Et (…) sur un cheval pâle se dressait la mort et l’enfer le suivait…(Apocalypse 6 : 8)

Billy Wild - Tome 2/2 : Le 13ème cavalier (scénario de Erick Lasnel dit Céka, dessin de Guillaume Griffon dit Sthrad, collection Regard Noir et Blanc, éditions Akileos, 2008) Pour ceux qui découvriraient ce diptyque, jetez donc un coup d'oeil à la chronique d'IDDBD consacrée au premier tome (sorti en janvier 2007). Les autres savent déjà que Billy Wild est une BD western atypique dans le paysage des vachers et autres desperados à la gachette aussi sensible que leur susceptibilité. Atypique pour son indéniable aspect gothique, comme bien des (premières) publications des éditions Akileos, et pour son noir et blanc radical (collection oblige...) qui ajoute encore à l'ambiance très particulière dans laquelle baignent les personnages. Billy Wild, qui a vendu son âme au diable (personnifié sous les traits d'un certain Linus) en contrepartie d'une insolente insensibilité aux balles de revolver, reviend pour une mission que l'on aurait pas imaginée : sauver la Constitution américaine et, par là même, les jeunes et bouillonnants Etats-Unis. Peut-être une façon de racheter son âme noircie par quelques 237 de meurtres... Vous imaginez que sa mission ne relèvera pas de la ballade de santé, surtout pour ses adversaires, une bande de hors-la-loi un peu spéciaux : tous à la solde du démon (le même Linus...), ils forment un groupe de 12 salopards tous plus crapuleux les uns que les autres. Dessinée et mise en scène à la façon d'un John Woo inspiré, la bataille entre Billy Wild et cette bande venue tout droit des enfers est particulièrement sanglante et réussie. Jusqu'à la confrontation finale avec le boss-de-fin-de-niveau (si vous avez suivi, vous aurez deviné son nom !), particulièrement explosive ! Dans Billy Wild, on sent de manière évidente que les auteurs ont pris autant de plaisir à nous conter leur récit déjanté qu'à brutaliser leurs héros. Evidemment, nous, dès que ça pétarade, que ça se défie, que ça se tire dessus dans la main street d'un bled paumé de l'Ouest sauvage, ça nous plaît ! Et lorsqu'en plus, il flotte sur tout ça un petit parfum de Faust qui aurait décidé de chausser des santiags et de se doter de deux Smith et Wesson pour retrouver l'enfoiré qui lui a fait signer un contrat d'immortalité à la c.n, ben on n'hésite pas une seconde. On selle notre mule, on enfile notre poncho, et on suit Billy Wild en tresaillant à chaque page de ce western classieux au dessin aussi novateur que le scénario... A visiter (impérativement !) : le site de Billy Wild

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *