ligne claire de Jacobs, le scénario d'Yves Sente nous replonge aux plus belles heures de l'Aventure classique, celle qui nous faisait déjà rêver aux Mines du Roi Salomon de Sir Henry Rider Haggard, ou au Monde perdu d'Arthur Conan Doyle ! Dans l'agitation de la (sur)production actuelle de bandes dessinées, Les aventures de Blake et Mortimer nous invitent à passer un petit moment hors du temps en se racontant des histoires extraordinaires, confortablement installés dans un fauteuil en vieux cuir patiné d'un club anglais... Pourquoi pas le Centaur Club, n'est-il pas ? A visiter : le site officiel de Blake et Mortimer A voir : un documentaire sur Edgar P. Jacobs. Où ? Sur France 5 le 22/06/08 à 4h44 ou le 30/06/08 à 1h04 !

Pitch du jour : Le Marquis d’Anaon

Le pitch du jour Le Marquis d'Anaon - Tome 5 : La chambre de Kheops (scénario de Fabien Vehlmann, dessin de Matthieu Bonhomme, éditions Dargaud) Les fidèles lecteurs d'IDDBD le savent : nous sommes fans de la série Le Marquis d'Anaon, dont nous avons chroniqué tous les albums. Nous ne pouvions donc passer à côté de ce cinquième tome (il y en aura six en tout...) qui entraîne Jean-Baptiste Poulain jusqu'en Egypte ! Le style graphique de Matthieu Bonhomme suit très précisément l'évolution de son héros : il mûrit d'album en album. Quant à Fabien Vehlmann, il confirme encore une fois (mais nous n'en doutions pas !) son immense talent de raconteur d'histoires. Avant même la chronique complète de La chambre de Kheops, nous n'hésitons pas à accorder un magnifique, un superbe, un enthousiaste "Recommandé par IDDBD" à cette somptueuse série ! Aujourd'hui dans vos bacs ! A lire : le pitch et quelques planches sur le site des éditions Dargaud A visiter : le site officiel du Marquis d'Anaon A (re)lire : les chroniques d'IDDBD sur les tomes 1, 2, 3 et 4 de la série

Pitch du jour : Neuro

Le pitch du jour Neuro, le mange-mystère - Tome 1 : La faim encéphalique (scénario et dessin de Yusei Matsui, éditions Glénat, 2008) Pour une fois que le Pitch du jour est consacré à une manga (alors qu'on adore ça par ailleurs !). C'est sorti hier et ça vaut le coup... "Avis aux amoureux d’enquêtes policières et de fantastique ! Découvrez la dernière bombe des éditions Shueisha avec Neuro, un manga aussi délirant visuellement que scénaristiquement. L’histoire ? Depuis la mort de son père dans des circonstances étranges (un meurtre en chambre close) la jeune Yako a perdu le goût de vivre. Mais sa rencontre avec le démon Neuro va changer le cours de son destin. En effet, celui-ci a pour particularité de se nourrir des mystères. Après avoir résolu et dévoré tous ceux de son monde d’origine, il décide de se rendre sur Terre. Sa rencontre avec Yako est une bénédiction : se cachant derrière la jeune fille qu’il place au premier plan, il résout enquête sur enquête, au grand dam de la police qui finit rapidement par ne plus supporter cette concurrence aussi douteuse qu’humiliante ! Quant à Yako, passant du statut de lycéenne boulimique à celui de véritable star, ses péripéties ne font que commencer…" A lire : la fiche album complète sur le site des éditions Glénat. On y apprend, entre autre que le tome 2 est prévu pour le 27 août prochain...

Pitch du jour : Le portrait de Dorian Gray

Le pitch du jour Le portrait de Dorian Gray (d'après Oscar Wilde, adptation et dessin de Stanislas Gros, couleurs de Laurence Croix, collection Ex-Libris, éditions Delcourt) Ca sort aujourd'hui et, d'après les premières lues sur le site de Delcourt, cette adaptation de la superbe nouvelle d'Oscar Wilde a vraiment l'air de très bonne qualité. Donc, IDDBD vous la signale... "Dorian Gray est un jeune dandy d’une rare beauté. L’un de ses amis et peintre, Basil Hallward, décide de faire son portrait et, fasciné par ce modèle, il parvient au paroxysme de son art. Dorian Gray, lui-même, tombe amoureux de son propre reflet. Il fait ainsi le voeu de conserver l’éclat de sa jeunesse, et le portrait accuse l’outrage du temps à sa place. Mais la perpétuelle quête de la beauté l’amène à regretter amèrement ce pacte narcissique." A voir : plus de planches sur le site Delcourt