Mémoire…

La Guerre d'Alan - 3 tomes (scénario et dessins d'Emmanuel Guibert, d'après les souvenirs d'Alan Ingram Cope, L'Association)

"Un jour, un dessinateur rencontre un Américain qui vit en France.
Le dessinateur s’appelle Emmanuel. Et l’Américain se prénomme Alan.
Alan a vécu la deuxième guerre mondiale et il la raconte au dessinateur. Mais la guerre d’Alan, c’est très peu d’actions ou d’explosions. Ce sont des petits moments précieux dont il essaie de tirer le suc pour rester convaincu que la vie est belle.
Emmanuel Guibert, le dessinateur et Alan Cope, l’ancien soldat américain vont devenir les meilleurs amis du monde. Et leur amitié donnera une trilogie : la guerre d’Alan volume 1, 2 et 3 parue aux éditions de l’Association.
Ces livres, c’est une façon de voir la vie. C’est un homme qui en écoute un autre, parce tous les 2 avaient un goût certain pour la conversation."

Quand des journalistes de qualité – ici Rebecca Manzoni, la présentatrice d’ECLECTIK sur France Inter -  font une bonne présentation d’une série qu’on adore, ben on leur pique.

C’est avec impatience que j’attendais le dernier opus de La Guerre d’Alan. Voilà, le 3e volume vient de clore le récit de la vie d’Alan Ingram Cope, vétéran de la seconde guerre mondiale.
Rassurez-vous, si ce nom ne vous dit rien, c’est normal. Il n’y a aucune trace d’Alan dans les livres d’histoire. Il n’était qu’un homme de l’ombre, un simple soldat qui a traversé la grande histoire comme la plupart des gens, sans bruit. Et pourtant…

Oui pourtant, lorsque l’on lit et découvre avec avidité les trois albums de ce récit, réalisé à partir des souvenirs d’Alan, de l’immense talent d’un Emmanuel Guibert et d’une profonde amitié entre les deux hommes, on y découvre un être incroyablement intelligent. Avec le recul des années, Alan pose sur sa vie et les évènements un regard de sage non dénué d’(auto)critique et d’humour.

Le héros de cette histoire n’en est pas un, c'est un être avide de connaissance, tolérant et curieux. Pas plus courageux que vous et moi. Vous ne trouverez pas d’évènements choquants comme on a l’habitude de les voir dans les œuvres traitant de ce sujet. Non, la Guerre d’Alan est un recueil de souvenirs, qui malgré leurs profondes intériorités, ont une portée universelle. Le lecteur y découvrira les choses simples de la vie, les rencontres marquantes (ou anecdotiques), des découvertes ou des regrets.

Et les souvenirs, Alan en avait des tonnes. Des souvenirs qu’il a su transmettre à Emmanuel Guibert. Quand deux amis, un conteur et un artiste se rencontrent, et quand cet artiste a suffisamment d’humanité pour s’oublier derrière son sujet, alors tout est au rendez-vous pour réaliser quelque chose d’étonnant.

Emmanuel Guibert semble trouver l’inspiration dans les amitiés qu’il a su se forger. Entre La Guerre d’Alan et Le Photographe – autre chef d’œuvre de ces dernières années – il montre au travers de textes et de dessins époustouflants toute l’étendue de son talent. Du paradis où il se trouve désormais, Alan Ingram Cope doit apprécier… et nous aussi.

A lire : la critique de Parutions.com

A télécharger : l’émission d’ECLECTIK du 29 mars 2008 avec Emmanuel Guibert (90Mo, désolé pour la pub. Entrez le code, cliquez sur Download puis patientez une 20aine de secondes). Bon je ne sais pas si j’ai trop le droit de le faire. Si ces messieurs de France Inter veulent que l’on retire le lien, on le fera.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *